Avec cette transaction, Ackman cherche à introduire un fonds fermé orienté actions nommé Pershing Square USA (PSUS) et coté à la bourse de New York dès l'année prochaine. Il souhaite récolter 25 milliards de dollars à travers ce nouveau véhicule et prévoit d'investir 500 millions de dollars dès la première année. Ce fonds fermé lui permet d'avoir une certaine résilience et une prévisibilité des liquidités étant donné que les investisseurs ne peuvent pas racheter leurs actions à tout moment. D'ici là, nous attendons la publication de nouvelles informations pour préciser les intentions du fonds et savoir s'il est plus intéressant que la cotation actuelle Pershing Square Holdings à Londres et aux Pays-Bas. 

Par ailleurs, les gestionnaires d'actifs sont confrontés à une compression des frais notamment à cause de la montée en puissance de l'investissement passif. Le pari d'Ackman est que les investisseurs paieront sans problème 2% de frais pour investir à ses côtés. Cependant, je trouve difficile de faire payer 2% de frais sur un portefeuille concentré avec une faible rotation, étant donné qu'il est facilement reproductible par un particulier. Bill Ackman se défend en expliquant qu'une partie de la réussite de son fonds est due à des paris non reproductibles par un investisseur lambda. Je pense par exemple à son pari réalisé juste avant la pandémie contre les spreads de crédit des entreprises américaines, qui lui a rapporté plus de 2 milliards de dollars pour un investissement initial d'à peine plus de 30 millions de dollars. De plus, il n'applique pas de frais de surperformance. 

Les performances de Bill Ackman sont au beau fixe depuis quelque temps grâce à ses derniers paris réussis, ce qui n'était pas le cas il y a quelques années, notamment la période 2015-2017 en raison des pertes sur Valeant Pharmaceutical. Son principal véhicule d'investissement actuel, Pershing Square Holdings, coté à Londres et à Amsterdam, a généré une performance annualisée de 28% sur 5 ans, contre 15% pour le S&P 500. Cependant, le fonds sous-performe sur 10 ans. 

Ackman envisage d'adopter une approche similaire à son portefeuille actuel, c'est-à-dire une sélection concentrée de 12 à 20 titres (6 actuellement) d'entreprises de croissance nord-américaines. La philosophie de Bill Ackman a bien évolué sur la dernière décennie, abandonnant progressivement l'activisme et la vente à découvert suite à sa mauvaise expérience avec Herbalife. Bill se consacre davantage à conserver ses titres plus longtemps, à réduire la rotation de son portefeuille et à l'analyse des fondamentaux des sociétés. Par exemple, en 2023, le gestionnaire de fonds a vendu une seule position (Lowe's) et initié une seule position (Alphabet). 

Si l'on regarde son portefeuille actuel, nous trouvons dans l'ordre : 

Chipotle Mexican Grill (20,1% de son portefeuille long) : Chipotle Mexican Grill est spécialisé dans l'exploitation d'établissements de restauration rapide décontractée. Fin 2023, le groupe disposait de 3 437 restaurants implantés essentiellement aux Etats-Unis. Ackman a investi dès 2016 dans la chaîne de burrito fast-casual. Il avait alors initié une position dans l'entreprise de fast-food lorsqu'elle était confrontée à des problèmes de sécurité alimentaire. Le titre avait fortement chuté et le gestionnaire américain y a vu une opportunité à saisir. 

Alphabet (19,4%) : Alphabet est une société holding organisée autour de 6 pôles d'activités. Le plus connu étant l'exploitation du moteur de recherche Google. Le groupe exploite le site d'hébergement et de diffusion de vidéos (YouTube) et un service de messagerie gratuit en ligne (Gmail). Le gros des revenus provient de la publicité. Les autres départements comportent le développement et production de solutions domotiques (Nest Labs), recherche et développement de biotechnologies (Calico) dédiées au traitement du vieillissement et des maladies dégénératives, les prestations de recherche en intelligence artificielle (Google X), les prestations de services d'investissement : gestion d'un fonds de placement dédié aux jeunes entreprises opérant dans le secteur des nouvelles technologies (Google Ventures) et d'un fonds d'investissement destiné aux entreprises déjà développées (Google Capital), l'exploitation d'une infrastructure de réseau d'accès à Internet par fibre optique (Google Fiber). C'est la dernière position de Bill Ackman initiée en 2023. 

Hilton Worldwide Holdings (18,2%) : Hilton Worldwide Holdings est spécialisé dans la détention et l'exploitation d'hôtels notamment sous les enseignes Waldorf Astoria Hotels & Resorts, LXR Hotels & Resorts, Conrad Hotels & Resorts, Canopy by Hilton, Signia by Hilton, Hilton Hotels & Resorts, Curio Collection by Hilton, DoubleTree by Hilton, Tapestry Collection by Hilton et Embassy Suites by Hilton. Ackman a investi pour la première fois au quatrième trimestre 2018. 

Restaurant Brands International (17,3%) : Restaurant Brands International est une société de restauration rapide. Elle franchise et exploite des restaurants à service rapide servant du café de qualité supérieure et d'autres boissons et produits alimentaires. Ses segments comprennent Tim Hortons (TH), Burger King (BK), Popeyes Louisiana Kitchen (PLK), Firehouse Subs (FHS) et International (INTL). Sous la marque Tim Hortons, elle opère dans la catégorie beignets/café/thé du segment des services rapides du secteur de la restauration. Sous la marque Burger King, elle opère dans la catégorie des restaurants de hamburgers. Sous la marque Popeyes, elle opère dans la catégorie du poulet. 

Howard Hughes Holdings (12,7%) : Howard Hughes Holdings possède, gère et développe des biens immobiliers commerciaux, résidentiels et à usage mixte dans l'ensemble des États-Unis. La société opère à travers quatre segments : Operating Assets, Master Planning Communities (MPC), Strategic Developments et Seaport. Le segment Operating Assets possède divers types d'actifs, dont environ 8,8 millions de mètres carrés de commerces et de bureaux, 5 587 logements collectifs détenus en totalité ou en partie, ainsi que d'autres biens et investissements détenus en totalité ou en partie. Le segment MPC planifie, développe et gère de petites villes et de grandes communautés à usage mixte sur le marché. Le segment MPC comprend le développement et la vente de terrains résidentiels et commerciaux, principalement dans le cadre de projets à long terme et à grande échelle. Le segment Strategic Developments se compose de propriétés commerciales. Le segment Seaport est un quartier de plusieurs pâtés de maisons géré par un propriétaire unique à New York. 

Canadian Pacific Kansas City (12,3%) : Canadian Pacific Kansas City Limited, anciennement Canadian Pacific Railway Limited, exploite un chemin de fer transnational à ligne unique reliant le Canada, les États-Unis et le Mexique, avec un accès aux ports de Vancouver au Canada atlantique, au golfe du Mexique et à Lazaro Cardenas, au Mexique. La société exploite environ 20 000 miles de rail et fournit aux clients nord-américains un service ferroviaire inégalé et une portée de réseau vers les marchés clés à travers le continent. Elle offre un ensemble de services de transport de marchandises, de solutions logistiques et d'expertise en matière de chaîne d'approvisionnement. Elle transporte de l'éthanol depuis les zones de production du Midwest des États-Unis jusqu'aux marchés de consommation du Nord-Est des États-Unis et du Canada. La société dessert divers marchés, notamment ceux des céréales canadiennes et américaines, du vrac, de l'intermodal, de l'automobile, des produits forestiers et industriels, du transbordement et de l'énergie, des produits chimiques et des plastiques. Sa filiale à 100 % est la Compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique.