Zurich (awp) - Le concepteur bernois de modules et panneaux solaires Meyer Burger a annoncé vendredi la fermeture d'un site en Allemagne et son recentrage vers les Etats-Unis. Une assemblée générale extraordinaire est agendée au 18 mars pour approuver des droits d'émission de 200 à 250 millions de francs suisses permettant de financer l'achèvement des travaux outre-Atlantique. L'annonce a fait chuter le titre à la Bourse suisse.

Le site de production allemand, situé à Freiberg en Saxe, sera fermé en avril pour cause de faible rentabilité et en raison des importations à bas prix provenant de Chine, indique un communiqué.

"L'arrêt de la production pourrait n'être que temporaire", a cependant nuancé le directeur général Gunter Erfurt en conférence téléphonique. "Mais nous devons penser à l'entreprise et nous préparer au pire." Cette fermeture entraînerait dans un premier temps des économies substantielles à partir d'avril. La distribution en Europe n'est pas concernée, a précisé la société.

En parallèle, la société a annoncé le développement de la production de modules et cellules solaires dans les Etats américains d'Arizona et du Colorado. Les travaux presque achevés suivent la calendrier prévu, précise la direction.

Chaque site aura une capacité de production annuelle d'environ 2 gigawatts avec à moyen terme, un résultat opérationnel (Ebitda) annuel de 250 millions de francs suisses.

Plan de financement

"La mise en oeuvre du plan devrait permettre de combler le déficit de financement de 450 millions, ce qui devrait aider le groupe à devenir positif en termes de flux de trésorerie", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le principal actionnaire Sentis, détenant 10% de Meyer Burger, investira 50 millions, selon le communiqué. M. Erfurt insiste sur l'engagement annoncé par ce partenaire. La direction et le conseil d'administration participeront également à l'augmentation de capital dans le cadre de leurs parts.

Concernant l'approbation d'une garantie de crédit à l'exportation pour le financement du gouvernement fédéral allemand par une banque commerciale d'un montant maximal de 95 millions de dollars, le directeur général n'a pas donné de précision.

Pour l'analyste Bernd Laux de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), "il n'est pas sûr que toutes les mesures relatives au capital puissent être mises en oeuvre avec succès". Selon lui, Meyer Burger devrait émettre les nouvelles actions à leur valeur nominale, soit 4 à 5 milliards de nouvelles actions et une dilution de 110 à 140%, si les actions peuvent être placées.

Après une ouverture en chute libre, le titre Meyer Burger a quelque peu limité ses pertes et fini en forte baisse de 9,6% à 8 centimes, dans un indice SPI en hausse de 0,87%.

ib/ck/fr