Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

AREVA SA

SynthèseActualitésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteur

Niger: la Cominak, filiale d'Orano, menacée de fermeture (ministre nigérien)

11/05/2019 | 14:37
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

NIAMEY (awp/afp) - La Cominak, une des deux filiales nigériennes du groupe français Orano "pourrait à terme fermer" en raison de prix de l"uranium très bas et aussi de coûts de production élevés, a prévenu samedi le ministre des Mines du Niger devant les députés.

"La situation de la Cominak est très diffcile, très préocupante, et pourrait à terme fermer", a dit Hassane Barazé, le ministre nigérien des Mines, répondant à un parlementaire sur "la fermeture" de cette mine souterraine exploitée depuis 1978 dans le nord désertique du Niger.

"Quand on prend le cas de la Cominak (...) les réserves s'épuisent et très chers à exploiter surtout avec des conditions des prix (d'uranium) très bas", a expliqué le ministre.

Le prix spot de l'uranium "tourne autour de 35.000 FCFA à 36.000 FCFA (53,3 euros à 54,8 euros) "alors que les coûts de production de la Cominak tournent autour de 49.000 FCFA à 50.000 FCFA (74 euros à 76 euros)", a-t-il souligné.

Selon le ministre, la Cominak "vit" déjà avec à "un découvert de 12 milliards FCFA (plus de 18 millions d'euros) accordés par des banques". Elle avait "clôturé l'exercice 2017 avec une perte nette de 16 milliards FCFA (24,3 millios d'euros)" et pour 2018 une perte d'"au moins 17 milliards (25,9 millions d'euros)".

En 2019, elle "va clôturer certainement avec un trou de 8 milliards (12 millions d'euros) dans sa trésorerie", a pointé le ministre Barazé.

Un relèvement des prix de 40.000 FCFA (60 euros) à 45.000 FCFA (68 euros), négocié entre les présidents nigériens et français, avait "permis à la Cominak de ne pas fermer en 2018", a révélé le ministre Barazé.

Pour "assurer la viabilité" des deux filiales nigériennes (Cominak et Somaïr), Orano avait pris en 2017 des mesures drastiques d'économie, dont plusieurs centaines de licenciements et "des réductions progressives de production".

L'uranium nigérien représente un tiers de la production totale d'Orano qui exploite l'uranium depuis 50 ans dans le nord du Niger.

bh/pgf/nas


© AWP 2019
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
GOLD -0.03%1753.4 Cours en différé.-7.59%
SILVER -2.42%22.3598 Cours en différé.-12.99%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur AREVA SA
2019Orano repasse dans le vert au 1er semestre, un peu plus optimiste pour 2019
AW
2019RACHAT D'URAMIN PAR AREVA : nouvelles mises en examen d'anciens dirigeants
AW
2019Un audit sur l'EPR commandé après les déboires du chantier de Flamanville (Le
AW
2019EDF : l'ASN demande de réparer les soudures de l'EPR de Flamanville
AW
2019AREVA : Coentreprise entre Orano et l'Ouzbékistan dans l'uranium
RE
2019EDF : mise en service de l'EPR de Taishan 2 en Chine
AW
2019EDF : le PDG Jean-Bernard Lévy reconduit, trois chantiers prioritaires
AW
2019NIGER : la Cominak, filiale d'Orano, menacée de fermeture (ministre nigérien)
AW
2019L'essentiel de l'actualité économique à 20h00
AW
2019L'EPR finlandais d'Areva devrait obtenir un permis
RE
Plus d'actualités