Carmat perd 15,64% ce vendredi à 2,4550 euros après l'annonce hier du démarrage de l’équitization de la première tranche de son emprunt contracté auprès de la BEI. La medtech précise que cette opération permettra de limiter son remboursement en numéraire et d’optimiser sa trésorerie. Elle prévenait dès hier soir que les actions émises au profit de la fiducie créée à cet effet et cédées sur le marché "à très brefs délais", pouvaient mécaniquement "créer une forte pression baissière sur le cours de l'action".

Carmat annonçait hier l'émission de bons de souscription d'actions au profit du fiduciaire, lui permettant de souscrire des actions de la société qui seront cédées sur le marché, et dont le produit de cession sera affecté au remboursement de la tranche.

"Les actionnaires peuvent subir une perte de leur capital investi en raison d'une diminution significative de la valeur des actions de la société, ainsi qu'une forte dilution en raison du grand nombre d'actions émises au profit de la fiducie", ajoutait-t-elle dans son communiqué.

Degroof Petercam reste à l'achat avec un objectif de cours de 9,50 euros, sur la base du potentiel du produit de Carmat, le coeur artificiel Aeson. "Bien que l'équitisation puisse créer une pression à la baisse sur le titre à mesure de la cession des actions émises en exercice des bons sur le marché, elle permet à Carmat d'utiliser les le produit des augmentations de capital passées et à venir à des fins de développement commercial".

"L'entreprise dispose  d'une visibilité financière limitée avec des liquidités jusqu'à la mi-août  et 30 millions d'euros à trouver pour d'ici 12 mois. "Lever ces fonds supplémentaires ne sera pas une promenade de santé", prévient le broker.