Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'actualitéLes news les plus luesBiographies des Barons
Nationalité : Italienne
Date de naissance : 14/11/1934
Principales sociétés : Compagnie Industriali Riunite S.p.A.
Biographie : Il fait ses études supérieures à l'école Polytechnique de Turin et obtient en 1958 son diplôme en gé...

Carlo de Benedetti [Cerus] gagne 14 millions d'euros en justice

30/07/2008 | 09:57
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Carlo de Benedetti, l'industriel italien septuagénaire connu pour la faillite frauduleuse de la banque Banco Ambrosiano dans les années 80, vient d'emporter son procès contre plusieurs sociétés. Oléron Participation notamment, anciennement présidée par Alain Minc, doit ainsi un petit pactole à celui qui s'était rendu coupable à plusieurs reprises de manœuvres frauduleuses.

Le tribunal de grande instance de Paris a condamné les sociétés Soparfi, Oléron Participation, Avelinvest ainsi que Michel de Guillenchmidt, avocat parisien. Ils ont été reconnus coupable d'opérations frauduleuses envers Ciga Luxembourg société du groupe Cerus, qui appartient à Carlo de Benedetti.

Détaillons la manœuvre : en 1992, la société Final dirigée par Patrick Gentil, un proche d'Alain Minc, obtient un prêt de 125 millions de francs (19 millions d'euros) auprès de Duménil Leblé, une banque du groupe Cerus. Son objectif est d'acquérir la Soparfi, société dont la seule valorisation vient d'Hoyez, fabricant de cloisons amovibles qu'elle contrôle. C'est cette société qui doit permettre de rentabiliser l'opération et de rembourser le prêt.

Mais en 1996, Final-Soparfi cède Hoyez à Avelinvest contre l'avis de ses créanciers. Le contrat de prêt stipulait que toute vente d'actif devait recevoir l'aval de ces derniers. Le montage aurait permis aux dirigeants « de s'accaparer une entreprise, Hoyez, au détriment de ses créanciers » déclare Patrick Atlan, avocat de Ciga Luxembourg.

Patrick Gentil n'a pas été sanctionné, et pour cause : il est poursuivi au tribunal de commerce par le liquidateur de Final-Soparfi.

© Zonebourse.com 2008
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader