Telecom Italia (TIM) finalisera le 1er juillet la vente historique de son réseau d'accès fixe national au fonds américain KKR, une opération qui en fait le premier opérateur historique de téléphonie d'un grand pays européen à se séparer de son réseau de lignes fixes.

QUE VEND TIM ?

Le réseau de lignes fixes en fibre et en cuivre de TIM couvre près de 89 % des foyers du pays et son câble en fibre optique s'étend sur plus de 23 millions de kilomètres à travers le pays, ce qui en fait la pièce maîtresse de l'infrastructure des télécommunications en Italie.

À QUOI RESSEMBLERA TIM APRÈS LA VENTE ?

TIM transférera plus de la moitié de sa main-d'œuvre nationale à l'entreprise de réseau, ce qui lui laissera quelque 16 000 employés en Italie. Elle réduira son endettement de 14 milliards d'euros (15,02 milliards de dollars) pour le ramener à 1,6-1 fois ses bénéfices de base, en tenant compte des frais de location.

Dans le cadre d'un plan d'entreprise supervisé par le directeur général Pietro Labriola, la vente du réseau vise à donner à TIM une plus grande flexibilité commerciale pour être compétitif sur le marché national des services de détail et la possibilité d'envisager des fusions-acquisitions et des partenariats.

Les principales unités de l'activité résiduelle sont TIM Consumer, TIM Enterprise, qui fournit des services de connectivité, d'informatique dématérialisée et de cybersécurité aux grandes entreprises, et TIM Brasil, son activité brésilienne.

POURQUOI TIM VEND-IL LE RÉSEAU ?

Paralysée par une dette nette de 27 milliards d'euros, TIM, qui brûle ses liquidités, a décidé de se séparer de son principal actif après des années d'efforts infructueux pour restructurer ses activités nationales, dont les bénéfices et les revenus diminuent depuis des années.

Aux prises avec une concurrence acharnée sur les prix dans son pays, TIM a également subi une pression croissante avec la hausse des taux d'intérêt.

QUEL EST LE MONTANT DE L'OPÉRATION ?

KKR, qui était déjà un investisseur minoritaire dans une partie du réseau de TIM, a évalué le réseau de TIM à 22 milliards d'euros, dont environ 3 milliards d'euros de composantes variables, principalement liées à une future combinaison potentielle des actifs avec ceux de l'opérateur de réseau rival Open Fiber, soutenu par l'État.

QUEL EST LE RÔLE DU GOUVERNEMENT ITALIEN ?

L'administration de droite du premier ministre italien, Giorgia Meloni, a approuvé l'opération dans le cadre d'un accord plus large de co-investissement dans le réseau, en prenant une participation pouvant aller jusqu'à 20 % dans un actif jugé d'importance stratégique.

QUELS SONT LES AUTRES PARTENAIRES DE KKR DANS L'ACCORD SUR LE RÉSEAU ?

Le fonds d'infrastructure italien F2i détiendra une participation de 10 % dans l'entreprise, tandis que le fonds souverain d'Abu Dhabi ADIA et le Régime de pensions du Canada détiendront respectivement une participation de 20 % et de 17,5 %.

QU'EN EST-IL DES INVESTISSEURS TIM ?

Jusqu'à présent, les investisseurs n'ont guère manifesté d'enthousiasme pour la nouvelle mouture de TIM. Les actions ont plongé de 24 % lorsque M. Labriola a dévoilé les perspectives de la nouvelle entreprise en mars, et l'action est restée déprimée. Le principal actionnaire de TIM, Vivendi, conteste devant les tribunaux la décision de TIM de vendre le réseau et s'interroge sur la viabilité de l'activité laissée en place.

(1 $ = 0,9321 euro) (1 $ = 0,9320 euro) (Reportage d'Elvira Pollina Rédaction de Keith Weir et Sharon Singleton)