Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  Johnson & Johnson    JNJ

JOHNSON & JOHNSON

(JNJ)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Frontières et confinement : le monde redouble d'efforts pour contenir le

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
14/08/2020 | 20:34

coronavirus

Ajoute Bruxelles, Paris, détails

LONDRES (awp/afp) - Face à une résurgence des cas de nouveau coronavirus dans plusieurs pays, les efforts se multiplient dans le monde pour contenir la pandémie, le Royaume-Uni imposant une quarantaine à l'arrivée de France et l'Espagne renouant avec une série de restrictions.

Illustration d'un monde qui semble se refermer après les déconfinements du début de l'été, l'heure est désormais au masque de protection obligatoire même à l'extérieur dans certaines villes d'Europe, comme depuis mercredi à Bruxelles. L'exécutif de la capitale belge, face à la grogne, a néanmoins autorisé vendredi les cyclistes à rouler sans masque.

Paris, où le virus circule aussi activement, suit la même tendance : le masque devra être porté à partir de samedi matin dans de nouveaux quartiers, dont celui du musée du Louvre, et sur une partie des Champs-Elysées, tandis que les rassemblements de plus de 10 personnes ne respectant pas les mesures barrières seront interdits.

Et "si la situation épidémiologique devait à nouveau se dégrader, le port du masque pourrait devenir obligatoire sur l'ensemble de la capitale", a prévenu la police.

En Espagne, c'est tout le pays qui porte le masque en extérieur.

Le nouveau coronavirus a tué plus de 755.000 personnes dans le monde et en a contaminé plus de 21 millions, avec des conséquences économiques dramatiques, comme le montre la récession frappant la Pologne pour la première fois depuis la fin du communisme.

En Europe, le nombre des cas remonte ces dernières semaines mais, pour l'instant, pas le nombre des morts, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui s'inquiète d'un relâchement estival.

Déjà très touchée au printemps, l'Espagne connaît à nouveau une contagion galopante : 3.000 nouveaux cas deux jours de suite, des centaines de foyers...

"Les sorties nocturnes" sont responsables, juge le gouvernement, qui a donc fermé discothèques et bars de nuit, restreint les horaires des restaurants (fermeture à 01H00), mais aussi limité les visites en maison de retraite, interdit de fumer dans la rue et renforcé les contrôles de police.

L'Allemagne a classé l'Espagne, à l'exception des Canaries fort prisées des touristes allemands, dans les pays à risque, rendant ainsi obligatoires quarantaine et test de dépistage pour ceux qui en reviennent.

Confronté lui aussi à une recrudescence des cas, le gouvernement britannique réimposera à partir de samedi 14 jours d'isolement aux voyageurs arrivant de France, des Pays-Bas et de Malte, un peu plus d'un mois après les en avoir exemptés.

Quelque 160.000 Britanniques actuellement en France, ainsi qu'une partie des 300.000 Français vivant au Royaume-Uni en vacances dans leur pays ou ailleurs, disposent de quelques heures pour rentrer chez eux, sinon ils devront se confiner à leur retour.

Le Royaume-Uni, le plus endeuillé en Europe par le virus (plus de 41.000 morts), craint une flambée de contaminations au moment où il cherche à relancer son économie, qui a subi un effondrement sans équivalent sur le continent.

"Pas de fatalité"

Le secteur du tourisme a vivement réagi, tout comme le gouvernement français qui a promis la réciprocité.

La mesure intervient à un moment où les indicateurs épidémiologiques en France "continuent de se dégrader", selon les autorités sanitaires.

Sur la semaine écoulée, la France est le pays où les contaminations accélèrent le plus (+51%, 1.900 nouveaux cas par jour). "Les signaux sont préoccupants (...) Mais il n'y a pas de fatalité", a estimé sur la radio France Inter le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

Espoirs d'un vaccin

Les bonnes nouvelles sont également rares hors d'Europe.

Les Etats-Unis demeurent le pays le plus endeuillé (167.253 morts), devant le Brésil (105.463), le Mexique (55.293) et l'Inde (48.040). Inde, Etats-Unis et Brésil sont aussi les trois pays ayant enregistré le plus grand nombre de nouvelles contaminations ces sept derniers jours.

Malgré son mauvais bilan, le président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui qualifie le coronavirus de "petite grippe", est plus populaire que jamais, selon un sondage. D'autres enquêtes récentes montrent qu'il a toutes les chances d'être réélu en 2022.

Aux Etats-Unis, la question controversée du port du masque est revenue jeudi sur le devant de la scène avec l'appel du candidat démocrate à la présidence, Joe Biden, à l'imposer dans tout le pays. Une idée aussitôt balayée par son rival républicain Donald Trump, qui l'a accusé de vouloir "enfermer tous les Américains dans leur sous-sol pendant des mois".

Les frontières des Etats-Unis avec le Mexique et le Canada, leurs deux voisins, resteront fermées aux déplacements non essentiels au moins jusqu'au 21 septembre, a annoncé la Sécurité intérieure américaine.

Face à la résurgence ou à la persistance du virus, les espoirs se portent sur le vaccin, objet d'une compétition mondiale.

Le gouvernement britannique a conclu de nouveaux accords avec les laboratoires américains Johnson & Johnson et Novavax, portant sur 90 millions de doses de vaccin.

Les Etats-Unis, qui ont investi plus de 10 milliards de dollars dans six projets de vaccins, ont promis jeudi qu'ils seraient distribués gratuitement aux Américains.

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador s'est engagé à faire de même, assurant que "les plus humbles n'ont pas à s'inquiéter".

Selon lui, le vaccin sur lequel travaille le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca, qui doit être produit en Argentine et au Mexique à destination des pays d'Amérique latine (hors Brésil), sera disponible "à partir du premier trimestre de l'année prochaine".

burx-gmo/fb/mba/bds

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ASTRAZENECA PLC 2.70%8812 Cours en différé.15.84%
EURO / ARGENTINE PESO (EUR/ARS) 0.12%88.2142 Cours en différé.31.65%
EURO / BRAZILIAN REAL (EUR/BRL) 0.01%6.5216 Cours en différé.42.11%
JOHNSON & JOHNSON 0.16%144.44 Cours en différé.-0.98%
MEXICO IPC -0.19%35812.24 Cours en temps réel.-17.61%
NOVAVAX, INC. -9.01%101.57 Cours en différé.2,452.01%
US DOLLAR / ARGENTINE PESO (USD/ARS) 0.11%75.64 Cours en différé.26.11%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur JOHNSON & JOHNSON
23/09A Wall Street, le Dow Jones en forme grâce à Nike
AW
23/09CORONAVIRUS : J&J a lancé la phase finale des essais de son vaccin
RE
23/09CORONAVIRUS : Johnson & Johnson lance la phase III d'un candidat vaccin
AW
23/09JOHNSON & JOHNSON : essai de phase III dans la Covid-19
CF
18/09SANOFI/GSK : Bruxelles signe un deuxième contrat pour l'accès à un vaccin contre..
AO
10/09COVID-19 : plus de 900.000 morts, mauvaise nouvelle sur le front du vaccin
AW
09/09COVID-19 : l'UE réserve 200 millions de doses du potentiel vaccin Biontech/Pfize..
AW
01/09CORONAVIRUS : le point sur la pandémie
AW
31/08J&J : un médicament contre l'hypertension échoue à un essai
CF
24/08CORONAVIRUS : l'UE réserve des vaccins auprès du laboratoire Moderna
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur JOHNSON & JOHNSON
Plus de recommandations
Données financières
CA 2020 80 541 M - 69 087 M
Résultat net 2020 16 242 M - 13 932 M
Dette nette 2020 3 827 M - 3 283 M
PER 2020 23,7x
Rendement 2020 2,77%
Capitalisation 380 Mrd 380 Mrd 326 Mrd
VE / CA 2020 4,77x
VE / CA 2021 4,27x
Nbr Employés 132 200
Flottant 84,3%
Graphique JOHNSON & JOHNSON
Durée : Période :
Johnson & Johnson : Graphique analyse technique Johnson & Johnson | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique JOHNSON & JOHNSON
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 19
Objectif de cours Moyen 162,89 $
Dernier Cours de Cloture 144,44 $
Ecart / Objectif Haut 24,6%
Ecart / Objectif Moyen 12,8%
Ecart / Objectif Bas -2,38%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Alex Gorsky Chairman & Chief Executive Officer
Joseph J. Wolk Chief Financial Officer & Executive Vice President
Paulus Stoffels Chief Scientific Officer
James D. Swanson Global Chief Information Officer & Executive VP
Charles O. Prince Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
JOHNSON & JOHNSON-0.98%379 679
ROCHE HOLDING AG8.39%315 948
MERCK & CO., INC.-8.81%209 775
PFIZER, INC.-8.07%201 437
NOVARTIS AG-11.13%195 696
NOVO NORDISK A/S13.07%160 063