Rémy Cointreau grappille 0,05% à 108,60 euros au sein de l'indice SBF 120 après avoir dévoilé une chute de ses profits au premier semestre de l’exercice 2023/2024. "Nos résultats semestriels ont été fortement impactés par le marché américain qui doit faire face à des vents contraires conjoncturels : niveau de stock important lié à une forte normalisation de la consommation, intensité promotionnelle sans précédent et hausse des taux d'intérêt", a expliqué le directeur général, Éric Vallat. Le résultat opérationnel courant du groupe a reculé de 43% en organique à 169,1 millions d'euros.

Rémy Cointreau a souffert de la baisse du chiffre d'affaires, "partiellement compensée par une réduction des coûts de structure". La marge opérationnelle courante a reculé 9,8 points en organique à 26,6%.

En outre, Rémy Cointreau a enregistré une chute de 49,5% de son résultat net part du groupe à 113 millions d'euros. Déjà publié, le chiffre d'affaires a atteint 636,7 millions d'euros, en baisse de 22,2% en organique.

En réaction à ces résultats semestriels décevants, UBS reste à l'achat sur le titre Rémy Cointreau avec un objectif de cours inchangé à 162 euros. L'analyste constate que "la division Cognac a déçu avec un EBIT en repli organique de 47,2% (contre un consensus de -46,5%), tandis que celui de la division Liqueurs & Spiritueux a reculé de -3,5% (contre un consensus de +3,5%).

Objectifs annuels réaffirmés

Fin octobre, le groupe français de spiritueux avait lancé un avertissement sur ses résultats annuels. Il a confirmé aujourd'hui ses nouveaux objectifs pour l'exercice 2023-2024.

L'entreprise prévoit un recul du chiffre d'affaires compris entre 15% et 20% en organique. Rémy Cointreau anticipe également une "baisse maîtrisée de la marge opérationnelle courante en organique" grâce à la mise en œuvre d'un plan de réduction des coûts estimé à environ 100 millions d'euros cette année. 25 millions d'euros ont déjà été réalisés au premier semestre.

Il s'attend enfin à un effet défavorable du taux de change sur le chiffre d'affaires (entre -50 et -60 millions d'euros) et sur le résultat opérationnel courant (entre -10 et -15 millions d'euros).

Par ailleurs, Rémy Cointreau souligne qu'aux "Etats-Unis, les conditions de marché se sont détériorées. En conséquence, le concurrent de Pernod Ricard "ne prévoit pas de reprise de la croissance des ventes avant l'exercice fiscal 2024-25".