Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Informations  >  Barons de la Bourse  >   L'actualité des Barons de la bourse

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'infoLes news les plus luesBiographies des Barons
Nationalité : américaine
Date de naissance : 14/05/1984
Principales sociétés : Facebook Inc
Biographie : Plus jeune milliardaire de la planète avec 4 milliards de dollars en 2010, Mark Zuckerberg, créateur...

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 22h00 GMT (10/05)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
11/05/2019 | 00:00

QUATRE OTAGES LIBÉRÉS AU SAHEL, DEUX SOLDATS FRANÇAIS TUÉS

PARIS - Quatre otages - deux Français, une Américaine et une Sud-Coréenne - ont été libérés dans la nuit de jeudi à vendredi par l'armée française dans le nord du Burkina Faso, lors d'une opération "de très grande complexité" durant laquelle deux membres des forces spéciales françaises ont été tués.

Quatre des six ravisseurs ont été tués, les deux autres ont pris la fuite, a précisé le général François Lecointre, chef d'état-major des armées françaises lors d'un point de presse au côté de la ministre des Armées Florence Parly.

L'affiliation du groupe armé ciblé par "plus d'une vingtaine" de commandos au terme de plusieurs jours de traque est en cours d'analyse, a précisé la ministre. Les deux groupes prédominants dans la zone sont le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM ou RVIM), proche d'Al-Qaïda, et l'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS).

L'armée française, déployée au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane, appuyée par les moyens de renseignement américains et les forces armées burkinabé a décidé d'intervenir de crainte du transfert imminent des otages à la katiba Massina, émanation malienne du GSIM. Il aurait été alors "impossible de réaliser une libération", a assuré le général Lecointre.

"Cet effort-là, c'est comme dans un enlèvement d'enfant, il faut le marquer au début. (...) On n'aurait pas pu le maintenir très longtemps", a-t-il souligné.

---

BREXIT-LA FRANCE OPPOSÉE À DES "EXTENSIONS À RÉPÉTITION"

PARIS - La France ne veut pas rentrer dans une logique "d'extensions à répétition" de la date du Brexit, pour l'instant fixée au plus tard le 31 octobre, a déclaré vendredi une source à l'Elysée, confirmant la ligne dure adoptée au lendemain du référendum.

La source n'est pas allée jusqu'à assurer qu'Emmanuel Macron bloquerait une nouvelle demande d'extension, chaque délai supposant l'unanimité des Vingt-Sept, mais a ajouté: "On ne va pas refaire un cycle de sommets du Brexit."

Si le Royaume-Uni n'est pas sorti le 31 octobre, "il faut être clair : il ne faut pas rentrer dans un monde d'extensions à répétition", a-t-elle dit. "Notre message au Royaume-Uni est clair : il faut avoir trouvé une solution d'ici le 31 octobre."

---

ARMES FRANÇAISES-LE NAVIRE SAOUDIEN REPART À VIDE

PARIS - Le navire saoudien qui devait prendre livraison d'armes françaises au Havre s'éloignait vendredi de la zone portuaire de Seine-Maritime sans chargement, indiquait-on vendredi de source proche du député communiste local Jean-Paul Lecoq.

Le transfert de ces armements non spécifiés, qui n'a donc a priori pas eu lieu, a relancé le débat sur l'opportunité de fournir des armes à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, qui se sont engagés dans la guerre au Yémen en mars 2015 contre les rebelles chiites houthis, soutenus par l'Iran.

Deux ONG françaises, ACAT (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture) et ASER (Action sécurité éthique républicaine), avaient introduit un recours judiciaire suspensif pour empêcher le chargement controversé. Ce référé a été rejeté vendredi.

---

CONVERGENCES MACRON-ZUCKERBERG SUR LA RÉGULATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

PARIS - Emmanuel Macron a exposé vendredi à Mark Zuckerberg les principes d'une future régulation des plateformes Internet, visant notamment à lutter contre les contenus terroristes ou haineux, qui ont été salués par le fondateur de Facebook.

La France veut être aux avant-postes dans l'élaboration d'une régulation européenne qui constituerait une troisième voie entre le laisser-faire américain et la "surrégulation" chinoise.

Elle accueillera la semaine prochaine une rencontre des ministres du Numérique des pays du G7, qui travailleront sur une charte contre les contenus haineux, et un sommet Tech for good, en marge duquel un texte pour lutter contre les contenus à caractère terroriste ou relevant de l’extrémisme violent sera signé par des Etats et des entreprises du numérique.

Le président français a reçu vendredi le directeur général du plus grand réseau social mondial à l'Elysée après la remise au gouvernement d'un rapport qui a vocation à fixer les bases d'une régulation française pouvant être exportée en Europe.

Le rapport élaboré par des experts publics dépêchés pendant plusieurs mois au sein des équipes de Facebook recommande en particulier d'imposer aux plateformes une plus grande transparence sur les moyens mis en oeuvre pour lutter contre les contenus haineux, sous peine de sanctions financières.

Après sa rencontre avec Emmanuel Macron, Mark Zuckerberg a salué l'action de la France.

---

TRUMP ASSURE QUE LES DISCUSSIONS USA-CHINE VONT CONTINUER

WASHINGTON - Donald Trump a déclaré vendredi que les discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine allaient continuer et que les droits de douane américains sur des milliers de produits chinois pouvaient être aussi bien supprimés que maintenus à l'issue des pourparlers.

"Au cours des deux derniers jours, les Etats-Unis et la Chine ont eu des discussions sincères et constructives sur la nature des relations commerciales entre les deux pays", a-t-il écrit sur Twitter.

Soulignant la qualité de ses relations avec le président chinois, Xi Jinping, il a ajouté que les négociations allaient se poursuivre.

"Dans l'intervalle, les Etats-Unis ont imposé des droits de douane sur la Chine, qui pourraient être supprimés ou pas en fonction de ce qui se passera concernant les futures négociations", a-t-il poursuivi.

Ces propos ont permis à la Bourse de New York, de s'orienter à la hausse et l'indice Dow Jones gagnait 0,66% à une demi-heure de la clôture alors qu'il perdait jusqu'à 1,39% en matinée.

Dans une première série de messages publiés sur Twitter en début de journée, Donald Trump avait déclaré qu'il n'était pas pressé de signer un accord commercial avec la Chine, alimentant les craintes d'un conflit durable.

Washington applique depuis 00h01 vendredi (04h01 GMT) le relèvement de 10% à 25% des droits de douanes sur des milliers de produits chinois représentant un montant d'échange total de 200 milliards de dollars (178 milliards d'euros), ce qui pourrait conduire Pékin à prendre des mesures de représailles.

EXCLUSIF: La Chine est revenue en arrière sur presque tous les points négociés avec Washington, selon des sources US

---

LES USA APPROUVENT LE DÉPLOIEMENT DE MISSILES PATRIOT AU MOYEN-ORIENT

WASHINGTON - Le secrétariat américain à la Défense a approuvé un nouveau déploiement de missiles Patriot au Moyen-Orient, a-t-on appris vendredi auprès d'un responsable américain qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat.

Cette décision intervient après celle d'envoyer un groupe aéronaval et des bombardiers dans la région, afin de signaler clairement à Téhéran que toute attaque contre les intérêts de Washington ou de ses alliés serait sanctionnée, expliquait dimanche le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton.

L'Iran a rejeté les allégations de menaces, les qualifiant de "faux renseignements". Les tensions entre Washington et Téhéran se sont accrues depuis l'annonce par Donald Trump, en mai dernier, du retrait des Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien et le rétablissement progressif des sanctions économiques visant l'Iran.

---

MUELLER NE SERA PAS ENTENDU AU CONGRÈS LA SEMAINE PROCHAINE

WASHINGTON - Robert Mueller, qui a conduit l'enquête sur l'implication de Moscou dans la campagne électorale de 2016, ne sera pas entendu la semaine prochaine par la commission de la Chambre des représentants aux Affaires judiciaires, rapportent vendredi plusieurs médias américains.

Selon Bloomberg, Fow News et plusieurs autres titres de presse, les négociations se poursuivent et Jerrold Nadler, qui dirige la commission, espère toujours que Mueller se présentera et lui adressera, si beoin, une citation à comparaître.

---

5G

PARIS FIXE LE CADRE DES ENCHÈRES, PRIX DE RÉSERVE CONNU D'ICI L'ÉTÉ

PARIS - Le gouvernement a dévoilé vendredi le cadre dans lequel l'Arcep, le régulateur des télécoms en France, devra mener cet automne les enchères qui doivent permettre l'attribution début 2020 des fréquences mobiles de cinquième génération (5G).

Dans un courrier adressé le 2 mai dernier au président de l'Arcep, Sébastien Soriano, et rendu public vendredi, le gouvernement liste quatre critères dont l'Arcep devra tenir compte lors de cette procédure: l’aménagement numérique du territoire, l’équilibre concurrentiel, l’innovation et enfin l’émergence de nouveaux services.

"La bonne couverture mobile au bénéfice de tous les Français est un objectif majeur du gouvernement", soulignent dans ce courrier Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.

---

ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE SUR LE FICHIER MONSANTO

PARIS - Le parquet de Paris a annoncé vendredi soir l'ouverture d'une enquête préliminaire sur le fichier constitué par le groupe américain Monsanto, acquis par l'allemand Bayer BAYGn.DE, sur les positions de personnalités en France sur les pesticides, notamment sur le glyphosate.

Cette enquête est ouverte, à la suite d'une plainte déposée par Le Monde, pour "traitement automatisé de données personnelles sans déclaration préalable à la CNIL, collecte de données personnelles par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite, enregistrement de données à caractère personnel sensible sans l'accord de l'intéressé et transfert illicite de données à caractère personnel", a-t-il précisé.

Selon Le Monde, ce fichier de 200 noms de journalistes, politiques, dirigeants d'organisations professionnelles ou scientifiques date de novembre 2016 et provient d'une fuite du cabinet de lobbying et de relations publiques Fleishman-Hillard, "mandaté par Monsanto pour l’assister dans sa défense du glyphosate".

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10Suiv.

Publicité