Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

BAYERISCHE MOTOREN WERKE AG

(BMW3)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteur

Pourquoi la hausse de l'inflation inquiète un peu partout dans le monde

17/06/2021 | 15:36
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Paris (awp/afp) - Avec la reprise économique et les tensions sur les matières premières, l'inflation reprend de la vigueur partout dans le monde, au point que certains craignent qu'elle menace la sortie de crise, même si la plupart des économistes jugent le mouvement temporaire.

Pourquoi les prix augmentent?

Aux Etats-Unis, l'inflation a atteint 5% sur un an en mai, sa plus forte progression depuis près de 13 ans. Elle pointait à 2,1% au Royaume-Uni et 2,5% en Allemagne.

En Chine aussi, la hausse des prix à la production était en avril à son plus haut niveau depuis près de quatre ans.

Les pays émergents, dont certains souffrent d'une inflation chronique, n'échappent pas au mouvement: +18% en mars au Nigeria, +8,06% en mai au Brésil, +17,14% en avril en Turquie.

"L'augmentation de l'inflation reflète largement jusqu'ici la combinaison du rebond des prix des matières premières et une inflation liée à la réouverture des économies", explique Neil Shearing, chef économiste chez Capital Economics, dans une note mardi.

Les cours du pétrole ont ainsi bondi, après leur chute l'an dernier, tandis que la forte reprise économique en Chine et aux Etats-Unis crée un appétit gigantesque en matières premières. La production a du mal à suivre le rythme, entraînant pénuries et flambée des prix.

Quelles conséquences pour les ménages et les entreprises?

Un peu partout dans le monde, des effets se font déjà sentir.

Au Nigeria, le prix des denrées alimentaires a bondi de 22,9% en mars, une catastrophe pour des millions d'habitants.

Aux Etats-Unis, le prix du porc, très consommé par les Américains, a grimpé de 51% sur un an.

Les mises en chantiers y ont aussi été décevantes en mai, comme en France, où des chantiers de construction sont retardés, faute de pouvoir se fournir en béton ou bois à prix acceptables.

Les constructeurs automobiles s'inquiètent eux de la hausse des prix du rhodium, du palladium ou de l'acier.

La Chine a ainsi décidé de puiser dans ses réserves de cuivre, d'aluminium et de zinc pour aider ses industriels.

Est-ce que cela va durer?

C'est tout l'enjeu pour l'avenir de la reprise. Pour William de Vijlder, chef économiste chez BNP Paribas, "le risque semble faible que le pic d'inflation" actuel conduise "à une inflation soutenue sur une plus longue durée".

Le "sous-emploi sur le marché du travail" ne va pas favoriser une augmentation des salaires, tandis que les "pressions concurrentielles" jouent contre une hausse des prix à long terme, développe-t-il dans une note récente.

"La pénurie de main d'oeuvre dans des industries importantes pourrait faire grimper l'inflation et la faire persister plus longtemps", prévient toutefois Susannah Streeter, analyste pour la société financière Hargreaves Lansdown.

Pour l'instant, les banques centrales en charge de contrôler les niveaux d'inflation se veulent rassurantes, même si aux Etats-Unis, la Fed a relevé ses prévisions d'inflation pour 2021.

Pourquoi les yeux se tournent-ils vers les banques centrales?

Aux Etats-Unis, les massifs plans de soutien annoncés par l'administration Biden ont agi comme un électrochoc sur les marchés.

Les craintes d'une inflation durable ont engendré une hausse des taux d'intérêt sur le marché des dettes souveraines, les investisseurs anticipant que la Fed augmente prochainement ses taux directeurs pour limiter la surchauffe.

Lors de sa dernière réunion mercredi, l'idée d'une première hausse dès 2023 s'est d'ailleurs fait plus précise.

Par contagion, les taux d'intérêt ont également monté en Europe, mais de manière encore limitée, mettant aussi la Banque centrale européenne (BCE) sous pression.

Mais si la reprise économique s'y profile, elle reste encore fragile, et un resserrement de la politique monétaire pourrait la tuer dans l'oeuf.

"Cela entraînerait des taux d'intérêt plus élevés sur les prêts immobiliers et les crédits à la consommation" risquant de freiner la demande des ménages, explique Susannah Streeter.

Et cela pourrait "décourager" les entreprises "qui ont besoin d'emprunter de l'argent pour se développer", ajoute-t-elle.

C'est l'amère expérience faite par la zone euro après la crise de 2008, et que les Etats et la BCE veulent éviter cette fois.

Il est "prématuré" de réfléchir à une augmentation des taux et à une réduction du soutien à l'économie, a d'ailleurs souligné la présidente de la BCE Christine Lagarde la semaine dernière.

Mais en Islande, au Brésil et en Russie, les banques centrales ont déjà relevé leurs taux pour contrer l'inflation.

afp/rp


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BAYERISCHE MOTOREN WERKE AG -0.34%72.65 Cours en différé.30.43%
BMW AG -1.40%83.88 Cours en différé.16.13%
BNP PARIBAS -1.19%51.45 Cours en temps réel.19.36%
THE KRAFT HEINZ COMPANY -1.31%38.47 Cours en différé.12.46%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur BAYERISCHE MOTOREN WERKE AG
30/07Daimler restera actionnaire à 35% de sa division poids lourds bientôt autonom..
AW
30/07PUCES ÉLECTRONIQUES : l'industrie automobile met les warnings
AW
29/07HERBERT DIESS : Volkswagen relève à nouveau ses perspectives de marge après un b..
RE
28/07Europcar va se remarier à Volkswagen
AW
23/07Fin de semaine au beau fixe pour les Bourses occidentales
AW
20/07ARCELORMITTAL : les sites européens certifiés 'responsables'
CF
16/07UE : les immatriculations de voitures neuves ont augmenté de 10% en juin - ACEA
DJ
16/07AUTOMOBILE : la crise prive le marché européen d'1,5 million de véhicules
AW
15/07BMW : Goldman Sachs maintient son opinion neutre
ZD
15/07BMW : Bernstein réitère son opinion positive sur le titre
ZD
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BAYERISCHE MOTOREN WERKE AG
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 109 Mrd 129 Mrd -
Résultat net 2021 8 093 M 9 605 M -
Tréso. nette 2021 18 769 M 22 276 M -
PER 2021 6,55x
Rendement 2021 4,47%
Capitalisation 54 672 M 64 854 M -
VE / CA 2021 0,33x
VE / CA 2022 0,29x
Nbr Employés 120 726
Flottant 57,3%
Graphique BAYERISCHE MOTOREN WERKE AG
Durée : Période :
Bayerische Motoren Werke AG : Graphique analyse technique Bayerische Motoren Werke AG | Zone bourse
Graphique plein écran
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 27
Dernier Cours de Cloture 83,88 €
Objectif de cours Moyen 102,69 €
Ecart / Objectif Moyen 22,4%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Oliver Zipse Chairman-Management Board
Nicolas Peter Chief Financial Officer
Norbert Reithofer Chairman-Supervisory Board
Susanne Klatten Independent Member-Supervisory Board
Manfred Schoch Deputy Chairman-Supervisory Board
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
BAYERISCHE MOTOREN WERKE AG30.43%65 889
TOYOTA MOTOR CORPORATION23.22%251 417
VOLKSWAGEN AG35.84%150 030
DAIMLER AG31.77%96 848
GENERAL MOTORS COMPANY37.56%83 094
GREAT WALL MOTOR COMPANY LIMITED40.41%66 981