Lexibook a apporté deux bonnes nouvelles aux investisseurs : sa faible exposition à la crise ukrainienne et le nouveau relèvement de ses objectifs annuels. Le fabricant de jeux électroniques pour enfants " précise qu’il n’est pas exposé ni sur le marché russe, ni sur le marché ukrainien tant sur ses approvisionnements que sur ses ventes ". Il ajoute que la consommation de ses produits reste forte et l'activité sur son dernier trimestre fiscal est supérieure à ses anticipations.

Le quatrième trimestre viendra donc clôturer une année de forte croissance du chiffre d'affaires attendu désormais à un minimum de 43 millions d'euros. Lexibook ciblait auparavant un chiffre d'affaires supérieur à 41 millions d'euros. La marge et le résultat net sont logiquement également attendus en forte progression.

Le groupe souligne par ailleurs avoir déjà assuré une bonne partie de ses approvisionnements pour son nouvel exercice fiscal et ne connaît pas de nouvelles tensions qui n'aient pas déjà été anticipées en dehors de l'appréciation du dollar, qui pourrait nécessiter si elle perdure, une révision des tarifs européens.