Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'actualitéLes news les plus luesBiographies des Barons
Nationalité : Italienne
Date de naissance : 14/11/1934
Principales sociétés : Compagnie Industriali Riunite S.p.A.
Biographie : Il fait ses études supérieures à l'école Polytechnique de Turin et obtient en 1958 son diplôme en gé...

Figure du capitalisme italien, Carlo de Benedetti tire sa révérence

28/01/2009 | 11:20
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Baptisé « l'ingénieur », Carlo de Benedetti a convoqué la presse (et sa famille) pour annoncer son renoncement à toutes les présidences des sociétés qu'il avait fondées. « Je me rends compte du temps qui passe [...], j'ai décidé de céder la présidence de toutes mes sociétés », a-t-il sobrement déclaré. Carlo de Benedetti restera dans l'histoire, notamment pour le redressement de la firme Olivetti.

Cette figure emblématique du capitalisme italien a invoqué des « raisons personnelles » pour expliquer son départ. Son âge avancé (74 ans) ne semble pas être à l'origine de sa décision, Carlo de Benedetti se vantant de jouir d'une « santé parfaite ».

« En accord » avec son fils Rodolfo, Carlo de Benedetti désignera son successeur à la présidence du conseil d'administration du groupe l'Espresso (qui comprend l'hebdomadaire L'Espresso, 430 000 exemplaires, et le deuxième quotidien de la Péninsule avec 650 000 exemplaires, La Repubblica, plutôt orienté à gauche).

C'est en 1978 qu'il signe son plus beau coup en reprenant Olivetti, au bord du gouffre. Avec de Benedetti aux commandes, le fabricant de machines à écrire dépasse en quelques mois le milliard de dollars de ventes, puis 5 milliards en 1986. « C'est l'unique entreprise de machines à écrire qui s'est transformée en société informatique. Tous les concurrents ont fait faillite. »

La Société Générale de Belgique, sa « plus grave erreur »
Sa « plus grave erreur » aura été le raid manqué sur la Société Générale de Belgique - surnommée « la vieille dame » à l'époque -, en 1986, et qui sera finalement reprise par Suez, pour devenir Tractebel.

Mais le nom de Benedetti reste également associé au scandale lié à la banqueroute de la Banca Ambrosiano, en 1982. Il fut d'ailleurs condamné à six ans et quatre mois d'emprisonnement dans cette affaire, avant d'être partiellement blanchi par la cour suprême, en 1998.

© Zonebourse.com 2009
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
COMPAGNIE INDUSTRIALI RIUNITE S.P.A. 0.00%Cours en clôture.-45.68%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader