La société d'investissement américaine KKR a obtenu jeudi l'autorisation inconditionnelle de l'UE pour son acquisition du réseau de téléphonie fixe de Telecom Italia (TIM) pour un montant de 22 milliards d'euros (24 milliards de dollars).

L'opération est importante car c'est la première fois qu'un grand opérateur de télécommunications d'un pays européen majeur cède son réseau de lignes fixes, ce qui pourrait ouvrir la voie à d'autres opérateurs.

L'annonce de la Commission européenne confirme un article de Reuters paru la semaine dernière.

"La Commission a examiné l'incidence de l'opération sur le marché de gros des services d'accès à large bande en Italie et a conclu qu'elle ne réduirait pas sensiblement le niveau de concurrence", a déclaré dans un communiqué l'exécutif européen, qui joue également le rôle d'autorité de surveillance des ententes et des abus de position dominante.

KKR a cherché à répondre aux préoccupations des rivaux de Telecom Italia concernant les contrats existants mis en place après la création de FiberCop, l'unité de réseau du dernier kilomètre de Telecom Italia, et s'est engagé à les maintenir aux mêmes conditions et aux mêmes prix, ont déclaré à Reuters des personnes ayant une connaissance directe de l'affaire.

Ce remède informel a également apaisé les inquiétudes de l'UE, ont-elles ajouté.

La Commission a déclaré qu'un accord-cadre de services (MSA) qui régira les relations entre NetCo (le réseau acquis par KKR) et TIM après la transaction ne fait pas partie intégrante de la transaction, car il ne s'agit pas d'un accord par lequel KKR acquiert le contrôle de NetCo.

Certains rivaux, dont Vodafone, avaient exprimé des inquiétudes au sujet de l'accord-cadre de services.

Le réseau de lignes fixes de TIM couvre près de 89 % des foyers italiens et ses câbles de fibre et de cuivre s'étendent sur plus de 23 millions de kilomètres. La vente du réseau fait partie d'un plan soutenu par le gouvernement pour réduire la dette de Telecom Italia.

(1 $ = 0,9245 euros) (Reportage de Foo Yun Chee ; Rédaction de Susan Fenton)