Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
  1. Accueil Zonebourse
  2. Actions
  3. France
  4. Euronext Paris
  5. Renault
  6. Actualités
  7. Synthèse
    RNO   FR0000131906

RENAULT

(RNO)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

La filière automobile française réfléchit à son futur électrique

26/10/2021 | 11:54
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Paris (awp/afp) - La filière automobile française doit présenter mardi sa feuille de route pour 2030, avec l'ambition de sortir gagnante de la révolution électrique, tandis que les usines restent en partie paralysées par une pénurie de pièces.

"Comment la France, qui a inventé l'automobile, pourrait se faire une place dans le futur de l'automobile?" a lancé Luc Chatel, le président de la Plateforme automobile (PFA), à l'ouverture de cette journée qu'il organise. "Le rebond est possible si des choix forts sont faits aujourd'hui".

Le patron de Renault, Luca de Meo, a dressé le portrait d'un secteur où l'Europe est dépassée par la Chine dans l'électrique, et par les Etats-Unis dans la "digitalisation" de l'industrie. Il faut que l'UE prenne "le leadership sur un modèle économique vert", a-t-il souligné.

Si la France souffre par ailleurs d'un "problème de compétitivité", selon M. De Meo, l'industrie peut se battre "sur l'innovation et les compétences", sur "la valeur ajoutée qu'il faut aller capturer au-delà de la production des véhicules électriques, en amont avec les composants et en aval avec le business de la donnée et des services de mobilité", et enfin sur l'adoption de l'électrique par les Français, avec le développement d'un réseau suffisant de bornes de recharges.

Un millier de professionnels, entre constructeurs, équipementiers et start-up, participent à cette journée à la Cité des sciences, dans le nord de Paris. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire y est attendu en fin d'après-midi.

Depuis le début de l'année, l'industrie est freinée par une pénurie de pièces électroniques, principalement fabriquées en Asie, par des problèmes de logistique, mais aussi par la hausse du coût des matières premières.

"Personne n'est à l'abri d'une défaillance. On a le sentiment que les constructeurs ont attrapé le Covid et que c'est toute la filière qui est en soins intensifs", a lancé Luc Chatel.

Après la mise en oeuvre, en mai 2020, d'un plan de relance automobile doté de huit milliards d'euros, la filière estime à 17 milliards d'euros les investissements à localiser en France dans les cinq ans, "sur les technologies clés de l'automobile du XXIe siècle". La PFA évalue le besoin de soutien public à 30%.

"On ne demande pas une nouvelle baisse des impôts de production. On ne va pas rogner sur le modèle social. Mais si on ne fait pas ça, il faut faire autre chose", a souligné Luc Chatel, qui propose notamment la création de zones franches.

Conserver des emplois

La filière devrait connaître mardi la ventilation des deux milliards d'euros de soutien public à l'automobile annoncés par Emmanuel Macron dans son plan "France 2030".

Le président de la République vise notamment à "produire en France à l'horizon 2030 près de deux millions de véhicules électriques et hybrides", alors que les usines de Renault, Stellantis et Toyota ont produit 2,2 millions de véhicules en 2019, toutes motorisations comprises.

L'industrie automobile française a largement délocalisé sa production au cours des dernières décennies, et des sous-traitants traditionnels, comme certaines fonderies qui fabriquent des pièces de moteurs traditionnels, sont menacés de fermeture.

Les syndicats mais aussi l'Etat demandent aux constructeurs de prendre leurs responsabilités, notamment en garantissant des commandes.

Renault "a pu faire dans le passé des choix compliqués qui ont pu mettre des entreprises en difficulté", a reconnu Luca de Meo. Mais il faut trouver "un équilibre": "se mettre dans la démarche où ce n'est qu'aux constructeurs de trouver la solution, ça risque de nous plomber".

La fabrication des véhicules électriques nécessitant moins de main-d'oeuvre que les thermiques, la transition énergétique pourrait faire perdre 65.000 emplois à la filière en France, selon la PFA.

Mais "si le scénario du déclin l'emportait, on serait à 100'000 emplois de moins", a souligné Luc Chatel.

afp/ck


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
FIAT CHRYSLER AUTOMOBILES N.V. 8.26%13.96 Cours en clôture.-13.44%
RENAULT -2.35%28.46 Cours en temps réel.-18.50%
STELLANTIS N.V. -2.75%15.14 Cours en différé.0.00%
TOYOTA MOTOR CORPORATION -0.55%2001 Cours en clôture.25.74%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur RENAULT
30/11Renault attend 1,1 milliard de dollars de revenus de sa nouvelle activité de recyclage
ZR
30/11LUCA DE MEO : Renault vise un milliard d'euros d'activité sur le nouveau Flins
RE
30/11La patronne de Dormakaba prend les commandes de Suez
AW
30/11SEMI-CONDUCTEURS : Renault maintient sa prévision d'un impact de 500.000 véhicules en 2021
DJ
30/11RENAULT : prévoit d’employer plus de 3 000 personnes à l’horizon 2030 dans sa Refactory de..
AO
30/11RENAULT : présente les avancées du projet Refactory
CF
30/11Renault vise 200 mlns d'euros de revenus pour la "Refactory" de Flins d'ici 2025
DJ
30/11CORR OFFICIELLE : Renault compte reconditionner 45.000 véhicules par an à Flins d'ici à 20..
DJ
30/11Renault compte reconditionner 45.000 véhicules par an à Flins d'ici à 2023
DJ
30/11Les marchés rechutent, ayant des questions au sujet d'Omicron
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur RENAULT
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 46 059 M 52 212 M -
Résultat net 2021 627 M 711 M -
Dette nette 2021 2 087 M 2 366 M -
PER 2021 12,8x
Rendement 2021 0,08%
Capitalisation 7 735 M 8 719 M -
VE / CA 2021 0,21x
VE / CA 2022 0,16x
Nbr Employés 170 158
Flottant 61,0%
Graphique RENAULT
Durée : Période :
Renault : Graphique analyse technique Renault | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique RENAULT
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreNeutreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 19
Dernier Cours de Cloture 28,46 €
Objectif de cours Moyen 43,61 €
Ecart / Objectif Moyen 53,2%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Luca de Meo Chief Executive Officer
Clotilde Delbos Chief Financial Officer, Deputy CEO & Executive VP
Jean-Dominique Senard Chairman
Luc Julia Chief Scientific Officer
Frédéric Vincent EVP-IS Information Technology & Digital
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
RENAULT-18.50%8 928
TOYOTA MOTOR CORPORATION25.74%245 149
VOLKSWAGEN AG7.94%123 172
DAIMLER AG43.28%99 834
GENERAL MOTORS COMPANY43.76%86 908
FORD MOTOR COMPANY123.78%78 606