Les régulateurs antitrust de l'UE se demandent si les rivaux proposés par IAG, propriétaire de British Airways, pour reprendre certaines lignes de la compagnie aérienne espagnole Air Europa sont capables de les exploiter et de faire concurrence à IAG, ont déclaré lundi des personnes au fait du dossier.

IAG, qui possède également la compagnie aérienne espagnole Iberia, a proposé la semaine dernière de nouvelles concessions afin d'apaiser les inquiétudes de la Commission européenne quant à l'impact de l'opération sur les vols espagnols court et long-courriers.

Ces concessions comprennent la mise à disposition de 52 % des vols d'Air Europa en 2023 à des rivaux, a déclaré une autre source. Ryanair, Volotea, Iberojet et Binter ont signé des protocoles d'accord avec IAG pour les vols court-courriers et avec Avianca et World2Fly pour les vols long-courriers. Les détails des protocoles d'accord n'ont pas été divulgués.

Le gendarme de la concurrence de l'UE a interrogé les rivaux sur la pertinence et la stratégie de marché des repreneurs potentiels, ont déclaré ces personnes.

La Commission veut savoir si les rivaux ont la capacité financière d'exploiter les liaisons, et ils ont jusqu'à cette semaine pour faire part de leurs commentaires, a déclaré l'une des personnes interrogées.

La Commission, qui a fixé au 20 août la date limite pour prendre sa décision, n'a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

IAG, qui détient une participation de 20 % dans Air Europa, paie 400 millions d'euros (429 millions de dollars) pour racheter les parts restantes de la société de tourisme espagnole Globalia. Il s'agit de sa deuxième tentative après l'abandon d'un précédent accord en 2021.

(1 $ = 0,9325 euros) (Reportage de Foo Yun Chee ; Rédaction de Cynthia Osterman)