Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris a clôturé en hausse de 0,74%, portée par des signaux de ralentissement économique bienvenus dans le sillage des prochaines décisions de politiques monétaires des banques centrales, qui pourraient baisser leurs taux en 2024, si la désinflation se poursuit.

L'indice vedette CAC 40 a avancé de 54,40 points, à 7.386,99 points. Lundi, la cote Parisienne a légèrement reculé de 0,18%, reprenant son souffle après les forts gains cumulés en novembre.

"La hausse des marchés actions semble être fondée sur l'idée que les banques centrales américaine, européenne et canadienne commenceront à baisser leurs taux d'intérêt en mars, puis à trois reprises au cours du reste de l'année 2024", commente Craig Erlam, analyste d'Oanda.

Sophie Chauvellier, gérante de Dorval AM, souligne que "le discours de la Banque centrale européenne (BCE)" a "davantage évolué" que celui de la Réserve fédérale (Fed) américaine sur sa politique monétaire.

En novembre, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a déclaré que les taux d'intérêt de la BCE n'allaient plus progresser "sauf choc" et "sauf surprise".

De plus, dans une interview à Reuters, Isabel Schnabel, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a souligné que l'inflation avait ralenti plus que prévu en novembre, ce qui "rendait une nouvelle hausse des taux plutôt improbable".

Du côté des indicateurs publiés en séance, aux Etats-Unis, les emplois vacants ont nettement diminué, à 8,7 millions en octobre contre 9,4 millions en septembre (chiffre révisé), au plus bas depuis plus de deux ans, montrant que la politique monétaire de la Fed refroidit le marché de l'emploi.

Toujours aux Etats-Unis, dans le secteur des services, l'activité a en revanche continué de croître en novembre à 52,7%, mieux que prévu, et à un rythme plus fort que le mois précédent (51,8%), selon l'indice ISM.

Ces données "vont dans le sens du narratif de marché, soit une désinflation sans écroulement de l'activité", note Sophie Chauvellier.

L'Oréal acquiert le danois Lactobio

Le géant français des cosmétiques a annoncé lundi avoir finalisé l'acquisition du danois Lactobio, qui lui permettra notamment de développer de nouveaux cosmétiques "à partir de bactéries vivantes". L'Oréal a clôturé en hausse de 0,65% à 439,75 euros.

Vallourec mise sur le stockage vertical de l'hydrogène

Le groupe spécialisé dans les tuyaux sans soudure à destination de l'industrie pétrolière et gazière a dévoilé un prototype, qu'il présente comme unique au monde, de stockage vertical de l'hydrogène gazeux, sur lequel il compte pour s'imposer sur le marché de la décarbonation industrielle. L'annonce n'a pas suffi pour porter le titre de Vallourec, qui a terminé en baisse de 0,36% à 13,76 euros.

La Compagnie des Alpes lésée par l'énergie

La rentabilité de l'exploitant de domaines skiables et propriétaire de parcs de loisirs a souffert lors de l'exercice 2022/2023 du doublement des coûts de l'énergie malgré un chiffre d'affaires qui dépasse le milliard d'euros. Sanctionnée, l'action a baissé de 1,28% à 13,92 euros.

mgi/asl/ber