Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

META PLATFORMS, INC.

(FB)
  Rapport
Cours estimé en temps réel. Temps réel estimé Cboe BZX - 20/01 17:09:14
326.34 USD   +2.11%
16:50TENCENT VS SONY VS MICROSOFT : Fight !
15:57BOURSE DE WALL STREET : Wall Street de nouveau soutenue par les résultats de sociétés
RE
14:56META : UBS optimiste sur le dossier
ZD
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Monnaie numérique de banque centrale : un outil de souveraineté ?

09/12/2021 | 15:02
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
1

Les actifs numériques sont considérés, entre autres, comme une menace pour la souveraineté monétaire des Etats. La meilleure illustration récente en est la levée de boucliers contre le projet Libra de Meta (ex-Facebook). Le développement de ce type d'initiatives privées inquiète fortement les gouvernements, qui y voient un risque de perte de leur contrôle sur la monnaie et de leur capacité à protéger les données des citoyens. Une telle initiative menée par un mastodonte de la commercialisation des données personnelles, a accéléré le processus de réflexion quant à la mise en place d’une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) dans certaines régions du monde.

L'émergence massive des cryptomonnaies ces dernières années a suscité à la fois l'intérêt des utilisateurs, des commerçants, des investisseurs, des développeurs, entre autres, mais aussi l’inquiétude des gouvernements, bien que le Salvador semble, lui, s’en accommoder avec l’adoption du bitcoin comme monnaie légale. Les MNBC seraient adossées à la monnaie émise par la banque centrale, en l'occurrence l’euro sur le Vieux Continent. Mais nous pouvons nous poser une question principale :  

Quel est l’avantage d’une MNBC puisque les monnaies actuelles sont déjà numériques ?

Les banques commerciales en danger ? 

Nous nous souvenons de l’interview de Christine Lagarde sur BFMTV et de sa capacité limitée à expliquer la différence entre un euro numérique tel qu’on le connaît aujourd’hui et un euro numérique de banque centrale. Personnellement, j’entrevois plusieurs nuances. Déjà, à l’heure actuelle les garantes de nos euros sur comptes bancaires sont les banques commerciales, alors que dans le cas d’une monnaie numérique de banque centrale, il s’agirait justement directement de la BCE. D’ailleurs son nom l'indique bien. Plusieurs interrogations se posent dans ce cas. Si, comme nous l'imaginons, la BCE s’appuie sur la technologie de la blockchain pour développer son e-euro, alors un portefeuille numérique appartenant à chaque citoyen pourrait être attribué. Plusieurs experts s'inquiètent sur les conséquences d’un retrait massif des euros déposés dans les banques commerciales afin de les transférer vers un portefeuille numérique de BCE. Il existe alors un vrai risque systémique bancaire sur lequel la BCE devra plancher avant toute émission de wallets numériques (“portefeuille numérique” dans la version anglo-saxonne) . Mais nous avons du temps devant nous, puisque la décision du Conseil des gouverneurs de la BCE, datant de juillet 2021, de lancer le projet d’euro numérique, estime que “la phase d’étude du projet devrait durer 24 mois.” La Chine, elle, ne perd pas une seconde.

Statut du développement de MNBC dans le monde (Novembre 2021)
Source : Atlanticcouncil.org

Les niveaux de développement de MNBC en sont à différents niveaux à l'échelle internationale. A titre d’exemple, la Chine, même si elle considère être à une étape pilote a déjà lancé son e-yuan. Au 30 juin 2021, près de 70 millions de wallets avaient été ouverts avec lesquels plus de 70 millions de transactions ont été effectuées pour une valeur de 35 milliards de yuans (environ 5,3 milliards de dollars). Quatre mois plus tard, le nombre de wallets numériques a doublé et la valeur des transactions frôle les 10 milliards de dollars. Il est donc désormais possible pour les chinois de pouvoir transformer leurs yuan papier en e-yuan. A noter que le lancement de la MNBC chinoise a été concomitante avec l’interdiction des mineurs de cryptomonnaies en Chine et des services financiers liés de près ou de loin aux actifs numériques. Certains y verront peut-être une élimination pure et simple de toute concurrence à la future monnaie nationale numérique. Pour finir l’aparté chinois, le gouvernement ambitionne, pour les Jeux Olympiques de 2022, de permettre aux étrangers d’acheter du e-yuan facilement afin de très certainement pouvoir mieux tracer les faits et gestes de ses utilisateurs. Nous reviendrons un peu plus bas sur les risques de l'émission d’une MNBC par un gouvernement pour la population.

Le Nigeria a lancé le “eNaira” fin octobre, et l’adoption semble au rendez-vous avec plus de 500 000 téléchargements de l’application hébergeant le portefeuille numérique et l’équivalent de 150 000 dollars échangés. Cependant, nous n’avons pas encore assez de recul et de données suffisamment fiables pour établir un constat clair de cette émission de MNBC. Il faut prendre en compte que la situation économique locale n’est pas une des plus développées du monde avec une monnaie nationale se dépréciant depuis des années. Les habitants du Nigeria font partie de ceux qui utilisent le plus les cryptomonnaies dans le monde, toute proportion gardée, ce qui explique cette accélération du processus par le gouvernement, mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.

Dans la région européenne, le stade de développement en est à ses balbutiements :

Statut de développement des MNBC en Europe
Source : Statista

Il est difficile à l’heure actuelle de pouvoir établir un constat du développement des MNBC en Europe car nous en sommes principalement au stade de recherche. Le 30 août dans une interview à Klaus Schwab, Christine Lagarde soulignait à propos des MNBC que : 

“À la Banque centrale européenne, nous pensons que nous devons être prêts et disposer de la technologie nécessaire pour répondre aux demandes des clients. Si les clients préfèrent utiliser la monnaie numérique plutôt que d'avoir des billets de banque et des espèces à disposition, elle doit être disponible. Nous devons répondre à cette demande et nous assurer que nous disposons d'une solution européenne, sécurisée, disponible à des conditions favorables, qui peut être utilisée comme moyen de paiement à des conditions raisonnables et qui ne met pas en péril l'ensemble du système bancaire, ce qui devrait faire partie intégrante de la proposition.”

La blockchain utilisée sera-t-elle publique ou privée ? Comment la BCE permettra-t-elle de ne pas court-circuiter les banques commerciales si un portefeuille numérique est attribué à chaque citoyen ? Quid de la relation avec les plateformes d’échange de cryptomonnaies actuels (Binance, Coinbase, Kraken…) ? Quel cadre fiscal et réglementaire pour les échanges de MNBC entre les utilisateurs et les commerçants ? Le Bitcoin sera-t-il évincé ? Tant de questions que je surveille comme le lait sur le feu, et que je ne manquerai pas de vous faire partager dans mes prochains articles à ce sujet.

Pour finir ce tour du monde très résumé sur les MNBC, les Etats-Unis ne semblent pas développer une MNBC mais plutôt s’appuyer et s’interroger sur le cadre réglementaire des stablecoins (jeton répliquant le cours d’une monnaie fiduciaire, en l'occurrence le dollar). Pour rappel, ces jetons ont été créés principalement pour les échanges en cryptomonnaies et plus particulièrement pour passer d’une cryptomonnaie, comme par exemple le bitcoin, en dollars à moindre coût. Le côté fiscal est à prendre en considération, car les plus malins peuvent éviter l’imposition sur les plus values avec une manipulation habile de ces stablecoins. Aujourd’hui 95% des conversions de vente de crypto se font en stablecoin dollar plutôt qu’en dollar directement. Les stablecoins ne sont, à l'heure actuelle, pas trop inquiétés par la juridiction, mais on peut facilement imaginer qu’elles devront se plier à la réglementation du gendarme financier américain prochainement, vu l’ampleur que prend les volumes transactions en actifs numériques. La principale différence entre une MNBC et un stablecoin est belle et bien l'émetteur. Pour la première, il s’agit de la banque centrale, alors que pour la deuxième il s’agit, actuellement, d’entités privées. Bien que les Etats-Unis ne semblent pas très avancés sur la question de la MNBC, au même titre que l’Europe, un grand nombre de questions vont se poser quant à son éventuelle instauration. Affaire à suivre…

Les risques d’une MNBC

Nous avons déjà évoqué les incertitudes systématiques concernant les banques commerciales, mais d’autres inquiétudes peuvent être évoquées. Nous pouvons imaginer que, grâce aux MNBC via une blockchain, l’Etat puisse permettre une plus grand contrôle de la monnaie, comme le suivi précis des paiements des citoyens. Aujourd’hui l’Etat a les moyens juridiques pour avoir accès aux comptes bancaires de chaque individu, sauf que cette fois-ci, grâce à la blockchain, cet accès pourrait être instantané et en temps réel. Elle pourrait devenir un véritable outil  de surveillance et de contrôle des données. C’est d’ailleurs un des arguments du gouvernement chinois : “renforcer la protection des données personnelles et la sécurité du système”. Je ne sais pas si c’est très rassurant quand c’est la Chine qui prononce ces mots. 

Si la politique monétaire reste inchangée, puisque la BCE est aux commandes en émettant de la monnaie au rythme qu’elle le souhaite, la politique fiscale pourrait devenir plus stricte. Elle pourrait permettre de venir piocher directement dans les wallets avec un smart contract d’imposition instantanée. Si nous poussons le bouchon, un Etat pourrait facilement émettre une taxe sur les wallets numériques pour favoriser la consommation. Imaginez qu’on puisse vous prélever 0,01% sur le wallet numérique chaque jour, alors, vous seriez poussé à consommer ou investir plutôt qu’à “perdre” cet argent. Une dérive impensable mais possible. Le risque principal identifié par l'émission d’une MNBC, à l’heure actuelle, est donc clairement la potentielle surveillance, le contrôle et la traçabilité de chaque mouvement de paiement de chaque individu grâce à la technologie de la blockchain. On comprend rapidement pourquoi la Chine s’est précipitée dans le développement d’une MNBC, quand on sait à quel point le curseur de la surveillance de la population chinoise est d’ores et déjà poussé à son paroxysme.

Les avantages d’une MNBC

L’inclusion financière est un argument de poids. La surveillance des individus permettra aux individus “à risques” d’avoir accès à un wallet numérique car beaucoup plus contrôlable. Les flux monétaires seront facilités au prix de la surveillance et du contrôle. En revanche, ce contrôle permettrait aussi de pouvoir remonter les filières mafieuses de blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme dans une certaine mesure. Dans ce cas, il faudrait espérer que les escrocs utilisent les MNBC des gouvernements pour leurs transactions illicites. Rien n’est moins sûr. Nous pouvons imaginer que les échanges entre les différents pays puissent être facilités avec l’interopérabilité des blockchains développés par chaque gouvernement. Certains experts réfléchissent même à une MNBC mondiale pour les échanges internationaux.

En guise de conclusion, bien que nous en soyons aux prémices de l'émission d’une monnaie numérique de banque  centrale, énormément de questions d'ordre éthique, monétaire, fiscal et économique se posent. Ce qui est sûr, c’est que la plupart des gouvernements planchent sur ces réflexions et l’adoption du bitcoin pourrait être remise en question si jamais un jour, un euro numérique de BCE venait à se démocratiser. Car à l’heure actuelle, une taxation de 30% d’une devise numérique considérée, et à juste titre, comme un actif spéculatif, est intenable dans l’optique de devenir un moyen de paiement. D’autant plus que les utilisateurs ne sont pas enclins à dépenser des bitcoins dans leurs dépenses quotidiennes car ils préfèrent les conserver dans l’optique de réaliser des plus-values. Dépenser des satoshis (fraction de bitcoins) pour acheter sa baguette de pain semble bien loin de notre quotidien. 




© Zonebourse.com 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
1
Réagir à cet article
VONMISES - Il y a 1 mois arrow option
1984 ! Chaque transaction sera surveillée par Big Sister Lagarde. A vomir !
  
  
  • Publier
    loader
Toute l'actualité sur META PLATFORMS, INC.
16:50TENCENT VS SONY VS MICROSOFT : Fight !
15:57BOURSE DE WALL STREET : Wall Street de nouveau soutenue par les résultats de sociétés
RE
14:56META : UBS optimiste sur le dossier
ZD
13:02PLANÈTE BOURSE : La revue de presse du jeudi 20 janvier 2022
12:04La justice impose à Twitter de détailler ses moyens contre la haine en ligne
RE
11:57Le premier metaverse sera-t-il chinois ?
11:31Le Parlement européen vote en faveur de l'application des restrictions en matière de su..
MT
11:25France-La justice impose à Twitter de détailler ses moyens contre la haine en ligne
RE
10:45Microsoft saute dans le train du métavers
AW
09:07Le groupe Frugl lance la version 3.0 de l'application Frugl Grocery sur les plateformes..
MT
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur META PLATFORMS, INC.
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 118 Mrd - 104 Mrd
Résultat net 2021 39 933 M - 35 208 M
Tréso. nette 2021 65 092 M - 57 390 M
PER 2021 23,0x
Rendement 2021 -
Capitalisation 889 Mrd 889 Mrd 784 Mrd
VE / CA 2021 7,00x
VE / CA 2022 5,83x
Nbr Employés 68 177
Flottant 84,5%
Graphique META PLATFORMS, INC.
Durée : Période :
Meta Platforms, Inc. : Graphique analyse technique Meta Platforms, Inc. | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique META PLATFORMS, INC.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreBaissièreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 52
Dernier Cours de Cloture 319,59 $
Objectif de cours Moyen 403,21 $
Ecart / Objectif Moyen 26,2%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Mark Elliot Zuckerberg Chairman & Chief Executive Officer
David M. Wehner Chief Financial Officer
Michael Todd Schroepfer Chief Technology Officer & VP-Engineering
Atish Banerjea Chief Information Officer
Sheryl Kara Sandberg Chief Operating Officer & Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
META PLATFORMS, INC.-4.98%889 023
KUAISHOU TECHNOLOGY16.24%45 656
MATCH GROUP, INC.-12.08%32 914
TWITTER, INC.-13.58%29 810
BUMBLE INC.-8.03%4 025
NEW WORK SE-3.22%1 343