Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     

Les Barons de la Bourse

AccueilToute l'actualitéLes news les plus luesBiographies des Barons 
Age : 48
Pays de résidence : Non renseigné
Principales sociétés : Schneider Electric S.E. - Orange S.A.
Biographie : Christel Heydemann est présidente du Groupement des Industries de l'équipement lectrique. Elle est é...

Tarif du dégroupage: Orange va introduire "de lourds contentieux" contre l'Arcep

30/11/2022 | 11:32

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Orange se prépare à introduire de lourds contentieux contre la décision de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) de ne pas relever le tarif du dégroupage, a déclaré Christel Heydemann, la directrice générale de l'opérateur de télécommunications, devant la commission des Affaires économiques du Sénat.

"Nous nous préparons à introduire de lourds contentieux contre les décisions de l'Arcep de ne pas revoir le tarif du dégroupage", a indiqué Christel Heydemann devant les sénateurs. "Il ne s'agit pas de défendre une prétendue rente mais de défendre la qualité de service à laquelle nos concitoyens ont droit, de défendre l'emploi, de rémunérer toute la chaîne de valeur et de garantir à tous l'universalité d'un accès très haut débit avec une qualité de service adéquate", a ajouté la dirigeante.

Le tarif du dégroupage correspond au prix de gros que payent les opérateurs télécoms alternatifs Free, Bouygues Telecom et SFR à Orange pour pouvoir utiliser son réseau cuivre et ainsi vendre à leurs clients des abonnements à internet par ADSL. Fixé par l'Arcep, ce tarif est de 9,65 euros par ligne et par mois pour la période allant de 2021 à 2023.

A ce jour, les coûts de maintenance du réseau cuivre assumés par Orange dépassent les revenus qu'il lui procure, le nombre de clients aux services ADSL diminuant au profit des abonnés à la fibre optique. Aussi, l'ex-France Telecom souhaiterait être accompagné par les autres opérateurs télécoms pour supporter les coûts de fermeture du réseau cuivre, qui s'élèvent à 500 millions d'euros par an.

En 2020, l'Arcep jugeait d'ailleurs "pertinent" le fait "que le niveau du tarif puisse être ajusté à la hausse, y compris au cours du cycle 2021-2023, en cas de présentation concrète par Orange d'un plan de fermeture du réseau cuivre et en fonction des garanties qu'il présenterait quant à la rapidité de la transition entre cuivre et fibre". Ce qu'Orange a fait en annonçant sa volonté de fermer commercialement puis techniquement son réseau cuivre progressivement entre 2023 et 2030.

Entre février et avril 2022, l'Arcep a mené une consultation publique sur "l'évolution du contrôle tarifaire de l'accès à la boucle locale cuivre pour les années 2022 et 2023", mais aucune décision n'a été prise depuis, suscitant de vives tensions entre les parties.

La commission des Affaires économiques du Sénat a prévu d'auditionner l'Arcep prochainement.

A la Bourse de Paris, l'action Orange progresse de 0,1%, à 9,85 euros.

-Dimitri Delmond, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 31; ddelmond@agefi.fr ed: VLV

Agefi-Dow Jones The financial newswire

(END) Dow Jones Newswires

November 30, 2022 05:31 ET (10:31 GMT)

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BOUYGUES SA 1.01%30.87 Cours en temps réel.8.99%
CAC 40 1.18%7203.55 Cours en temps réel.10.17%
ORANGE 0.30%9.648 Cours en temps réel.3.61%
S&P GSCI COPPER INDEX 2 1.20%636.9106 Cours en temps réel.6.43%