Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Communauté  >  Forum

Forum

AccueilGénéralActionsIndicesDevisesMatières premièresProduits de BourseActualités 
maldoror dans GENERAL - Il y a 1 an arrow option
L'arme ultime des émetteurs : le pricing fonction de la variation des positions ouvertes
Cette technique s'est beaucoup développée ces dernières années pour compenser l'érosion des volumes échangés sur les produits dérivés afin de maintenir des niveaux de marge confortables. Elle peut permettre d'expliquer pourquoi l'immense majorité des intervenants particuliers perdent (beaucoup) d'argent sur une longue période.
Ce pricing "biaisé" est utilisée par plusieurs émetteurs et il se traduit par une baisse de prix d'un seul produit de la gamme qui se trouve "malheureusement" être celui que l'on vient d'acheter. La baisse de prix peut-être effectuée soit de façon grossière (baisse immédiate du prix) ou plus sournoise et donc plus dangeureuse (baisse progressive du prix sur 15 à 30 minutes).
La mauvaise nouvelle, c'est qu'il n'existe aucune parade sauf en sélectionnant les produits non pas sur leurs caractéristiques habituelles de strike ou d'échéance en fonction de son scénario mais en déterminant si les autres particuliers déjà en position se sont déjà fait suffisamment plumer ou non.
La bonne nouvelle, c'est que quelques émetteurs résistent et ne semblent pas (encore) utiliser cette technique confiscatoire, j'espère que ce n'est pas simplement en raison de difficultés techniques à ajouter le paramètre de la variation de la position ouverte dans des modèles de pricing utilisés alors que comme on va le voir au fil des exemples de trades réels commentés d'autres on fait l'impasse sur toutes considérations éthique ou de déontologie.
Fisher Black et Myron Scoles doivent se retourner dans leurs tombes.
mrcharre et 3 autres membres participent à cette discussion
maldoror - Il y a 1 an arrow option
Sur ce premier exemple on peut constater que l'achat de 2100 Turbo Call CAC 4800 03/18 D410T a entraîné une baisse significative de son prix dans les secondes/minutes qui ont suivi l'achat de 8h16'.
Après la vente de 9h39', l'écart de prix observé entre le Turbo Strike 4800 et 4790 revient à son niveau de long terme et le piège est de nouveau tendu en attendant le prochain.
3
  
maldoror - Il y a 1 an arrow option
Erratum : J'ai enterré un peu vite Myron Scholes
  
  
benteo - Il y a 1 an arrow option
Ton graph forme un dessin très explicite......Aie !
1
  
Runurdead - Il y a 1 an arrow option
Et bien avec cette "pub" les volumes échangés sur ces produits ne vont pas s'améliorer bien au contraire.
  
  
maldoror - Il y a 1 an arrow option
Runerdead, le but est d'éliminer les mauvaises pratiques et d'encourager les émetteurs qui n'y ont pas recours et je ne manquerai pas de les citer.
La règle numéro 1 avec tous les produits dérivés est de pouvoir abandonner un pari en intraday exactement au même niveau de cours que lors de la prise de position lorsque toutes les conditions sont inchangées (cours du sous-jacent, volatilité implicite de l'option équivalente).
Avec la prise en compte des entrées-sorties dans le prix du produit c'est évidemment impossible et donc mieux vaut s'abstenir de prendre position car au mieux on gagne beaucoup moins mais bien souvent on perd beaucoup plus.
1
  
seb37300 - Il y a 1 an arrow option
Super post et très bon exemple, et tu aurai pu rajouté que ta technique c est d acheter dans le trou, après le pige... pardon, le client ;-) si j avais su ça dès le début j aurai pas la meme somme sur mon compte, 8 ans de perdu avec les dérivé, alors que les futures sont la solutions.
Mais bon il y a des ptits malins qui savent faire mumuse avec les éméteurs #maldo #sirius etc ;-) je suis meme sur que ça les arrangeraient pas que les éméteurs deviennent honnetes mdr.
En tout cas merci pour cette démonstration
3
  
maldoror - Il y a 1 an arrow option
Seb, lorsque l'on prend position après un gros qui s'est fait enfermé par cette technique alors au mieux on n'est pas pénalisé si la taille de notre ordre est faible.
Mais la probabilité d'un possible coup de pouce si le gros prend sa perte est égale à celle de couler avec lui si il tente le tout pour le tout par désespoir et qu'il se renforce ou si d'autres croient flairer une bonne affaire qui bien souvent n'en est pas une.
  
  
maldoror - Il y a 1 an arrow option
Seb, je compte présenter des exemples avec des trades réels avec 3 autres émetteurs. Mais pour l'un d'eux c'est tellement écoeurant que j'hésite encore un peu.
1
  
seb37300 - Il y a 1 an arrow option
non non nhésite pas, ils ne sont plus sponsor ;-)
2
  
mrcharre - Il y a 1 an arrow option
post très intéressant.

Serait-il possible de porter à notre connaissance le nom du ou des émetteurs ayant de telles pratiques ?
1
  
Voir les 10 réponses précédentes
maldoror - Il y a 1 an arrow option
Les 4 émetteurs qui ont recours au pricing biaisé en fonction des entrées-sorties soit de façon systématique soit de façon ponctuelle (par exemple pour éradiquer les scalpeurs par activation d'une macro chez SG) sont :
Unicredit, Vontobel, SG et Commerzbank
Pour ING je ne sais pas car je ne trade pas leurs produits et pour Citi à vérifier ultérieurement notamment sur les turbos avec forts volumes à proximité de la barrière. A priori BNP a un pricing fair mais si des exemples permettent de prouver le contraire je suis preneur.
3
  
maldoror - Il y a 1 an arrow option
PV nette 2100 Turbos CAC = 2100 x (0.972 - 0.96) - 2 x 5 = 15 €

2000 turbos correspondant à 2 contrats CAC x 10, l'intervention directe sur les futures exactement au même instant aurait permis d'obtenir en trade perso ou en couverture émetteur :

PV nette future CAC = 20 X ( 4890.5 - 4887 ) - 2 x 2.5 = 65 €

Dans cet exemple, le pricing biaisé a permis à l'émetteur de verrouiller sa marge de façon définitive (cad quel que soit le niveau du CAC lors du débouclage) autour de 50 € au lieu des 20 € qui auraient été légitimes avec un spread 1 ct et une cotation au 1/1000 ième comme sur le D410T
1
  
mrcharre - Il y a 1 an arrow option
Merci pour ces précisions. En effet, je fais des dérivés et je me suis rendu compte que SG et commerzbank n'étaient pas très clean. J'utilise surtout Citi et BNP même si parfois il y a des trucs assez louches surtout quand tu es scotché sur ton écran durant toute la session. Unicredit et vontobel ce n'est pas pour moi.
  
  
maldoror - Il y a 1 an arrow option
mrcharre, Si tu constates des évolutions "louches" sur des produits dérivés alors n'hésite pas à les soumettre pour avoir des avis complémentaires.
Evite d'avoir trop confiance dans les explications prêtes à l'emploi qui te sont données aux différents numéros verts car certains interlocuteurs sont incompétents et ceux qui ne le sont pas te sortent également des explications pas toujours convaincantes.
1
  
mrcharre - Il y a 1 an arrow option
Merci pour le conseil. Je ne suis pas du genre à appeler et puis dans tous les cas, quelles sont les possibilités de recours ? faire appel à AMF? Je pense qu'ils ne bougeront jamais...
1
  
  • Publier
    loader