29 novembre (Reuters) - Le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky a pressé la direction de Casino de vendre ses plus grands magasins dans le cadre de l'accord de "lock-up" signé en octobre, a déclaré mercredi une source proche du dossier.

Daniel Kretinsky, l'un des principaux créanciers du groupe, a fait part au président-directeur général du groupe Jean-Charles Naouri de ses réserves sur la possibilité de conserver les magasins à forte consommation de liquidités, notamment après que Casino a émis deux avertissements sur résultats ce mois-ci en raison de la détérioration de la situation de ses hypermarchés.

"Les discussions étaient franches", a indiqué la source, ajoutant que des changements en profondeur dans le plan de sauvetage de Casino ont été évoqués.

Casino s'efforce de conclure un accord de sauvetage pour éviter la faillite au début de l'année prochaine, date à laquelle Kretinsky prendra le contrôle du groupe.

Si elle était finalisée, la vente des hyper et supermarchés réduirait fortement la taille de Casino. Son chiffre d'affaires passerait de 33,6 milliards d'euros en 2022 à quelque 8 milliards, et sa part de marché en France serait réduite de moitié à environ 3%, estime Nicolas Champ, analyste chez Barclays.

Casino a confirmé lundi avoir reçu des marques d'intérêts préliminaires en vue de l'acquisition de magasins du périmètre hypermarché et supermarché,

La plupart des concurrents français de Casino, notamment Intermarché, Système U, Auchan et Carrefour, ainsi que le groupe discount allemand Lidl, pourraient être intéressés par ces ventes, a précisé la source.

A ce stade, les négociations avec Lidl et Intermarché sont les plus avancées.

Le groupe Les Mousquetaires, société mère d'Intermarché, a déjà accepté de racheter environ 61 magasins à Casino en mai. Intermarché dispose aussi d'une option d'achat sur un deuxième groupe de 72 magasins, exerçable au plus tard dans un délai de trois ans.

Carrefour et Lidl ont refusé de commenter, tandis qu'Intermarché, Système U et Auchan n'ont pas pu être contactés dans l'immédiat pour commenter.

Réagissant à l'annonce de la vente potentielle, le véhicule d'investissement de Daniel Kretinsky, EP Equity Investment, a déclaré: "Ces cessions n'impacteraient en rien notre détermination à devenir l'actionnaire majoritaire de Casino et à investir dans le développement du périmètre restant, notamment dans Monoprix et les marques Franprix." (Reportage Shivani Tanna, Dominique Vidalon et Mathieu Rosemain; version française Camille Raynaud et Gaëlle Sheehan, édité par Jean-Stéphane Brosse)