Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

SPOTIFY TECHNOLOGY S.A.

(SPOT)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Björn Ulvaeus, l'ancien d'Abba au front pour des revenus mieux partagés dans la

17/04/2021 | 08:01
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

musique

NEW YORK (awp/afp) - "Rééquilibrer l'économie de la chanson", c'est l'ambition de Björn Ulvaeus, membre fondateur du groupe suédois Abba qui, à 75 ans, est à la pointe du combat pour réformer l'économie de la musique et du streaming, encore très inégalitaire.

Co-producteur, co-auteur et compositeur de la plupart des succès du groupe légendaire des années 70, le septuagénaire a été élu l'an dernier président de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC), qui représente environ quatre millions de créateurs et éditeurs du monde des arts.

Il a co-écrit un rapport, publié samedi, qui formule plusieurs propositions de modifications, tournées vers la tarification de la musique et la redistribution des revenus qu'elle génère.

En l'état, "80% va aux Drake, aux (Taylor) Swift", constate celui que le monde a découvert lors du concours Eurovision 1974, remporté par Abba, avec ses bottes argentées et sa guitare en étoile. "Le musicien de jazz de niche, lui, ne gagne presque rien, s'il reçoit quelque chose tout court."

"Mais il y a peut-être 10.000 personnes qui adorent ce qu'il ou elle fait", poursuit-il. "Et si tout cet argent lui revenait, il pourrait en vivre."

Le rapport suggère notamment de passer d'un modèle "market centric" à la formule "user centric", c'est-à-dire de ne pas répartir les revenus en fonction des écoutes totales, tous utilisateurs confondus, mais en les rapportant aux abonnés.

L'abonnement des utilisateurs qui n'écoutent jamais Drake ou Taylor Swift ne servirait ainsi pas à les rémunérer, ce qui est le cas aujourd'hui, et irait plutôt aux musiciens que l'abonné choisit effectivement d'entendre.

Une étude du cabinet Deloitte pour le Centre national de la musique (CNM), publiée fin janvier, estimait qu'une telle réforme ferait sensiblement baisser les redevances touchées par les dix artistes les mieux payés (-17,2%) et augmenterait de 5,2% les revenus perçus par les musiciens situés au-delà du 10.000e rang en termes d'écoutes.

Plus de transparence

Le rapport co-écrit par Björn Ulvaeus propose également de faire une distinction, en matière de redistribution, entre les écoutes "passives" via des playlists (aussi appelé "lean back") et celles qui sont le résultat d'une recherche active de l'utilisateur ("lean forward").

"Il y a une différence entre les deux", souligne celui qui a abandonné depuis longtemps les tenues disco extravagantes pour un look passe-partout, avec veste et chemise discrètes. "Il devrait aussi y en avoir une dans les royalties."

Cette semaine, Apple a révélé verser un penny (environ 0,85 centime d'euro) par écoute sur sa plateforme de streaming Apple Music, soit environ le double de ce que paye Spotify, qui a donné des précisions sur son modèle de rémunération mi-mars.

Mais auteurs et compositeurs ne reçoivent qu'une fraction de cette somme, le plus souvent partagée avec labels et éditeurs. Depuis que le streaming est devenu le mode de consommation dominant dans la musique (83% des revenus générés par l'industrie musicale aux Etats-Unis), de nombreux artistes réclament un autre mode de répartition, parmi eux Robert Smith de The Cure ou le Français Woodkid.

Pour Björn Ulvaeus, la clé d'une réforme réussie tient à la transparence, et pas seulement des plateformes. L'essentiel des transactions se fait encore à l'abri des regards. "C'est un milieu qui fonctionne encore beaucoup à l'ancienne, assez conservateur", décrit le musicien suédois.

Le co-créateur de tubes comme "Take a Chance on Me", "Dancing Queen" ou "Mamma Mia" estime que l'écosystème de la musique actuelle pousse nombre d'auteurs et compositeurs "à se séparer de leurs chansons trop vite", en cédant les droits à des éditeurs.

Depuis quelques années, quelques éditeurs et labels se sont lancés dans une bataille pour acquérir à prix d'or les droits de catalogues prestigieux comme ceux de Bob Dylan, Stevie Nicks ou Neil Young.

Au-delà, le modèle économique actuel de l'industrie musicale affecte le processus créatif, et "a eu un impact énorme sur le type de chansons (qui sont créées) et leur structure", selon Björn Ulvaeus. Il faut sortir plus de titres plus souvent, en prenant le moins de risque possible pour s'assurer des revenus.

Avec Abba, "nous avons appris à différencier un truc pourri d'un morceau de qualité", se souvient-il. "Ca prend du temps, du travail, et de la patience. Comment voulez-vous faire preuve de patience quand vous êtes sous pression?"

mdo/tu/dax/plh


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
APPLE INC. 1.41%132.3 Cours en différé.-1.68%
DAX 0.00%15602.69 Cours en différé.13.74%
IMI PLC -0.29%1706 Cours en différé.46.87%
S&P GSCI CORN INDEX -1.09%468.3178 Cours en différé.19.32%
SPOTIFY TECHNOLOGY S.A. -0.82%245.6 Cours en différé.-21.95%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur SPOTIFY TECHNOLOGY S.A.
21/06Facebook lance un outil de discussion audio en direct aux Etats-Unis
AW
19/06Attention à la fatigue décisionnelle
17/06La fintech britannique Wise va se lancer en Bourse à Londres
AW
17/06LONDON STOCK EXCHANGE  : La "fintech" Wise veut entrer à la Bourse de Londres en..
RE
16/06Spotify lance un concurrent à la plateforme de discussion audio Clubhouse
AW
16/06L'incroyable performance des "family business"
15/06LES MARCHÉS EN ROUE LIBRE  : Emission du 15 juin 2021
12/06Faut-il investir dans des sociétés en pertes ?
10/06BOURSE : Believe chute pour ses premiers pas sur Euronext Paris
RE
09/06Fastly explique la panne géante des sites d'information par un bug
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur SPOTIFY TECHNOLOGY S.A.
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 9 405 M 11 176 M -
Résultat net 2021 -188 M -223 M -
Tréso. nette 2021 1 910 M 2 270 M -
PER 2021 -190x
Rendement 2021 -
Capitalisation 39 386 M 46 904 M -
VE / CA 2021 3,98x
VE / CA 2022 3,30x
Nbr Employés 5 584
Flottant 70,2%
Graphique SPOTIFY TECHNOLOGY S.A.
Durée : Période :
Spotify Technology S.A. : Graphique analyse technique Spotify Technology S.A. | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique SPOTIFY TECHNOLOGY S.A.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreBaissièreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 29
Objectif de cours Moyen 259,69 €
Dernier Cours de Cloture 206,23 €
Ecart / Objectif Haut 70,3%
Ecart / Objectif Moyen 25,9%
Ecart / Objectif Bas -24,6%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Nom Titre
Daniel Ek Chairman & Chief Executive Officer
Paul Aaron Vogel Chief Financial Officer
Stig Gustav Victor Söderström Chief Research & Development Officer
Martin Lorentzon Independent Director
Cristina Stenbeck Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
SPOTIFY TECHNOLOGY S.A.-21.95%46 904
TENCENT HOLDINGS LIMITED6.91%723 539
NETFLIX, INC.-8.09%220 371
PROSUS N.V.-4.27%162 137
AIRBNB, INC.1.98%91 066
UBER TECHNOLOGIES, INC.-5.65%90 368