– Equifax Canada signale que le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique connaissent les taux d’arriérés non hypothécaires les plus élevés –

TORONRO, 11 juin 2024 (GLOBE NEWSWIRE) -- La dette à la consommation a atteint 2,46 billions de dollars à la fin du premier trimestre de 2024, soit une augmentation de 3,5 % par rapport à l’année précédente, selon le plus récent rapport sur les tendances et perspectives en matière de crédit à la consommation Pouls du marché d’EquifaxMD Canada. La pression financière a été évidente au cours du trimestre de 2024, alors que les taux d’arriérés hypothécaires ont continué d’augmenter dans les marchés immobiliers à prix élevés comme l’Ontario et la Colombie-Britannique, et que les paiements manqués provenant de la dette non hypothécaire sont revenus aux niveaux d’avant la pandémie.

« Il s’agit de conditions économiques difficiles et, à mesure que la pression financière augmente, les consommateurs adaptent leurs décisions de crédit pour traverser cette période », a déclaré Rebecca Oakes, vice-présidente des analyses avancées chez Equifax Canada. « Nombreux sont ceux qui prolongent leur hypothèque afin de réduire leurs paiements et d’atténuer les répercussions des chocs de paiement, malgré la pénalité liée aux durées d’engagement de prêt plus longues. Les gens recherchent également de meilleures offres et de meilleurs taux, ce qui entraîne un changement relativement plus important de prêteurs et un plus grand nombre de consommateurs vérifient activement leur cote de crédit, ce qui représente une augmentation de près de 19 % du nombre de vérifications de cote de crédit d’Equifax Canada par rapport à la même période l’an dernier. »

Chocs de paiement, hausse des montants des prêts et changement de prêteur

La dette hypothécaire du Canada, qui représente 74,4 % de la dette totale à la consommation, a ralenti pour correspondre à une hausse de 3,1 % d’une année à l’autre. Les octrois de prêts hypothécaires ont atteint un creux historique au premier trimestre de 2024, les consommateurs ayant cessé de prendre d’importantes décisions d’achat et de financement dans le contexte de spéculations de réduction des taux; les niveaux de refinancement ont diminué de 2,6 % et le volume des acheteurs d’une première propriété a chuté de 10 % par rapport à l’année précédente. Malgré une réduction saisonnière, la valeur moyenne des nouveaux prêts hypothécaires est demeurée supérieure de 3,1 % au premier trimestre par rapport à 12 mois auparavant, pour atteindre $321.7K.

Le marché immobilier de l’Alberta a fait preuve de résilience malgré les conditions économiques difficiles, avec une hausse de 10,6 % des octrois de prêts hypothécaires au T1 2024 par rapport au T1 2023. Cette tendance peut être attribuée à une confluence de facteurs, notamment une forte migration interprovinciale et une stabilité relative au sein du marché hypothécaire de la province.

« Alors que les prix élevés des maisons et la réduction de l’abordabilité se poursuivent dans certaines régions, de plus en plus de consommateurs prennent la décision de déménager dans des régions plus accessibles financièrement », a déclaré Mme Oakes. « Dans les 12 derniers mois, le nombre de personnes qui sont passées de l’Ontario et de la Colombie-Britannique à d’autres provinces a dépassé celles qui ont déménagé en Ontario. Près de 71 % de tous les déplacements interprovinciaux vers l’Alberta provenaient uniquement de ces deux provinces. »

Les consommateurs ont continué de ressentir les effets des chocs de paiement, car près de 9 % des renouvellements hypothécaires ont vu les paiements mensuels augmenter de plus de 500 $ au T1 et environ 37.1 % des consommateurs ont prolongé leur durée d’amortissement. Alors que les consommateurs magasinaient pour obtenir les meilleurs taux possible, le changement de prêteur est devenu de plus en plus fréquent : près de 25,8 % des consommateurs ont choisi un autre fournisseur au cours du dernier trimestre de 2023, comparativement à 21,7 % en 2022, et près de 7 % d’entre eux sont passés de l’une des 5 grandes banques à d’autres prêteurs.

Tensions financières croissantes liées aux arriérés et aux dettes non hypothécaires

Les taux d’arriérés, indiquant les paiements manqués sur les produits de crédit, ont continué d’augmenter au T1. Bien que les arriérés hypothécaires globaux demeurent inférieurs aux niveaux d’avant la pandémie, l’Ontario et la Colombie-Britannique ont connu les hausses les plus élevées. En Ontario, le solde total des prêts hypothécaires connaissant des arriérés graves (90 jours ou plus sans paiement) a dépassé 1 G$ pour la première fois, ce qui est le double du niveau observé avant la pandémie.

Il convient de souligner que Toronto et Vancouver affichent maintenant des taux d’arriérés plus élevés (solde de 90 jours et plus) qu’au T1 2020. Les arriérés de prêts hypothécaires en souffrance depuis plus de 90 jours ont augmenté à Toronto, passant de 0,09 % à 0,14 %, et à Vancouver, passant de 0,11 % à 0,14 % entre le T1 2020 et le T1 2024. De plus, l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba sont aux prises avec des taux d’endettement non hypothécaire et d’arriérés parmi les plus élevés au T1 2024.

« L’introduction du test de tension hypothécaire en 2016 a contribué à atténuer pleinement l’effet des taux d’intérêt élevés soutenus, mais nous avons tout de même constaté que plus de 34 000 consommateurs avaient manqué un paiement sur leur prêt hypothécaire au premier trimestre, soit une hausse de 22,7 % par rapport à il y a 12 mois », a déclaré Mme Oakes. « Il n’y a pas que les propriétaires qui ressentent la pression. Qu’on soit propriétaire ou locataire, le coût élevé de la vie demeure un lourd fardeau pour beaucoup d’entre nous. »

Plus de 1,26 million de consommateurs ont manqué au moins un paiement sur une forme quelconque d’engagement de crédit au premier trimestre de 2024, le niveau le plus élevé depuis 2020 et en hausse de 137 358 (12,2 %) par rapport au premier trimestre de 2023. L’Ontario, la Colombie-Britannique et le Québec ont enregistré des hausses supérieures à la moyenne du nombre de consommateurs ayant manqué un paiement avec une augmentation de 14,6 %, 13,4 % et 15,2 % respectivement par rapport à 2023.

Au niveau des produits, les changements dans le comportement de paiement étaient évidents pour tous les types de crédit au T1. Les arriérés de cartes de crédit ont continué d’augmenter de façon constante et les consommateurs ont remboursé leur solde en totalité moins fréquemment, passant de 65,6 % en 2023 à 64,5 %. Cette baisse a été encore plus marquée pour ceux qui détiennent d’importants soldes de marge de crédit hypothécaire (plus de 50 000 $), où les taux de paiement intégral sont passés de 63 % à 59,3 %.

Les paiements manqués pour les prêts automobiles et les marges de crédit ont également augmenté au cours du trimestre, avec des niveaux supérieurs à ceux d’avant la pandémie. Bien que la proportion de consommateurs qui puisent dans leur marge de crédit ait diminué, ceux dont le solde est élevé ont connu une forte hausse des arriérés alors qu’ils peinent à satisfaire aux exigences de paiement. En moyenne, les consommateurs ayant un solde sur leur marge de crédit ont connu des hausses d’une année à l’autre de 9,3 % et de 1,4 % respectivement pour les marges non garanties et les marges de crédit hypothécaire.

« La baisse des taux d’intérêt annoncée récemment par la Banque du Canada pourrait offrir un certain soulagement aux consommateurs ayant des produits à taux variable ou des renouvellements hypothécaires à venir », a déclaré Mme Oakes. « Malheureusement, l’écart par rapport aux niveaux de taux précédents est encore élevé, et de nombreux consommateurs devront subir d’autres réductions avant d’obtenir une stabilisation des niveaux de paiement manqués. »

Analyse par groupe d’âge – Taux d’endettement et d’arriérés (excluant les prêts hypothécaires) 

 Endettement
moyen
(T1 2024)
Variation moyenne de l’endettement
sur 12 mois
(T1 2024 par rapport à T1 2023)
Taux d’arriérés ($)
(T1 2024)
Variation du taux d’arriérés ($)
sur 12 mois
(T1 2024 par rapport à T1 2023)
18-25 ans8 085 $2,39 %1,80 %7,02 %
26-35 ans17 197 $1,24 %1,95 %20,40 %
36-45 ans26 459 $2,44 %1,58 %28,52 %
46-55 ans33 391 $3,33 %1,18 %30,25 %
56-65 ans27 345 $3,30 %1,01 %23,70 %
65 ans et plus14 093 $-0,25 %1,09 %18,40 %
Canada21 276 $1,77 %1,36 %23,99 %
     

Analyse des grandes villes – Taux d’endettement et d’arriérés (excluant les prêts hypothécaires)

VilleEndettement
moyen
(T1 2024)
Variation moyenne de l’endettement
sur 12 mois
(T1 2024 par rapport à T1 2023) 
Taux d’arriérés ($)
(T1 2024)
Variation du taux d’arriérés ($)
sur 12 mois
(T1 2024 par rapport à T1 2023)
Calgary23 660 $-1,46 %1,50 %18,19 %
Edmonton23 554 $-0,66 %1,91 %16,92 %
Halifax20 876 $0,86 %1,35 %11,77 %
Montréal16 548 $1,65 %1,26 %32,54 %
Ottawa19 278 $2,12 %1,24 %24,98 %
Toronto20 345 $2,35 %1,75 %25,02 %
Vancouver22 424 $1,32 %1,12 %29,31 %
St. John’s23 539 $1,40 %1,47 %10,92 %
Fort McMurray36 970 $-0,47 %2,16 %13,15 %
     

Analyse des provinces – Taux d’endettement et d’arriérés (excluant les prêts hypothécaires)

ProvinceEndettement
moyen
(T1 2024)
Variation moyenne de l’endettement
sur 12 mois
(T1 2024 par rapport à T1 2023)
Taux d’arriérés ($)
(T1 2024)
Variation du taux d’arriérés ($)
sur 12 mois
(T1 2024 par rapport à T1 2023)
Ontario21 869 $2,51 %1,40 %28,18 %
Québec18 562 $1,48 %0,98 %31,22 %
Nouvelle-Écosse20 751 $1,45 %1,59 %12,13 %
Nouveau-Brunswick20 900 $-3,35 %1,62 %14,86 %
Île-du-Prince-Édouard22 774 $2,75 %1,10 %12,62 %
Terre-Neuve23 812 $4,75 %1,56 %12,09 %
Région de l’Est21 553 $0,66 %1,56 %12,94 %
Alberta24 157 $-0,69 %1,70 %16,66 %
Manitoba17 527 $4,29 %1,69 %16,06 %
Saskatchewan22 558 $2,01 %1,71 %18,97 %
Colombie-Britannique21 902 $1,61 %1,24 %24,72 %
Région de l’Ouest22 333 $1,00 %1,50 %19,55 %
Canada21 276 $1,77 %1,36 %23,99 %

* Selon les données d’Equifax pour le T1 2024.

À propos d’Equifax
Chez Equifax (NYSE : EFX), nous croyons que les connaissances entraînent le progrès. En tant que société internationale des secteurs des données, des analyses et des technologies, Equifax joue un rôle essentiel dans l’économie mondiale en aidant les institutions financières, les entreprises, les employeurs et les organismes gouvernementaux à prendre des décisions cruciales avec une assurance accrue. En s’appuyant sur son ensemble unique de données différenciées ainsi que sur des analyses et des solutions infonuagiques de pointe, elle offre des aperçus qui favorisent la croissance de ses clients et aident les gens à aller de l’avant. Equifax, dont le siège social se trouve à Atlanta, compte près de 15 000 employés partout dans le monde. Elle est active ou possède des investissements dans 24 pays en Amérique du Nord, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, en Europe et dans la région de l’Asie-Pacifique. Pour en savoir plus, visitez Equifax.ca.

Personne-ressource :

Andrew Findlater
SELECT Public Relations
afindlater@selectpr.ca
647 444-1197

Angie Andich
Relations avec les médias – Equifax Canada
MediaRelationsCanada@equifax.com