Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  BP p.l.c.    BP

BP P.L.C.

(BP)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteur

Pétrole: des pertes gigantesques et de sombres perspectives

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
05/08/2020 | 13:56

Paris (awp/afp) - Les grandes compagnies pétrolières et gazières viennent d'annoncer des pertes gigantesques de plusieurs dizaines de milliards de dollars avec la crise du Covid-19, qui les contraint à s'adapter plus vite face à de sombres perspectives.

Les cinq plus grandes entreprises privées du secteur -- BP, Chevron, ExxonMobil, Royal Dutch Shell et Total -- ont enregistré pour près de 53 milliards de dollars de pertes nettes au total au deuxième trimestre, selon leurs résultats publiés ces derniers jours.

Ces mauvais chiffres ne constituent pas vraiment une surprise: les cours du pétrole ont chuté durant la crise sanitaire, au point de tomber même brièvement en territoire négatif, les opérateurs étant alors prêts à payer pour qu'on les débarrasse de leurs barils.

Certains secteurs, comme le transport aérien, ont été mis quasiment à l'arrêt tandis que les pays producteurs ont tardé à réduire l'offre dans un marché saturé.

Mais ces résultats sont aussi marqués par d'énormes dépréciations: les compagnies pétrolières ont revu la valeur comptable de leurs actifs au regard de cours du pétrole plus bas prévus ces prochaines années mais aussi d'une transition énergétique qui s'accélère.

"Ces actifs seront soit moins rentables lorsqu'ils arriveront sur le marché ou ne seront pas du tout produits", explique David Elmes, professeur à la Warwick Business School.

Après BP et Shell, Total a ainsi annoncé des dépréciations exceptionnelles de 8,1 milliards de dollars.

Le groupe français suppose que dans un futur où la demande pétrolière aura tendance à baisser, une partie de ses hydrocarbures en réserve restera peut-être dans le sous-sol. Et ce seront d'abord les plus chers à produire qui seront abandonnés, à l'instar des sables bitumineux canadiens.

"Les énormes dépréciations font partie d'une tendance de fond: la rapidité avec laquelle les énergies renouvelables deviennent compétitives met en danger les entreprises énergétiques traditionnelles", souligne Arthur van Benthem, professeur associé à la Wharton School de l'université de Pennsylvanie.

Remise à plat

Si l'on met de côté ces éléments comptables, les groupes européens s'en sont toutefois plutôt mieux sortis que leurs concurrents américains, parvenant même pour certains à dégager des bénéfices hors éléments exceptionnels.

Shell et Total ont ainsi bénéficié de l'apport de leurs activités de négoce, qui consistent à acheter et vendre les hydrocarbures sur les marchés. Ces activités spéculatives se portent bien en général lorsque tout le reste va mal.

La directrice financière de Shell, Jessica Uhl, a d'ailleurs salué la "performance solide" du négoce dans un contexte de "volatilité de marché sans précédent".

Toutefois, la situation reste globalement difficile pour toutes les entreprises du secteur, qui ont dû rapidement adopter des mesures pour réduire leurs coûts et leurs investissements.

Les approbations de nouveaux projets pétroliers et gaziers devraient ainsi chuter de plus de 75% cette année par rapport à 2019, selon le cabinet spécialisé Rystad Energy, qui tablait en début d'année sur la stabilité.

Ces difficultés accentuent aussi la pression sur les géants du secteur pour accélérer leur mue vers les énergies moins émettrices de gaz à effet de serre, comme l'électricité d'origine renouvelable, dont les revenus sont aussi plus prometteurs.

BP vient d'annoncer vouloir décupler ses investissements dans les énergies à faible émission de carbone d'ici à 2030, avec un repli de 40% de sa production d'hydrocarbures.

Ces annonces stratégiques représentent "une grande avancée", a jugé Luke Parker, du cabinet spécialisé Wood Mackenzie. "S'il y avait bien un moment pour tout remettre à plat, c'était bien maintenant", juge l'analyste.

"La montée plus rapide que prévu des énergies renouvelables, les inquiétudes croissantes sur la crise climatique et la récente récession causée par le Covid-19 ont montré à quel point le secteur pétrolier est vulnérable", résume Arthur van Benthem.

"De plus en plus d'entreprises et de pays se préparent à un futur où les émissions de CO2 seront faibles. Donc pourquoi ne pas commencer à investir maintenant dans l'économie du futur?", conclut-il.

Les grandes compagnies internationales "disposent de la taille et de l'argent pour se détourner des énergies fossiles avec le temps", remarque David Elmes. Mais choisir le bon moment pour cette révolution représente "un choix difficile".

afp/lk

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BP P.L.C. -2.00%19.56 Cours en différé.-48.17%
BP PLC -1.01%249.749 Cours en différé.-46.53%
CHEVRON CORPORATION 0.29%78.79 Cours en différé.-34.62%
EXXON MOBIL CORPORATION -0.03%37.8 Cours en différé.-45.83%
ROYAL DUTCH SHELL 'B' -1.57%11.044 Cours en différé.-57.74%
ROYAL DUTCH SHELL PLC -1.06%11.584 Cours en différé.-55.31%
TOTAL SE 0.02%31.545 Cours en temps réel.-35.90%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Trailer - Il y a 1 mois arrow option
avec le retour de l'inflation, le barils sera à 90$
  
  
  • Publier
    loader
Toute l'actualité sur BP P.L.C.
14/09Le pétrole termine en légère baisse, plombé par les craintes sur la demande
AW
14/09BOURSE DE LONDRES : Londres pénalisée par la hausse de la livre
AW
14/09Le pétrole baisse encore, pénalisé par les craintes sur la demande
AW
14/09La demande de pétrole mondiale pourrait déjà avoir atteint son pic (BP)
AW
10/09BOURSE DE LONDRES : Londres en légère baisse entre la BCE et la livre
AW
10/09BOURSE DE LONDRES : Londres recule avant la BCE
AW
10/09Le géant pétrolier BP se lance dans l'éolien en mer
AW
07/09BOURSE DE LONDRES : Londres se reprend après deux jours de baisse
AW
21/08BOURSE DE LONDRES : Londres en baisse avant des indicateurs d'activité
AW
19/08BOURSE DE LONDRES : Londres soutenue par Wall Street et la livre
AW
Plus d'actualités
Données financières
CA 2020 188 Mrd - 158 Mrd
Résultat net 2020 -20 486 M - -17 286 M
Dette nette 2020 44 496 M - 37 546 M
PER 2020 -3,94x
Rendement 2020 8,20%
Capitalisation 65 861 M 65 761 M 55 575 M
VE / CA 2020 0,59x
VE / CA 2021 0,48x
Nbr Employés 67 600
Flottant 93,2%
Graphique BP P.L.C.
Durée : Période :
BP p.l.c. : Graphique analyse technique BP p.l.c. | Zone bourse
Graphique plein écran
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 22
Objectif de cours Moyen 4,76 $
Dernier Cours de Cloture 3,27 $
Ecart / Objectif Haut 112%
Ecart / Objectif Moyen 45,5%
Ecart / Objectif Bas -33,7%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Bernard Looney Chief Executive Officer & Director
Helge Lund Chairman
Andy Hopwood COO & Executive VP-Upstream Strategy
Murray Auchincloss Chief Financial Officer
Angela Rosemary Emily Strank Chief Scientist & Head-Downstream Technology
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
BP P.L.C.-48.17%65 761
RELIANCE INDUSTRIES LTD54.99%200 892
EXXON MOBIL CORPORATION-45.83%159 870
BP PLC-46.53%66 944
CHINA PETROLEUM & CHEMICAL CORPORATION-28.78%66 763
NESTE OYJ53.51%43 307