Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Informations  >  Barons de la Bourse  >   L'actualité des Barons de la bourse

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'infoLes news les plus luesBiographies des Barons
Nationalité : Américaine
Date de naissance : 12/08/1930
Biographie : George Soros, né György Schwartz, a connu l'occupation nazie en Hongrie. D'origine juive, il est con...

George Soros débouté dans l’affaire Société Générale

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
11/10/2011 | 16:07

Avant de se faire connaître du grand public lors de la crise des monnaies, en 1992, le financier américain était déjà renommé dans le monde de la finance. Par un raccourci un peu rapide, on avait pensé à faire appel à lui pour une affaire trouble autour de la Société Générale. Une charmante attention… qui reste collée à ses souliers depuis plus de 20 ans.

Le procès le plus long de l’histoire de la République française… n’est pas terminé. George Soros vient d’être débouté par la Cour européenne des droits de l’homme dans son recours contre la condamnation de la justice française sur l’affaire du raid contre la Société Générale, en 1987. Mais juste après le jugement, son avocat, Ron Sofer, indiquait que son client demanderait le renvoi de l’affaire devant la grande chambre de la juridiction européenne.

George Soros estimait qu’à l’époque la définition du délit d’initié était tellement vague qu’on ne pouvait lui reprocher de l’avoir commis. La Cour européenne des droits de l’homme a considéré qu’il était normal que les lois aient un degré élevé de généralité, laissant ensuite aux tribunaux le soin de juger au cas par cas.

Flash-back
Petit rappel historique pour ceux qui auraient oublié, les faits, ou qui n’étaient pas nés en 1987. A l’époque, le Premier ministre de François Mitterrand, Jacques Chirac, décide de privatiser la Société Générale. En réponse, plusieurs responsables socialistes et hommes d’affaires tentent un raid boursier afin de « briser » le noyau dur d’actionnaires constitué au sein de la banque.

Le raid – qui échouera – est mené par Georges Pébereau, fondateur du groupe Marceau Investissements. Dans sa recherche de partenaires, Pébereau avait alors contacté George Soros qui avait décliné l’offre. Néanmoins, Soros, informé de l’imminence du raid, avait spéculé sur le titre Société Générale, tirant près de 2,2 millions de dollars de profit.

Soros estime n’avoir pas commis de délit d’initié, l’information obtenue n’étant pas liée directement à son activité professionnelle. Blanchi par la Commission des opérations de Bourse (la COB, ancêtre de l’Autorité des marchés financiers), Soros et plusieurs autres personnalités – Jean-Charles Naouri, Samir Traboulsi et Jean-Pierre Peyraud – avaient finalement été poursuivies, notamment pour délit d’initié.

Après le plus long marathon judiciaire de l’histoire juridique française, tous les protagonistes furent soit amnistiés, soit relaxés. Sauf un, George Soros, condamné après cassation à payer une amende de 940 500 euros, correspondant aux plus-values réalisées sur les titres acquis en France.

Il semblera toujours difficile de trier le vrai du faux dans une affaire aussi complexe, étalée sur plus de 20 ans. Mais on peut comprendre que George Soros ait été quelque peu froissé de passer pour le seul « malfaiteur » de cette rocambolesque affaire politico judiciaire des années Mitterrand.

© Zonebourse.com 2011 / Crédit photo © Maxppp
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10Suiv.

Publicité