Seplat Energy cherche à conclure rapidement son acquisition des actifs pétroliers en eaux peu profondes d'ExxonMobil pour un montant de 1,28 milliard de dollars, a déclaré la société vendredi après avoir été informée que la NNPC avait mis fin à une contestation juridique de l'opération.

La compagnie pétrolière nationale NNPC avait contesté la vente des actifs d'Exxon à Seplat, affirmant qu'elle disposait d'un droit de préemption. L'accord a également été retardé par des questions réglementaires.

"Seplat Energy se félicite de la coopération ouverte et des progrès réalisés par toutes les parties prenantes, et s'engagera avec diligence (avec) toutes les parties prenantes clés, y compris le gouvernement, pour progresser vers une finalisation rapide de l'acquisition", a déclaré Seplat dans un communiqué.

Un porte-parole de la NNPC n'a pas été en mesure de fournir un commentaire immédiat.

Selon les analystes, l'accord entre Exxon et Seplat permettrait d'injecter dans l'industrie pétrolière nigériane les capitaux dont elle a tant besoin, ce qui pourrait se traduire par une amélioration de la production. Elle indiquerait également aux investisseurs que des opérations similaires, telles que la vente d'actifs de Shell à Renaissance en janvier, sont susceptibles d'être approuvées par les autorités réglementaires.

Le Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique, dépend du pétrole brut pour plus de 90 % de ses devises et la moitié de son budget. Cependant, la production a diminué ces dernières années en raison du sous-investissement et des vols.

Les grandes compagnies pétrolières opérant au Nigeria, dont Shell et TotalEnergies, ont abandonné leurs activités terrestres en eaux peu profondes pour se concentrer sur les opérations de forage en eaux profondes. (Reportage de MacDonald Dzirutwe, édition de David Goodman)