Trois des principaux clients de Venture Global LNG ont demandé aux régulateurs américains de l'énergie d'examiner la demande de prolongation d'un an du permis du développeur de GNL pour achever une installation d'exportation en Louisiane, signalant ainsi leur intention de faire part de leurs préoccupations.

La semaine dernière, le promoteur de GNL a demandé une prolongation d'un an pour achever son usine d'exportation de gaz de Calcasieu Pass, ou pour recevoir l'assurance qu'il n'avait pas besoin d'une prolongation.

BP PLC, Shell PLC et Repsol SA ont demandé à peser sur la demande, selon des documents déposés mercredi auprès de la Federal Energy Regulatory Commission (FERC). Ces trois sociétés ont déposé des demandes d'arbitrage de contrat contre Venture Global en raison d'un manque de cargaisons contractuelles.

Shell a déclaré qu'elle était très préoccupée par la conduite de Venture Global et qu'elle avait "l'intention de déposer des commentaires ou une protestation en réponse".

L'autorisation actuelle de la FERC expire le 21 février, mais la société basée à Arlington, en Virginie, a déclaré que la phase de mise en service de l'usine ne serait pas achevée avant la fin de l'année.

Un porte-parole de Venture Global LNG a qualifié ces demandes d'"inutiles et prématurées", ajoutant : "Nous remercions nos parties prenantes, y compris BP, pour leur intérêt constant.

L'installation d'exportation de Calcasieu Pass traite du gaz pour l'exportation depuis mars 2022. Mais elle considère que l'installation n'est pas pleinement opérationnelle et que ses contrats l'autorisent à vendre des cargaisons avant la mise en service. (Reportage de Curtis Williams à Houston ; Rédaction de Josie Kao)