Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Paris  >  Société Générale    GLE   FR0000130809

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE

(GLE)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Une vague féminine déferle sur les institutions internationales

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
03/03/2019 | 09:01

PARIS (awp/afp) - Du FMI à la Banque mondiale, en passant par l'OCDE et les grandes banques, les femmes ont conquis depuis une année plusieurs postes clés d'économistes en chef, mais la tendance doit encore se renforcer pour atteindre la parité.

"C'est un progrès que des femmes soient nommées aux postes de chefs économistes de grandes organisations internationales ou nationales", explique à l'AFP Laurence Boone, qui a pris ses fonctions de cheffe économiste à l'OCDE au printemps dernier.

Elle fait partie de la vague de femmes nommées à un poste stratégique jusqu'alors monopolisé par des hommes, avec l'Américaine Gita Gopinath au Fonds monétaire international, la Grecque Pinalopi Koujianou à la Banque mondiale, et récemment la Polonaise Beata Javorcik qui prendra ses fonctions à la rentrée à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

"Ces nominations donnent un signal aux jeunes femmes que dans ces organisations elles aussi peuvent réussir", estime la Danoise Michala Marcussen, qui fait presque figure de pionnière pour avoir été nommée en septembre 2017 à la Société Générale.

"Pour les entreprises, l'enjeu est aussi économique: comme employeurs, c'est un moyen pour elles d'attirer des talents et de les retenir", affirme-t-elle à l'AFP, reconnaissant avoir été gênée lors de conférences d'être saluée comme "une inspiration" par des participantes.

"Je ne me considère pas comme telle, mais j'ai pris conscience qu'il y avait quelque chose d'important. Je suis convaincue que cela a un impact", affirme-t-elle.

Pour Sylvie Matelly, directrice adjointe de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), il n'y a aucun doute: "le vent est en train de tourner".

"Même les pays les plus conservateurs sur cette question n'échappent pas à la nécessité de donner plus de place aux femmes en politique, dans la direction des entreprises, dans les grandes institutions nationales et internationales", souligne-t-elle.

La diversité est "une richesse"

L"Espagnole Arancha Gonzalez, qui dirige le Centre du commerce international (CCI), une agence conjointe de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et de l'Onu basée à Genève, est convaincue que ces nominations constituent une "tendance de fond" et non "un phénomène de mode".

"Ce n'est pas purement de la cosmétique", déclare-t-elle à l'AFP. "La diversité est source de richesse" et elle permet "une économie plus solide, des performances plus généreuses et une autre manière de mener des politiques économiques", explique-t-elle, basant son argumentation sur un rapport du FMI datant de 2016.

La directrice du FMI, Christine Lagarde, a également fait référence à ce document dans un article paru jeudi dans dans un dossier du Fonds intitulé "Un impératif mondial", consacré aux "femmes et à la croissance".

Mme Lagarde, qui s'est souvent demandé ce qui se serait passé si la banque Lehman Brothers, qui a fait faillite en 2008, s'était appelée "Lehman Sisters", a saisi l'occasion pour adresser un message au monde de la finance.

"Si les banques et les superviseurs financiers augmentaient la place des femmes aux postes supérieurs, le secteur bancaire serait plus stable", a-t-elle assuré.

Il n'empêche que l'égalité est encore loin d'être acquise en économie, comme le rappelle Mme Boone: "De nombreuses analyses récentes, dont on a notamment parlé lors de la conférence de l'Association économique américaine, ont montré que la diversité restait faible dans les professions économiques."

Mme Gonzalez va plus loin: "Si le rythme actuel est maintenu pour atteindre la parité, il faudrait attendre deux générations pour y parvenir", reconnaît-elle, regrettant des pas "trop timides" pour l'instant.

"Des efforts sont encore nécessaires", insiste Mme Matelly, qui attribue "une grande partie des problèmes que nous rencontrons aujourd'hui à des rôles qui sont encore tellement répartis entre les hommes et les femmes".

Pour Mme Boone, "le plus important" demeure toutefois de "souligner les compétences de celles qui ont été nommées, leur qualification et leur légitimité à exercer ces fonctions".

Economiste à la Banque de France (BdF), Soledad Zignago, avait publié il y a un an avec Anne Boring, chercheuse affiliée à Sciences Po, un article sur le blog de la Banque de France qui constatait que la part des femmes économistes n'était que de 19% en moyenne dans le monde, avec une nette sous-représentation dans le monde anglo-saxon.

arz/soe/glr

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
25/09SOCIETE GENERALE : Goldman Sachs reste Neutre
AO
25/09SOCIETE GENERALE : plus forte baisse du CAC 40 à la mi-séance du vendredi 25 sep..
AO
23/09SOCIETE GENERALE : veut fusionner sa banque de détail avec Crédit du Nord
AO
23/09SOCIETE GENERALE : SocGen veut fusionner ses deux réseaux bancaires Société géné..
RE
23/09SOCIETE GENERALE : veut rapprocher ses réseaux Crédit du Nord et Société Général..
AO
23/09SOCIÉTÉ GÉNÉRALE : étude de banque de détail en France
CF
21/09COVID-19 : le spectre de nouvelles restrictions fait plonger les Bourses
AW
21/09SOCIETE GENERALE : parmi les plus fortes baisses du CAC 40 la clôture du lundi 2..
AO
21/09SOCIETE GENERALE : nouvelles rumeurs de cession de Lyxor
AO
21/09Les banques plongent en Bourse après une enquête sur le blanchiment
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
Plus de recommandations
Données financières
CA 2020 21 801 M 25 364 M -
Résultat net 2020 -1 038 M -1 208 M -
Dette nette 2020 - - -
PER 2020 -8,14x
Rendement 2020 1,62%
Capitalisation 9 265 M 10 764 M -
Capi. / CA 2020 0,42x
Capi. / CA 2021 0,40x
Nbr Employés 138 000
Flottant 92,4%
Graphique SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
Durée : Période :
Société Générale : Graphique analyse technique Société Générale | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique SOCIÉTÉ GÉNÉRALE
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreBaissièreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 23
Objectif de cours Moyen 16,50 €
Dernier Cours de Cloture 10,90 €
Ecart / Objectif Haut 161%
Ecart / Objectif Moyen 51,3%
Ecart / Objectif Bas -4,50%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Frédéric Oudéa Chief Executive Officer & Director
Lorenzo Bini Smaghi Chairman
William Kadouch-Chassaing Group CFO, Deputy General manager & Head-Finance
Carlos Goncalves Head-Global Technology Services
Jean-Bernard Lévy Independent Non-Executive Director
Secteur et Concurrence