Pfizer Inc. a annoncé les résultats détaillés de survie globale de l'étude de phase 2 MagnetisMM-3 d'ELREXFIO ? (elranatamab-bcmm) chez des patients atteints de myélome multiple récidivant ou réfractaire lourdement traité. L'étude a démontré une OS médiane de 24,6 (95% CI, 13,4, NE) mois dans la cohorte A (n=123) de l'essai pivot à bras unique.

Ces données de MagnetisMM-3 seront présentées lors d'une session de posters (#932) au congrès hybride de l'Association européenne d'hématologie (EHA) qui se tiendra à Madrid, en Espagne, du 13 au 16 juin. D'autres présentations à l'EHA 2024 mettront en évidence les données d'ELREXFIO dans l'ensemble du programme d'essais cliniques MagnetisMM. Après plus de deux ans de suivi dans l'essai MagnetisMM-3, le taux de réponse global (ORR) pour les patients sous ELREXFIO était de 61,0 % (37,4 % = taux de réponse complète (CRR)), les réponses s'approfondissant avec le temps, et la durée médiane de la réponse (DOR) n'a pas été atteinte.

Après deux ans, le taux estimé de DOR était de 66,9 % (IC 95 % : 54,4, 76,7) pour tous les répondeurs, et de 87,9 % (IC 95 % : 73,1, 94,8) pour les patients ayant obtenu une RC ou une meilleure réponse. La survie médiane sans progression était de 17,2 mois (IC 95 % : 9,8 mois-NE). La médiane de la SSP n'a pas été atteinte chez les patients ayant obtenu une RC ou une meilleure réponse et, à deux ans, le taux estimé de SSP était de 90,6 % (IC à 95 % : 76,9, 96,4).

La sécurité et la tolérabilité d'ELREXFIO dans l'étude MagnetisMM-3 ont été conformes à ce qui avait été observé précédemment. Cinq patients (4,1 %) ont présenté des tumeurs malignes primaires secondaires (MPS), tous les cas étant des carcinomes épidermoïdes de la peau, ce qui correspond aux MPS souvent observés chez les patients atteints de myélome multiple (MM), tandis qu'aucun MPS hématologique n'a été rapporté. En raison du risque de syndrome de libération de cytokines (CRS) et de syndrome de neurotoxicité associée aux cellules effectrices immunitaires (ICANS), les patients doivent être surveillés pour détecter tout signe ou symptôme pendant 48 heures après l'administration de chacune des deux doses progressives du schéma posologique d'ELREXFIO et il doit leur être demandé de rester à proximité d'un établissement de soins de santé.

Dans l'UE, l'hospitalisation préventive n'est pas requise. Les patients ne sont pas tenus de rester à proximité d'un établissement de santé pour la première dose de traitement de 76 mg. Sur la base des résultats de l'essai MagnetisMM-3, ELREXFIO a reçu une approbation accélérée en août 2023 de la part de la Food and Drug Administration américaine pour le traitement des patients adultes atteints de RRMM qui ont reçu au moins quatre lignes de traitement antérieures, y compris un inhibiteur du protéasome, un agent immunomodulateur et un anticorps anti-CD38.

Le maintien de l'autorisation pour cette indication est subordonné à la vérification du bénéfice clinique dans un essai de confirmation. En décembre 2023, la Commission européenne a accordé une autorisation de mise sur le marché conditionnelle à ELREXFIO pour le traitement des patients adultes atteints de RRMM qui ont reçu au moins trois traitements antérieurs, y compris un inhibiteur du protéasome, un agent immunomodulateur et un anticorps anti-CD38, et qui ont présenté une progression de la maladie avec le dernier traitement. ELREXFIO a également été approuvé en Suisse, au Brésil et au Canada dans le cadre du projet Orbis, un cadre pour la soumission et l'examen simultanés de médicaments oncologiques par des partenaires internationaux afin d'accélérer potentiellement les approbations.

Deux autres pays (Australie et Singapour) participent au projet Orbis. L'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a accordé à ELREXFIO l'autorisation de mise sur le marché en Grande-Bretagne pour le RRMM. Le programme de développement clinique MagnetisMM de Pfizer étudie l'utilisation de l'elranatamab chez tous les patients atteints de MM, du MMR au MM nouvellement diagnostiqué.

Les essais cliniques en cours comparent l'elranatamab aux normes de soins actuelles, à la fois en monothérapie et en association avec des thérapies standard ou nouvelles. Il s'agit notamment de l'essai MagnetisMM-4 qui étudie le traitement par elranatamab avec d'autres thérapies anticancéreuses, de l'essai MagnetisMM-5 dans le cadre d'une exposition à deux classes, de l'essai MagnetisMM-6 chez des patients nouvellement diagnostiqués qui ne sont pas éligibles pour une greffe de cellules souches, de l'essai MagnetisMM-7 chez des patients nouvellement diagnostiqués après une greffe, et de l'essai MagnetisMM-32 chez des patients ayant déjà reçu une thérapie dirigée contre le CD38. MagnetisMM-3 est une étude de phase 2 ouverte, multicentrique et non randomisée d'ELREXFIO en monothérapie chez des patients atteints de myélome multiple et réfractaires à au moins un inhibiteur du protéasome, un médicament immunomodulateur et un anticorps anti-classeur de différenciation 38.

L'étude a inclus deux cohortes de participants : l'une avec et l'autre sans traitement préalable par un conjugué anticorps-médicament dirigé contre l'antigène de maturation des cellules B ou par une thérapie par cellules T à récepteur antigénique chimérique. Les participants ont reçu ELREXFIO par voie sous-cutanée en deux doses d'amorçage progressives suivies d'une injection hebdomadaire de 76 mg. Le critère d'évaluation principal est le taux de réponse objective tel qu'évalué par l'examen central indépendant en aveugle (BICR).

Les principaux critères d'évaluation secondaires sont la durée de la réponse, la survie sans progression, le taux de négativité de la maladie résiduelle minimale, la survie globale et la sécurité.