Sébastien Chenu, débuté et vice-président du Rassemblement National (RN), a indiqué hier sur BFM TV, que le parti pourrait envisager une privatisation de l'audiovisuel public (et donc de France Télévisions et de Radio France) en cas de victoire aux prochaines élections législatives (30/06 et 07/07) indique Oddo BHF dans son analyse du jour.

Rappelons que ce projet avait déjà été évoqué par le RN lors de l'élection présidentielle de 2022.

Suite à cette annonce, le bureau d'analyses réitère pour le moment ses opinions Surperformance sur TF1 (objectif de 13 E) et Neutre sur M6 (objectif de 18 E).

Concernant la TV, il ne concernerait donc que : France 2 (généraliste), France 3 (chaînes régionales), France 5 (généraliste) et France Info (information), soit une part d'audience totale de l'ordre de 28%.

' Si ce projet était mené, il serait naturellement très négatif pour les acteurs privés. Le marché français ne serait pas capable d'absorber une telle hausse de la concurrence. Toutefois, il nous semble très difficile à entreprendre et la situation du marché pourrait rendre impossible une telle privatisation totale ' indique Oddo BHF.

' Une telle privatisation pourrait conduire à une très forte baisse des CA et donc des marges des acteurs privés actuels ' souligne l'analyste.

' Dans ce contexte, d'autres options pourraient être envisageables : 1/ une privatisation partielle par exemple avec la cession de France 2 ou France 5 ; 2/ le statu quo mais une restructuration importante de France Télévisions et Radio France (réduction de coûts). En première approche, un mix de ces deux scénarios nous semble la perspective la plus crédible en cas de victoire du RN ' rajoute Oddo BHF.

Copyright (c) 2024 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.