GENEVE, 26 février (Reuters) - L'Association des constructeurs automobiles européens (Acea) n'a pas l'intention de contester la décision européenne d'interdire les moteurs thermiques en 2035 quel que soit le résultat des prochaines élections au Parlement européen, a dit lundi le président de l'Acea, Luca de Meo.

"Notre responsabilité, en tant que dirigeants d'entreprises, une fois que la chose a été décidée, ce n'est pas d'argumenter contre la réglementation", a-t-il dit lors d'une conférence de presse de l'association organisée au salon de l'automobile de Genève.

"Nous sommes des citoyens, nous devons tout faire pour mettre nos organisations dans les conditions pour se conformer. Nous ne contestons pas 2035. Maintenant, nous devons nous y atteler."

"C'est potentiellement faisable, mais il faut que les conditions adéquates soient mises en place", a-t-il ajouté.

Des responsables politiques et des professionnels du secteur s'interrogent actuellement sur une révision ou un retrait de l'interdiction des moteurs thermiques, décidée dans le cadre des objectifs européens de décarbonation du continent, en cas de bascule à droite du Parlement européen après le scrutin de juin. (Reportage Gilles Guillaume, édité par Zhifan liu)