WASHINGTON, 1er mars (Reuters) - Boeing a déclaré jeudi être convenu de verser 51 millions de dollars pour régler un litige avec le département d'Etat américain sur diverses violations de la réglementation en matière d'export, notamment le téléchargement illégal par des employés en Chine de documents liés à des programmes de défense.

Selon le département d'Etat américain, trois employés chinois de Boeing travaillant dans les bureaux de l'avionneur américain en Chine ont téléchargé des données techniques concernant plusieurs programmes du département américain de la Défense, dont les avions de chasse F-18, F-15 et F-22, les hélicoptères d'attaque AH-64 Apache et les missiles de croisière AGM84E.

Boeing a indiqué que des téléchargements non-autorisés de données techniques ont aussi été effectués entre 2013 et 2018 dans des établissements du groupe ou de ses partenaires dans 18 pays - Australie, Canada, France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Espagne, Inde, Hong Kong, Japon, Kenya, Maroc, Russie, Singapour, Corée du Sud, Thaïlande, Taiwan, Ukraine.

L'avionneur a de lui-même rendu publiques les violations, survenues pour la plupart avant 2020. Le gouvernement américain n'a fait état d'aucune "fuite" de documents classifiés.

Le département d'Etat américain a déclaré que Boeing a coopéré et a depuis lors "apporté un certain nombre d'améliorations à son programme de conformité". (Reportage David Shepardson, Eric Beech et Kanishka Singh; version française Jean Terzian)