En octobre 2022, les actionnaires d'Euroapi avaient toutes les raisons de se réjouir, lorsque les actions de la société ont signé un pic à 19 euros. Moins de six mois plus tôt, ils les avaient en effet obtenues à 12 euros pièce lors de l'introduction en bourse. Le problème, c'est que le titre a perdu la moitié de sa valeur dans les semaines qui ont suivi. Etonnant pour une entreprise de la santé, un secteur réputé stable et défensif. L'explication, c'est une série de mauvaises nouvelles qui ont largement entaché ce qui se profilait alors comme une histoire boursière prometteuse.

Un CDMO français

Revenons un peu en arrière. Dans le cadre d'une profonde réorganisation, le géant français Sanofi avait pris dès 2020 la décision de rendre autonome sa division dédiée aux principes actifs pharmaceutiques, les fameux "API" (Active Pharmaceutical Ingredient) qui ont servi à nommer la filiale. Et puisque l'on parle d'acronymes, Euroapi fait partie de la famille des CDMO (Contract Development Manufacturing Organisations), les sous-traitants de l'industrie pharmaceutique, comme Lonza, Siegfried ou Bachem.

A l'époque, le groupe était au milieu de deux grands courants contraires. D'un côté, la souveraineté industrielle douloureusement mise en lumière pour l'industrie pharmaceutique pendant la pandémie de coronavirus. De l'autre, la propension des grands laboratoires pharmaceutiques à se séparer de leurs activités les moins rentables.

Des marges très faibles par rapport à Sanofi

Car si Sanofi a procédé à la scission d'Euroapi, c'est parce que cet actif n'était pas au niveau de rendement des autres branches du laboratoire. La marge d'exploitation 2022 était inférieure à 5%, quand celle de son ancienne maison-mère tournait à 30%. Il n'empêche, Euroapi a un potentiel de progression considérable pour se hisser au niveau des meilleurs acteurs du secteur. C'est sur cette amélioration - un pari a priori raisonnable – que reposait l'attrait du dossier l'année dernière.

Jusqu'à un premier couac le 7 décembre 2022. Ce jour-là, l'action avait sombré de 16% après une sévère révision en baisse des objectifs annuels. Une annonce qui faisait désordre, quelques mois après l'arrivée en bourse. Les explications d'Euroapi, un important problème de qualité de production sur son site Hongrois, n'avaient pas rassuré la communauté financière. Les investisseurs voient systématiquement dans ce genre d'accroc industriel un manque de contrôle interne. Rebelote le 8 mars de cette année, avec un plongeon vertigineux de 22%. Cette fois-là, c'était une dépréciation comptable et un décalage des objectifs de moyen terme qui avaient mis le feu aux poudres et sapé un peu plus la crédibilité du management.

Nouveau départ ?

Depuis, les choses vont mieux. La direction semble avoir repris le contrôle des opérations et aucune déception n'est à signaler depuis plusieurs mois. Le titre est même remonté petit-à-petit au-dessus du cours d'introduction. La dernière publication de résultats a considérablement rassuré la communauté financière. Par conséquent, Euroapi redevient fréquentable, avec un retour sur le scénario d'origine : un potentiel d'optimisation considérable de l'activité, dans un contexte où la production de principes actifs pharmaceutiques sur le sol européen est redevenue stratégique.

Période Fiscale : Décembre 2021 2022 2023 2024 2025 2026
Chiffre d'affaires 1 - 976,6 1 013 922,4 943,1 964,5
EBITDA 1 - 120 93,1 54,87 94,48 120,7
Résultat d'exploitation (EBIT) 1 - 47,3 16,7 -18,01 40,76 52,8
Marge d'exploitation - 4,84 % 1,65 % -1,95 % 4,32 % 5,47 %
Résultat Avt. Impôt (EBT) 1 - 3,1 -242,8 -44,33 -18,72 28,92
Résultat net 1 -15,8 -15 -189,7 -58,29 -21,88 21,43
Marge nette - -1,54 % -18,72 % -6,32 % -2,32 % 2,22 %
BNA 2 -0,1800 -0,1600 -2,020 -0,6170 -0,2310 0,2292
Free Cash Flow 1 - -122,6 -127,7 63,63 -5,267 37,5
Marge FCF - -12,55 % -12,6 % 6,9 % -0,56 % 3,89 %
FCF Conversion (EBITDA) - - - 115,96 % - 31,06 %
FCF Conversion (Résultat net) - - - - - 174,99 %
Dividende / Action 2 - - - - - 0,2708
Date de publication 29/04/22 08/03/23 28/02/24 - - -
1EUR en Millions2EUR
Données Estimées

Financièrement, cela se traduira par une marge d'exploitation qui devrait doubler d'ici 2025 et l'arrivée d'un cash-flow libre plus élevé et plus récurrent. Les analystes sont plutôt confiants dans les deux forces du modèle économique de la société. D'abord une part de marché élevée dans l'API des petites molécules et ensuite un renforcement visible de la division CDMO, qui a généré les neuf-dixièmes de la croissance du premier semestre. De quoi permettre au chiffre d'affaires de croître de 7 à 8% entre 2023 et 2026, un rythme légèrement plus dynamique que la moyenne du secteur pharmaceutique. Dans la mesure où le titre souffre d'une forte décote sur ses pairs, plutôt justifiée au vu des événements précités, il y a probablement un décalage à exploiter si les promesses venaient, cette fois, à être tenues.