Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     

ELECTRICITÉ DE FRANCE

(EDF)
  Rapport
Temps réel Euronext Paris  -  17:35:12 02/02/2023
12.01 EUR   -0.17%
07:04British Gas est sous pression pour indemniser les clients "maltraités".
AN
07:00Nucléaire-A La Hague, l'avenir en suspens du traitement des déchets
RE
02/02Royaume-Uni: enquête contre British Gas pour des pratiques "inacceptables"
AW
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFonds 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Soudeurs recherchés : La France intensifie sa campagne de recrutement alors que la crise nucléaire s'aggrave

29/11/2022 | 09:17
FILE PHOTO: The Flamanville 3 Nuclear Power Plant (EPR) in northwestern France

Le géant français de l'énergie EDF cherche à recruter une nouvelle génération de soudeurs, de tuyauteurs et de chaudronniers pour réparer ses réacteurs nucléaires vieillissants et en construire d'autres, alors que la crise énergétique de l'Europe ravive l'attrait de l'énergie atomique.

Le problème est qu'en France, ces travailleurs qualifiés sont en nombre insuffisant. À tel point qu'EDF, qui a la réputation d'avoir des retards et des dépassements de coûts dans la construction de centrales nucléaires, a dû faire venir par avion une centaine d'entre eux des États-Unis et du Canada, a-t-elle déclaré ce mois-ci.

L'entreprise, qui est en passe d'être entièrement nationalisée, est engagée dans une course contre la montre pour s'assurer que son parc nucléaire puisse fonctionner à pleine capacité au cœur de l'hiver. Elle a déjà vu sa production d'électricité chuter cette année à son niveau le plus bas depuis 30 ans en raison d'un nombre record de pannes.

Il ne s'agit pas seulement de garder les ménages français et européens au chaud pendant les mois les plus froids : la baisse de la production cette année devrait réduire de 32 milliards d'euros (33 milliards de dollars) les revenus de base de la société pour 2022, mettant ainsi en péril sa stabilité financière.

Alors qu'EDF doit construire au moins six réacteurs de nouvelle génération au cours des 25 prochaines années, pour un investissement total de quelque 52 milliards d'euros, le groupe accélère précipitamment une campagne de recrutement dans toute la France.

EDF a cofinancé l'ouverture d'un centre de formation pour soudeurs en Normandie - la Haute Ecole de formation en soudage (Hefais) - le mois dernier, avec une admission d'environ 40 étudiants cette année, qui devrait passer à 200 à partir de 2023.

Cela ne représente toutefois qu'une goutte d'eau dans l'océan. EDF estime que l'industrie nucléaire française doit recruter entre 10 000 et 15 000 travailleurs par an au cours des sept prochaines années.

À elle seule, EDF doit trouver 3 000 nouveaux travailleurs par an pendant cette période - soit 15 % de la main-d'œuvre actuellement déployée dans ses centrales nucléaires - contre 2 500 pour la période 2019-2022.

Elle veut embaucher 1 000 soudeurs d'ici 2030, soit le double du nombre d'employés actuels.

"Ce sont des objectifs assez ambitieux", a déclaré Clément Bouilloux, responsable pour la France de la société de conseil en énergie EnAppSys, notant que l'ampleur des projets de nouveaux réacteurs du pays pourrait rendre difficile le recrutement de la bonne main-d'œuvre.

"Nous n'avons pas eu un tel élan de construction dans le nucléaire depuis les années 1970".

La France, comme d'autres pays occidentaux, souffre depuis longtemps d'une inadéquation des compétences. Malgré un taux de chômage relativement élevé, les industries françaises de la fabrication, de la construction, de l'ingénierie et de l'informatique se plaignent de ne pas pouvoir trouver les travailleurs dont elles ont besoin.

Les causes vont d'un système éducatif moins axé sur les compétences pratiques à une perception de l'industrie comme "sale" et sans issue pour les carrières.

À Penly, le site normand choisi pour les deux premiers nouveaux réacteurs, EDF cherche à attirer des travailleurs avant le début de la construction prévu en 2024. Le projet devrait durer 12 ans.

Un accord-cadre a été signé avec les syndicats le 8 novembre pour inciter un premier groupe de 70 travailleurs qualifiés à s'installer à Penly l'année prochaine, avant que la construction ne commence véritablement.

L'accord, vu par Reuters, comprend une indemnité de dérangement égale à deux mois de salaire pour changer de résidence, un "pack découverte" pour aider les travailleurs à se familiariser avec la ville et ses environs, un "pack mobilité" de 9 000 à 11 250 euros par travailleur - pour aider à trouver un logement et un emploi pour les conjoints - et d'autres avantages pour couvrir la garde des enfants et la scolarité.

Des sources industrielles ont déclaré que les conditions étaient assez généreuses selon les normes d'EDF.

"Sur un chantier comme celui-là, nous voulons attirer mais aussi retenir les employés pour une longue période car le projet durera un certain temps", a déclaré à Reuters Patrice Risch, responsable de l'emploi à EDF.

Le secteur industriel français ne fournit que 18% des emplois du secteur privé, contre 26% il y a deux décennies. Pendant ce temps, l'emploi dans les services - de l'hôtellerie à la finance - n'a cessé de croître.

Dans le secteur de la construction, les plans pour les nouvelles centrales nucléaires devront rivaliser avec les travailleurs qui construisent d'autres grands projets d'infrastructure, allant de nouvelles lignes de train autour de Paris à un tunnel à travers les Alpes vers l'Italie.

Jean-Bernard Lévy, qui a été remplacé le 23 novembre en tant que PDG d'EDF, a imputé au manque de personnel spécialisé une grande partie des difficultés de l'entreprise à réparer rapidement ses réacteurs.

UNE LONGUE FORMATION, UN TRAVAIL DIFFICILE

Les travailleurs qui réparent les centrales touchées par les problèmes de corrosion - qui sont apparus pour la première fois il y a un an - doivent opérer dans une partie du réacteur où les radiations sont élevées, ils ne peuvent donc y passer qu'un temps limité.

En raison des défis du travail, un soudeur standard a besoin de jusqu'à trois ans de formation supplémentaire pour travailler dans le secteur nucléaire, disent les personnes employées dans l'industrie.

"Pour être un très bon soudeur, il faut être né pour l'être. Ces personnes travaillent avec du métal fondu à 1 500 degrés Celsius, et doivent parfois se tenir à l'envers", a déclaré un soudeur de l'industrie nucléaire, qui a demandé à ne pas être identifié.

"Vous commencez avec 500 soudeurs en puissance, et cinq ans plus tard, vous n'en avez peut-être que cinq qui sont à la hauteur."

Pour accélérer les réparations, EDF a fait appel à 600 travailleurs spécialisés, dont une centaine de soudeurs et de tuyauteurs venus du Canada et du fabricant américain de centrales nucléaires Westinghouse Electric Company.

Les syndicats et les responsables de l'industrie blâment également le gouvernement français pour ce qu'ils considèrent comme une volte-face sur le nucléaire. Avant la guerre en Ukraine, les administrations successives ont cherché à réduire la dépendance de la France à l'énergie nucléaire, et non à construire de nouveaux réacteurs, disent-ils.

Pendant longtemps, la France a été le champion de l'énergie nucléaire en Europe - et son plus grand exportateur d'électricité. Une vague de constructions de centrales entre les années 1970 et 1990 a donné au pays les 56 réacteurs encore en place aujourd'hui, avant que le sentiment politique et public ne commence à vaciller.

L'opposition des groupes environnementaux et la catastrophe de Fukushima en 2011 au Japon ont fait de l'investissement dans les réacteurs nucléaires un choix moins populaire, même dans un pays qui tire toujours 70 % de son panorama électrique de l'énergie atomique.

Le président Emmanuel Macron a été élu pour son premier mandat en 2017 sur une promesse de diminuer la dépendance de la France au nucléaire sur le long terme. Cette année, cependant, il a annoncé la construction de nouveaux réacteurs, car la guerre en Ukraine et la poussée vers une production d'énergie à faible teneur en carbone rendent le nucléaire à nouveau attractif.

"On nous avait dit pendant des années : s'il vous plaît, préparez-vous à fermer des réacteurs", a déclaré M. Lévy lors d'une conférence en août.

"Clairement, nous n'avons pas embauché des gens pour construire... des réacteurs, nous avons embauché des gens pour les démanteler", a-t-il ajouté, notant que la feuille de route de la politique énergétique 2019-2023 du gouvernement envisageait la fermeture de 12 réacteurs d'ici 2035.

Maintenant que le vent a tourné en faveur du nucléaire, Luc Rémont, le nouveau PDG d'EDF, a déclaré au parlement le mois dernier qu'il était crucial de disposer des "compétences les plus pointues dans toute la chaîne d'approvisionnement nucléaire pour augmenter les niveaux de production."

(1 $ = 0,9620 euros)


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ELECTRICITÉ DE FRANCE -0.17%12.01 Cours en temps réel.0.08%
TOKYO ELECTRIC POWER COMPANY HOLDINGS, INC. -2.61%447 Cours en différé.-3.57%
WESTINGHOUSE AIR BRAKE TECHNOLOGIES CORPORATION 0.94%105.46 Cours en différé.5.66%
Toute l'actualité sur ELECTRICITÉ DE FRANCE
07:04British Gas est sous pression pour indemniser les clients "maltraités".
AN
07:00Nucléaire-A La Hague, l'avenir en suspens du traitement des déchets
RE
02/02Royaume-Uni: enquête contre British Gas pour des pratiques "inacceptables"
AW
02/02Thermo Fisher Scientific vise une alimentation en énergie 100% renouvelable d'ici 2026
MT
02/02France-L'exécutif va demander à EDF un plan détaillé de réparation des centrales
RE
02/02France-L'exécutif va demander à EDF un plan détaillé de réparation des centrales
RE
02/02Hynamics d'EDF s'associe à ABB pour réduire les coûts électriques de la production d'hy..
MT
01/02France-La détermination des grévistes à l'épreuve du coût de la vie
RE
01/02La crise du coût de la vie met à l'épreuve les travailleurs français en grève
ZR
01/02Nucléaire: Orano veut enrichir plus d'uranium face au risque russe
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur ELECTRICITÉ DE FRANCE
Plus de recommandations
Données financières
CA 2022 94 581 M 103 Mrd -
Résultat net 2022 -14 178 M -15 502 M -
Dette nette 2022 58 528 M 63 993 M -
PER 2022 -3,70x
Rendement 2022 -
Capitalisation 44 866 M 49 056 M -
VE / CA 2022 1,09x
VE / CA 2023 1,15x
Nbr Employés 163 423
Flottant 12,8%
Graphique ELECTRICITÉ DE FRANCE
Durée : Période :
Electricité de France : Graphique analyse technique Electricité de France | Zonebourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique ELECTRICITÉ DE FRANCE
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 5
Dernier Cours de Clôture 12,01 €
Objectif de cours Moyen 12,00 €
Ecart / Objectif Moyen -0,08%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Luc Remont Chairman & Chief Executive Officer
Xavier Rene Louise Girre Executive Director-Finance
Claire Pédini Independent Director
Bruno Crémel Independent Director
Philippe Petitcolin Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
ELECTRICITÉ DE FRANCE0.08%49 056
ABU DHABI NATIONAL ENERGY COMPANY-8.16%97 338
SEMPRA ENERGY3.46%50 649
NATIONAL GRID PLC4.52%47 035
ENGIE-3.56%34 199
PUBLIC SERVICE ENTERPRISE GROUP, INC.1.40%31 000