Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
  1. Accueil Zonebourse
  2. Actions
  3. France
  4. Euronext Paris
  5. BNP Paribas
  6. Actualités
  7. Synthèse
    BNP   FR0000131104

BNP PARIBAS

(BNP)
  Rapport
Temps réel Euronext Paris  -  17:37:27 07/02/2023
62.34 EUR   +2.62%
00:14Groupe Bnp Paribas : Résultats au 31 décembre 2022
PU
07/02BNP PARIBAS : Opinion positive de RBC
ZD
07/02BNP Paribas: profits records en 2022 mais des suppressions de postes en vue
AW
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFonds 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Analyse-L'UE évite d'utiliser un marteau pour casser la noix de compensation de l'euro - pour l'instant.

07/12/2022 | 13:26
FILE PHOTO: EU Commissioner McGuinness at a news conference in Brussels

Les projets de l'Union européenne visant à transférer de Londres à l'Union européenne la compensation des produits dérivés, qui représente des milliers de milliards d'euros, ont abandonné la rhétorique intransigeante au profit du pragmatisme, ce qui devrait limiter le risque que les banques de l'UE perdent du terrain face à leurs rivales étrangères.

La compensation, qui garantit qu'une transaction d'actions ou d'obligations est menée à bien même si l'une des parties à la transaction fait faillite, crée les vastes bassins de liquidités nécessaires à l'ancrage d'un grand centre commercial.

Elle a longtemps été un point sensible entre Londres et Bruxelles, notamment après le Brexit qui a mis la Grande-Bretagne en concurrence directe avec des centres financiers comme Francfort et Paris au sein du bloc.

La responsable des services financiers de l'UE, Mairead McGuinness, a comparé la fin de la forte dépendance de l'Union à l'égard de Londres pour la compensation des contrats en euros au fait de sevrer l'UE du gaz russe afin que Bruxelles puisse acquérir une "autonomie stratégique ouverte" sur les marchés des capitaux pour préserver la stabilité financière.

Alors qu'une grande partie des services financiers britanniques ont été coupés de l'UE par le Brexit, Bruxelles a accordé aux compensateurs britanniques un accès temporaire jusqu'au 30 juin 2025, McGuinness ayant insisté par le passé sur le fait qu'il n'y aurait pas de prolongation.

Les efforts de Bruxelles pour encourager un passage volontaire à la compensation ont été contrés par les banques, et le projet de loi exige que les participants au marché de l'UE aient un compte auprès d'un clearer de l'UE, ce que la plupart ont déjà, pour un niveau minimum d'affaires dans l'un des trois contrats spécifiés.

"Je pense qu'il y a moins de résistance qu'aux premiers stades. On comprend que cela va se produire", a déclaré M. McGuinness.

Les banques qui dépendent trop des chambres de compensation étrangères sont confrontées à des charges de capital sur leurs expositions.

Déplacer la compensation implique de fermer des contrats à Londres et d'en ouvrir de nouveaux dans l'UE, un exercice coûteux qui expose les banques aux risques liés à l'évolution des marchés.

D'autres parties du projet de loi aident les compensateurs de l'UE à mieux concurrencer leurs homologues américains, qui bénéficient d'approbations réglementaires plus rapides pour les nouveaux produits ou les modifications des modèles de risque. Cela contribuera à construire un marché plus efficace qui rendra la délocalisation de la compensation de Londres attrayante, a déclaré M. McGuinness.

"Nous pensons que dans l'ensemble, cela semble assez positif et assez équilibré, et contribue à la compétitivité et à la robustesse du marché", a déclaré Rafael Plata, secrétaire général de l'EACH, qui représente les compensateurs en Europe.

DÉSAVANTAGE CONCURRENTIEL

L'UE vise trois contrats largement utilisés par les entreprises pour s'assurer contre les variations défavorables des coûts d'emprunt - et non pas toute l'activité de compensation, comme certains l'avaient craint.

La branche de compensation LCH du London Stock Exchange Group à Londres a déclaré que ses swaps de taux d'intérêt en euros enregistrés en notionnel s'élevaient à 191,3 trillions au premier semestre 2022. Les entreprises domiciliées dans l'UE - sur lesquelles les règles de l'Union s'appliqueraient - ne représentaient que 29 % du total, soit 56,3 billions d'euros, a-t-elle précisé.

Les activités seraient transférées à la chambre de compensation Eurex de Deutsche Boerse à Francfort, dont l'encours notionnel des dérivés de taux d'intérêt s'élevait à 28 000 milliards d'euros en octobre, soit une part de marché d'environ 20 %, selon Eurex.

Le deuxième contrat - les swaps de défaut de crédit en euros - est compensé par ICE à Londres, bien que la société ait l'intention de transférer cette activité à Chicago l'année prochaine, les banques de l'UE étant déjà autorisées à y effectuer la compensation. L'unité parisienne de LCH pourrait également compenser les contrats CDS.

Le troisième contrat - les contrats à terme sur taux d'intérêt à court terme en euros ou STIR - est également compensé par ICE. Les responsables de l'industrie notent que la liquidité de compensation basée dans l'UE pour ce contrat devrait effectivement être construite à partir de zéro, ce qui pourrait prendre du temps.

L'ICE a refusé de commenter.

Bruxelles veut réduire "progressivement" la compensation en dehors de l'UE dans ces trois contrats de niveaux "substantiellement systémiques" actuellement, à des niveaux "systémiques", mais sans dire pour l'instant quelle sera la différence en termes de volume.

Les banques transfrontalières utilisent LCH pour compenser des positions dans plusieurs devises, alors qu'Eurex se concentre essentiellement sur l'euro. Les banques affirment que c'est à leurs clients de décider où ils veulent compenser.

L'ISDA, qui représente les grandes banques internationales basées dans l'UE comme SocGen, BNP Paribas et Deutsche Bank, a déclaré qu'elle s'inquiétait de la liaison des contrats aux comptes.

"Il pourrait en résulter un niveau élevé d'activité nécessaire à la compensation dans l'UE, ce qui placerait les participants au marché de l'UE dans une situation de désavantage concurrentiel", a déclaré Ulrich Karl, responsable des services de compensation à l'ISDA.

SEULEMENT CE QUI EST NÉCESSAIRE

La perte d'activité serait surtout un coup symbolique pour Londres, étant donné que la compensation des taux en euros représente moins de 10 % du service de LCH, par exemple.

L'ESMA, l'organisme de surveillance des valeurs mobilières de l'UE, décidera des niveaux de compensation minimums que les banques de l'UE doivent respecter, mais ne devrait "pas aller au-delà de ce qui est nécessaire" pour réduire la compensation à des "niveaux systémiques", selon le projet de loi.

L'AEMF devra également tenir compte des coûts, des risques et de l'impact sur la compétitivité des banques de l'UE lors de la fixation des seuils, et indiquer des périodes d'"introduction progressive" appropriées pour ceux-ci, indique le projet.

Ces conditions signifieraient qu'en pratique, les banques de l'UE continueront à compenser certains produits dérivés à Londres après juin 2025.

Néanmoins, les banques de l'UE devront encore modifier leurs systèmes pour signaler et suivre les quantités compensées, un coût que les banques britanniques et américaines n'auront pas à supporter.

Les États de l'UE et le Parlement européen ont le dernier mot sur le projet de loi. D'âpres négociations sont attendues et peu de gens pensent que les nouvelles règles seront achevées à temps pour éviter de donner aux compensateurs britanniques un accès à l'UE après juin 2025.

(1 $ = 0,9458 euros)


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
AUSTRALIAN DOLLAR / EURO (AUD/EUR) 0.00%0.64905 Cours en différé.0.74%
BNP PARIBAS 2.62%62.34 Cours en temps réel.17.07%
BRITISH POUND / EURO (GBP/EUR) -0.02%1.12301 Cours en différé.-1.21%
CANADIAN DOLLAR / EURO (CAD/EUR) -0.03%0.695768 Cours en différé.0.28%
DEUTSCHE BANK AG 1.53%11.53 Cours en différé.8.90%
DEUTSCHE BÖRSE AG -0.57%166.45 Cours en différé.3.13%
EURO / BRITISH POUND (EUR/GBP) 0.02%0.89031 Cours en différé.1.20%
INDIAN RUPEE / EURO (INR/EUR) -0.03%0.011251 Cours en différé.-0.20%
LONDON STOCK EXCHANGE PLC -0.84%7564 Cours en différé.6.00%
S&P GSCI SILVER INDEX 0.30%1094.09 Cours en temps réel.-6.80%
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 1.71%28.025 Cours en temps réel.19.36%
US DOLLAR / EURO (USD/EUR) -0.03%0.931793 Cours en différé.-0.80%
Toute l'actualité sur BNP PARIBAS
00:14Groupe Bnp Paribas : Résultats au 31 décembre 2022
PU
07/02BNP PARIBAS : Opinion positive de RBC
ZD
07/02BNP Paribas: profits records en 2022 mais des suppressions de postes en vue
AW
07/02Bnp Paribas : Rémunération des dirigeants mandataires sociaux au titre de 2022 – Déc..
PU
07/02Bnp Paribas : Politique de rémunération des mandataires sociaux soumise au vote ex-ante de..
PU
07/02Paris finit en très légère baisse
AW
07/02Bnp Paribas : Facteurs de risque au 7 février 2023
PU
07/02Les marchés boursiers sans élan avant d'écouter le président de la Fed
AW
07/02Point marchés-L'Europe finit dans le désordre, incertitude sur la politique monétaire
RE
07/02Carrefour, plus forte baisse du SBF 120 à la clôture du mardi 7 février 2023
AO
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BNP PARIBAS
Plus de recommandations
Données financières
CA 2022 50 156 M 53 643 M -
Résultat net 2022 10 666 M 11 408 M -
Dette nette 2022 - - -
PER 2022 7,79x
Rendement 2022 6,42%
Capitalisation 77 631 M 83 027 M -
Capi. / CA 2022 1,55x
Capi. / CA 2023 1,60x
Nbr Employés 190 000
Flottant 86,9%
Graphique BNP PARIBAS
Durée : Période :
BNP Paribas : Graphique analyse technique BNP Paribas | Zonebourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique BNP PARIBAS
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 21
Dernier Cours de Clôture 62,34 €
Objectif de cours Moyen 71,43 €
Ecart / Objectif Moyen 14,6%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Jean-Laurent Bonnafé Co-Chief Operating Officer & Director
Lars Machenil Chief Financial Officer
Jean Lemierre Chairman
Bernard Gavgani Chief Information Officer
Yann Gérardin Chief Operating Officer
Secteur et Concurrence