(Alliance News) - Les marchés boursiers du Vieux Continent continuent de payer le prix des tensions politiques en France en particulier.

Axel Rudolph, Senior Market Analyst chez IG, a déclaré : "Les indices boursiers européens poursuivent leur déroute alors que les querelles politiques entre les partis français tournent à la farce. Les sorties de fonds de l'Europe vers les marchés émergents et les grandes valeurs américaines ont contribué à ce que le S&P 500 et le Nasdaq 100 atteignent de nouveaux sommets cette semaine, tandis que le CAC 40 français a chuté d'environ 5 %."

Le FTSE Mib a clôturé vendredi en baisse de 2,8 % à 32 665,21, le Mid-Cap a perdu 1,5 % à 46 390,02, le Small-Cap a affiché une perte de 1,4 % à 28 240,76 tandis que l'Italian Growth a cédé 0,3 % à 8 048,51.

En Europe, le FTSE 100 de Londres a clôturé en baisse de 0,2 %, le CAC 40 de Paris a perdu 2,9 % et le DAX 40 de Francfort a cédé 1,4 %.

Sur la liste des valeurs sûres, les deux seules valeurs à avoir progressé sont Amplifon - en hausse de 1,2 % - et Inwit, qui a augmenté de 0,3 % après avoir annoncé qu'elle avait formalisé un accord comprenant un droit d'option pour acheter une participation exclusive de contrôle de 51 % du capital de la société Boldyn Networks Smart City Roma, qui a remporté l'appel d'offres pour la concession du projet 5G de Rome à la fin de l'année dernière.

En bas de l'échelle, les banques sont placées, avec UniCredit enregistrant une chute de 5,6 % et BPER Banca suivant avec une baisse de 4,0 %.

Les valeurs industrielles ont également souffert, avec Leonardo dans le rouge de 5,3% et Iveco Group continuant à perdre du terrain sur le marché boursier, clôturant en baisse de 5,1%.

Du côté des valeurs moyennes, Intercos a progressé de 1,6% à 15,68 euros après une baisse de 3,9% la veille.

Les ventes sur MFE, avec des actions de classe A cédant 2,2 pour cent. Cette catégorie d'actions a clôturé la séance de la veille en baisse de 4,8 %. Les actions B, quant à elles, ont perdu 5,3 %.

Salvatore Ferragamo, quant à lui, a chuté de 3,4 % à 8,6950 EUR par action, le titre ayant perdu environ 28 % depuis le début de l'année.

Saras a clôturé en baisse de 0,4 % après que Vitol a reçu l'approbation de la Commission européenne pour les subventions étrangères.

En outre, les conditions préalables à la clôture de l'acquisition par Vitol de 35 % de Saras auprès de la famille Moratti se sont concrétisées. Par conséquent, la clôture devrait avoir lieu au plus tard à la fin du mois de juin.

À la suite de la clôture, Vitol, par l'intermédiaire d'une société ad hoc, devra lancer une offre publique d'achat obligatoire pour les actions restantes de Saras. De plus amples informations sur l'offre publique d'achat seront fournies ultérieurement.

Sur les petites bourses, GO internet a clôturé à l'équilibre après avoir annoncé vendredi qu'elle et son actionnaire majoritaire, BID-GO, avaient signé un accord de prêt d'actionnaires pour l'octroi par BID-GO à GO internet d'un prêt d'actionnaires portant intérêt de 700 000 euros.

Ce prêt est destiné à répondre aux besoins économiques et financiers à court terme de la société. Le taux appliqué est de 2%.

Il est à noter que BID-GO a lancé une offre publique d'achat sur GO internet le 31 mai dernier et qu'elle est détenue à 100% par Tiscali, elle-même contrôlée par Tessellis, qui a clôturé en baisse de 4,0%.

Bialetti Industrie a perdu 1,4, poursuivant le sillage baissier entamé trois séances plus tôt.

Parmi les PME, Bellini Nautica a augmenté de 10 % pour atteindre 2,80 euros, après avoir clôturé sans changement la veille.

Eligo ne s'est pas échangé. La société a publié ses résultats pour 2023, un exercice qui s'est soldé par une perte de 2,5 millions d'euros, qui s'est aggravée par rapport à la perte de 940 000 euros enregistrée en 2022.

Le chiffre d'affaires s'élève à 1,9 million d'euros contre 2,1 millions d'euros en 2022. L'EBITDA ajusté en 2023 est négatif de 1,9 million d'euros, contre 360 000 euros. L'Ebit est négatif de 2,5 millions d'euros contre 890 000 euros. L'action a %.

En queue de peloton, Giglio.com a perdu 6,0% à 1,87 euro par action, prenant ses bénéfices après quatre six haussiers.

A New York, le Dow est en baisse de 0,5 % à 38 464,22, le Nasdaq est en baisse de 0,1 % à 17 642,06 et le S&P 500 est en baisse de 0,3 % à 5 417,22.

Parmi les devises, l'euro a changé de mains à 1,0694 USD contre 1,0764 USD hier à la clôture des actions européennes, tandis que la livre valait 1,2678 USD contre 1,2755 USD jeudi soir.

Parmi les matières premières, le Brent s'échange à 82,78 USD le baril contre 82,81 USD le baril à la clôture de jeudi. L'or, quant à lui, se négocie à 2 331,03 USD l'once contre 2 312,10 USD jeudi soir.

Le calendrier macroéconomique de lundi s'ouvre avec l'indice Rightmove des logements britanniques, prévu à 0101 CEST, suivi par les données sur les principales commandes de machines au Japon, à 0150 CEST.

L'attention se porte ensuite sur la Chine, avec les prix des logements, la production industrielle, les ventes au détail et le taux de chômage, tandis qu'en Europe, les regards se tournent vers l'inflation italienne, attendue à 10 heures CEST, et la réunion de l'Eurogroupe, deux heures plus tard. En Espagne, les données de la balance commerciale arriveront à 1000 CEST.

Aux États-Unis, l'attention se portera sur les adjudications de T-Note à trois et six mois et sur le discours de Harker, membre du FOMC.

Parmi les entreprises présentes sur la Piazza Affari, les résultats de Zucchi sont attendus.

Par Giuseppe Fabio Ciccomascolo, Alliance News senior reporter

Commentaires et questions à redazione@alliancenews.com

Copyright 2024 Alliance News IS Italian Service Ltd. Tous droits réservés.