Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
  1. Accueil Zonebourse
  2. Actions
  3. France
  4. Euronext Paris
  5. Rexel
  6. Actualités
  7. Synthèse
    RXL   FR0010451203

REXEL

(RXL)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Loi Climat et Résilience : un cadre plus vert pour la relance

11/11/2021 | 12:07
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

La loi Climat et Résilience, promulguée en août 2021, s'inscrit dans la stratégie nationale bas carbone du gouvernement pour encadrer le « verdissement » de la reprise économique du pays. Visant à donner un coup d'accélérateur à la transition écologique au niveau national, cette loi, issue des 146 propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat[1], intègre les obligations auxquelles les acteurs économiques seront désormais contraints[2] pour s'aligner sur les objectifs français en matière de transition énergétique et atteindre, à terme, la neutralité carbone.

Compte tenu de l'urgence climatique, le gouvernement mise sur l'application de la loi pour améliorer la qualité de l'air des grandes villes, massifier les rénovations de logements en accompagnant les ménages et lutter contre la bétonisation des sols. Le texte s'articule autour de six grandes thématiques : consommer, produire et travailler, se déplacer, se loger, se nourrir et renforcer la protection judiciaire de l'environnement.[3] Un programme qui en dit long sur l'ampleur de la tâche. Décryptage.

Faire de la rénovation énergétique le levier central de la relance verte

Transposant les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, la loi a pour ambition d'accélérer la transformation profonde de la société et de son système productif. La rénovation énergétique constitue l'un des leviers de cette transition écologique. Le texte prévoit en effet l'éradication des « passoires thermiques » (logements classés G et F, très énergivores[4] et mal isolé) d'ici 2028, et l'accompagnement des ménages modestes dans le financement de leurs travaux. Pour encourager les Français à rénover leur logement, le gouvernement a prévu une enveloppe de 2 milliards d'euros, dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov[5], pour lequel près de 500 000 dossiers ont déjà été déposés.

La loi prévoit également d'interdire aux propriétaires de passoires thermiques[6], qui représentent 4,8 millions de logements au total[7], d'augmenter le prix du loyer de leur logement en l'absence de travaux de rénovation énergétique. Et, dès 2025, la location des logements présentant une étiquette G sera interdite, ceux disposant d'une étiquette F bénéficiant d'un délai supplémentaire de 3 ans. Les logements classés E seront quant à eux interdits à la location à partir de 2034.

Soutien massif aux énergies renouvelables

La loi fixe pour la France un objectif de neutralité carbone à horizon 2050, impliquant notamment de donner une place croissante aux énergies renouvelables. Leur part du mix énergétique devra ainsi atteindre 33 % à horizon 2030. La loi facilite notamment la vente et la production du biogaz injecté dans les réseaux de gaz naturel et fixe de nouveaux objectifs de production et de stockage d'électricité hydraulique[8]. Pour parvenir à concrétiser ces ambitions, le pays devra aussi réduire de 40 % la consommation d'énergies fossiles d'ici 2030, par rapport à 2012.

L'Etat prévoit également d'étendre l'obligation d'installations photovoltaïques ou de toits végétalisés lors d'une construction aux surfaces commerciales, aux grands immeubles de bureaux, ainsi qu'aux parkings. Quant aux fournisseurs de gaz, ils auront l'obligation d'intégrer une part de biogaz dans le gaz vendu.

De l'incitation à l'action : quels impacts pour les entreprises ?

Les promoteurs de la loi voient en elle un nouvel accélérateur de la transition énergétique des entreprises, et, in fine, de celle du pays. Parallèlement à l'évolution de la législation, ce mouvement s'illustre notamment par la récente création par Euronext du CAC 40 ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance)[9]. Le nouvel indice de la transition énergétique réunit les 40 entreprises tricolores jugées les plus "responsables" de la cote. Parmi elles, on retrouve les trois quarts des sociétés du CAC 40. L'objectif est l'identification plus efficace des entreprises qui contribuent activement à un avenir durable afin de favoriser les meilleures pratiques en matière de décisions d'investissement.

Au-delà de la mise en œuvre d'un cadre encourageant la mobilisation des acteurs économiques, la loi Climat et Résilience a pour objectif d'accélérer la reprise économique en les accompagnant dans leur transition énergétique pour limiter l'impact de leur activité sur l'environnement.

[1]Site officiel de la Convention Citoyenne pour le Climat

[2]LOI n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets

[3]Compte rendu du Conseil des ministres du 10 février 2021 | Gouvernement.fr

[4] Soit une consommation énergétique supérieur à 330 kWh

[5]MaPrimeRénov' : « Nous avons été dépassés par notre succès », Jean Castex (batiactu.com)

[6]La loi Climat votée et promulguée : un bilan en demi-teinte | Techniques de l'Ingénieur (techniques-ingenieur.fr)

[7]Etude du ministère de la Transition écologique « Le parc de logements par classe de consommation énergétique », septembre 2020

[8] LOI n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets

[9]Euronext inaugure l'indice CAC 40 ESG - Magazine Decideurs (magazine-decideurs.com)

Disclaimer

Rexel SA published this content on 11 November 2021 and is solely responsible for the information contained therein. Distributed by Public, unedited and unaltered, on 11 November 2021 11:06:01 UTC.


© Publicnow 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur REXEL
18/01REXEL : Oddo relève son objectif de cours
CF
14/01PUMP / DUMP #44 : Les Tops & Flops de la semaine
12/01Les actions européennes terminent généralement en hausse alors que les investisseurs év..
MT
12/01L'Europe finit dans le vert, l'inflation US inquiète moins
RE
12/01REXEL : parmi les plus fortes hausses du SRD à la clôture du mercredi 12 janvier 2022
AO
12/01REXEL : plus forte hausse du SBF 120 à la clôture du mercredi 12 janvier 2022
AO
12/01REXEL : gagne 7% après la hausse de ses prévisions
CF
12/01REXEL : parmi les plus fortes hausses du SRD à la mi-séance du mercredi 12 janvier 2022
AO
12/01REXEL : plus forte hausse du SBF 120 à la mi-séance du mercredi 12 janvier 2022
AO
12/01REXEL : grimpe en bourse grâce à révision à la hausse de ses perspectives 2021
AO
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur REXEL
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 14 582 M 16 533 M -
Résultat net 2021 510 M 579 M -
Dette nette 2021 2 219 M 2 516 M -
PER 2021 12,5x
Rendement 2021 3,08%
Capitalisation 6 389 M 7 239 M -
VE / CA 2021 0,59x
VE / CA 2022 0,53x
Nbr Employés 24 469
Flottant -
Graphique REXEL
Durée : Période :
Rexel : Graphique analyse technique Rexel | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique REXEL
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 13
Dernier Cours de Cloture 20,94 €
Objectif de cours Moyen 23,52 €
Ecart / Objectif Moyen 12,3%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Guillaume Jean Philippe Texier Chief Executive Officer
Laurent Delabarre Director-Financial Control
Ian Keith Meakins Non-Executive Chairman
Nathalie Wright Director-Group Digital & IT Transformation
François Henrot Vice Chairman
Secteur et Concurrence