Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Informations  >  Barons de la Bourse  >   L'actualité des Barons de la bourse

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'infoLes news les plus luesBiographies des Barons
Pays de résidence : Non renseigné
Principales sociétés :
Aucune connexion disponible

Certaines banques centrales doivent en faire plus, d'autres moins, selon Villeroy (BCE)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
25/05/2020 | 20:26
CERTAINES BANQUES CENTRALES DOIVENT EN FAIRE PLUS, D'AUTRES MOINS, SELON VILLEROY (BCE)

Certaines banques centrales de la zone euro doivent se préparer à acheter davantage d'obligations et d'autres "significativement moins" afin d'assurer une "bonne transmission" de la politique monétaire de la Banque centrale européenne, a estimé lundi François Villeroy de Galhau, membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

Selon le gouverneur de la Banque de France, la flexibilité du PEPP (Programme d'achats d'urgence pandémique) mis en place par la BCE en fait un instrument de choix face aux conséquences économiques de la crise sanitaire.

"Alors que la crise risque d'avoir certains effets asymétriques, nous ne permettrons pas qu'une dynamique de marché défavorable entraîne des hausses injustifiées de taux d'intérêt dans certains pays, et une fragmentation qui compromettrait la bonne transmission de notre politique monétaire", a toutefois mis en garde François Villeroy de Galhau lors d'un discours devant la Société d'économique politique.

"Donc, sur le PEPP, s'en tenir aux clés de capital pour déterminer le montant des achats par pays serait une contrainte injustifiée qui réduirait l'efficacité même de nos interventions", a-t-il poursuivi.

"Il ne s'agit pas de cibler des spreads ou des niveaux de taux d'intérêt prédéterminés (...). Mais, en fonction de la dynamique de marché et des conditions de la liquidité, et dès lors que celles-ci présentent des écarts injustifiés et des risques de volatilité excessive, certaines banques centrales nationales doivent pouvoir acheter significativement plus, et d'autres significativement moins, ceci restant en risques non partagés."

(Leigh Thomas, version française Jean-Stéphane Brosse)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités sur François Villeroy de Galhau
 
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10Suiv.