Google, la société d'Alphabet, doit être jugée sur l'allégation des autorités antitrust américaines selon laquelle le géant de la recherche sur Internet domine illégalement le marché de la technologie de la publicité en ligne, a décidé un juge fédéral vendredi.

La juge du district d'Alexandria (Virginie), Leonie Brinkema, a rejeté la requête de Google lors d'une audience, selon les archives du tribunal.

Google avait plaidé pour une victoire sans procès, affirmant que les lois antitrust n'empêchent pas les entreprises de refuser de traiter avec leurs rivaux et que les régulateurs n'avaient pas défini avec précision le marché de la technologie publicitaire.

Les documents judiciaires ne précisent pas les raisons invoquées par le juge lors de l'audience. Les requêtes telles que celle déposée par Google ne sont acceptées que lorsqu'un juge détermine qu'il n'y a pas de différend factuel justifiant un procès.

Le juge Brinkema doit présider le procès dans cette affaire le 9 septembre.

"Nous sommes impatients de rétablir la vérité", a déclaré un porte-parole de Google.

Un porte-parole du ministère de la justice s'est refusé à tout commentaire.

L'année dernière, le ministère de la justice et une coalition d'États ont intenté une action en justice contre le géant de la technologie, affirmant qu'il monopolisait illégalement la publicité numérique et qu'il surfacturait les utilisateurs. L'action en justice vise principalement à démanteler l'activité de Google dans le domaine de la publicité numérique afin de favoriser la concurrence.

Vendredi, les régulateurs ont convaincu M. Brinkema d'empêcher un ancien agent du FBI, consultant en cybersécurité pour Google, de témoigner en tant qu'expert lors du procès.

Google a remporté une victoire dans cette affaire la semaine dernière, lorsque M. Brinkema a autorisé la poursuite du procès sans jury, après que l'entreprise a réglé les plaintes selon lesquelles son comportement avait porté préjudice au gouvernement des États-Unis.