PARIS, 13 juin (Reuters) - Le constructeur automobile français Renault a présenté jeudi une voiture de sport électrique, la première d'une gamme prévue de véhicules électriques haut de gamme, qui pourrait l'aider à lutter contre la concurrence chinoise et à gagner des parts dans une catégorie qui surperforme le reste du marché.

Les constructeurs automobiles européens ont obtenu un bref répit face à la concurrence croissante de la Chine après que l'UE a déclaré mercredi qu'elle imposerait des droits de douane allant jusqu'à 38 % sur les importations de véhicules électriques chinois.

Toutefois, ces droits ne devraient que ralentir la hausse des ventes prévue par les entreprises chinoises, qui construisent également des usines dans la région.

Plus connu pour ses voitures Renault et Dacia de milieu et de bas de gamme, Renault prévoit de lancer sept modèles électriques sous sa marque sportive Alpine afin de dégager des marges plus importantes.

Le premier modèle, la compacte Alpine électrique A290, est basé sur la Renault 5, avec quelques caractéristiques de la voiture de sport Alpine qui court en Formule 1.

Elle sera vendue à partir de 38 000 euros (41 000 dollars), bien en dessous de Porsche ou Ferrari, et sera plutôt en concurrence avec Audi, BMW, Mercedes et Tesla de Volkswagen.

La nouvelle gamme soutiendra la croissance et le développement international de la marque, a déclaré Renault jeudi.

Renault a annoncé un chiffre d'affaires de 11,7 milliards d'euros (12,64 milliards de dollars) pour le premier trimestre et s'attend à une augmentation des volumes cette année grâce à de nouveaux lancements. Il vise une marge opérationnelle à deux chiffres d'ici 2030, mais il est confronté à des vents contraires, en particulier pour les modèles électriques qui représentent 7 % de son activité.

La demande de véhicules électriques a fortement ralenti en Europe en raison de la réduction des subventions publiques. Renault est également confronté à la concurrence féroce des acteurs chinois à bas prix et sera touché par les droits de douane de l'UE sur sa Dacia Spring fabriquée en Chine.

Les véhicules électriques haut de gamme, tels que les modèles Y et 3 de Tesla, le BMW X1, le Mercedes EQ4 et la gamme e-tron d'Audi, se portent mieux, les clients plus aisés étant moins dépendants des incitations.

La part des modèles de VE sur le marché automobile haut de gamme de l'Union européenne est stable à environ 17 %, indique S&P Global Mobility, alors qu'elle est en baisse sur le marché plus large, passant d'environ 14 % en 2023 à environ 12 % cette année.

Le segment haut de gamme représente désormais 29 % des ventes de VE dans la région, contre 25 % l'année dernière, indiquent également les données.

"Bien qu'Alpine n'ait pas l'histoire et la continuité de Porsche, la marque entre dans un marché de véhicules 100 % électriques qui est très frais et qui ne demande qu'à accueillir de nouveaux acteurs", a déclaré Jamel Taganza, consultant associé à la société d'analyse et de données automobiles Inovev.

Renault vise un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros pour la division d'ici 2026 et de plus de 8 milliards d'euros d'ici 2030, dont la moitié en dehors de l'Europe.

Déjà bien connu au Japon, il voit un potentiel en Corée du Sud et en Chine, où il estime les ventes à 1 milliard d'euros d'ici à 2030.

Renault est loin derrière les leaders du marché. L'année dernière, il a vendu 4 328 véhicules Alphine, contre 330 600 BMW entièrement électriques, 222 600 Mercedes électriques et 178 000 Audi électriques, selon le magazine professionnel allemand Auto Zeitung.

D'autres constructeurs se lancent également dans ce segment. Cadillac a dévoilé de nouveaux modèles pour l'Europe au cours des derniers mois.

L'approche d'Alpine, qui consiste à partir d'un coupé sportif et à l'étendre à des modèles plus accessibles, pourrait porter ses fruits à long terme, a ajouté M. Taganza, rappelant la stratégie similaire adoptée par Porsche avec sa 911 et par Geely avec Lotus.

La voiture sera présentée au Mans en marge de la course d'endurance des 24 heures du Mans ce week-end. (1 $ = 0,9255 euro) (article rédigé par Gilles Guillaume, complété par Ilona Wissenbach. Rédaction : Dominique Patton ; édition : David Evans)