DÜSSELDORF (dpa-AFX) - Le patron d'Adidas, Bjorn Gulden, a critiqué la manière dont la Fédération allemande de football a géré le changement d'équipementier. "J'aurais aimé avoir une discussion avec la DFB", a déclaré l'homme de 59 ans au journal "Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung" après le changement de la fédération au profit du groupe américain d'articles de sport Nike. Selon lui, l'entreprise n'a pu faire qu'une seule offre. Il n'y a ensuite plus eu d'occasion de négocier, a déclaré Gulden. Il s'agit d'une pratique inhabituelle dans le secteur.

Jusqu'à présent, Adidas aurait payé environ 50 millions d'euros par an, Nike aurait proposé le double. Gulden n'a toutefois pas déploré le "manque de patriotisme local" évoqué dans un premier temps par le ministre allemand de l'Économie Robert Habeck. "Nous avons une économie libre, on peut choisir le paquet qui convient financièrement. C'est pourquoi le résultat final nous convient parfaitement. Et si la DFB reçoit vraiment autant d'argent prochainement, alors chapeau", a expliqué le patron d'Adidas avant d'ajouter. "Nous n'aurions en tout cas pas offert une telle somme"./ri/DP/stw