Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  Twitter, Inc.    TWTR

TWITTER, INC.

(TWTR)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Epandage des pesticides: le gouvernement encore prié de revoir sa copie

19/03/2021 | 22:01
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

ajoute réaction du ministère de l'Agriculture aux 9e et 10e paragraphes

PARIS (awp/afp) - "Grande victoire" pour les ONG, le gouvernement va à nouveau devoir revoir sa copie sur les règles d'épandage des pesticides à proximité des habitations: les dérogations permises localement par des "chartes d'engagement" ne sont pas conformes à la Constitution.

Les défenseurs de l'environnement le clamaient haut et fort depuis des mois: ces "chartes d'engagement départementales", qui permettent de réduire les zones de non traitement entre les distances minimales, entre les cultures traitées et les habitations, ne protègent pas suffisamment les riverains et sont élaborées dans l'opacité.

Le Conseil constitutionnel leur a donné raison vendredi sur la méthode d'élaboration de ces chartes, qui ne respectent pas les règles de consultation générale du public imposées par la Charte de l'environnement qui a valeur constitutionnelle.

"Les dispositions contestées se bornent à indiquer que la concertation se déroule à l'échelon départemental, sans définir aucune autre des conditions et limites dans lesquelles s'exerce le droit de participation du public", écrit le Conseil.

"Le fait de permettre que la concertation ne se tienne qu'avec les seuls représentants des personnes habitant à proximité des zones susceptibles d'être traitées par des produits phytopharmaceutiques, ne satisfait pas les exigences d'une participation de +toute personne+ qu'impose l'article 7 de la Charte de l'environnement", poursuit-il.

Ces dispositions sont donc "contraires à la Constitution". Une décision qui s'applique immédiatement à toutes les procédures engagées contre les quelque 80 chartes d'engagement existantes.

"C'est une claque énorme pour le gouvernement", a réagi François Veillerette, porte-parole de l'ONG Générations Futures.

"Ce n'est pas comme ça qu'on gère les relations entre le monde agricole et les riverains des cultures", a-t-il déclaré à l'AFP, dénonçant des chartes d'engagement "aux mains des chambres d'agriculture".

Sollicité, le ministère de l'Agriculture a indiqué vendredi soir prendre acte de la décision du Conseil constitutionnel et examiner "ses conséquences en droit et les suites à y donner", dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Nous souhaitons préserver la démarche vertueuse que constituent ces chartes élaborées dans les départements et qui favorisent le dialogue entre les parties prenantes", a ajouté le ministère.

Après plusieurs mois de polémiques, le gouvernement avait finalement en décembre 2019 fixé les distances minimales à respecter entre les zones d'épandage de produits phytosanitaires et les habitations: cinq mètres pour les cultures dites basses comme les légumes et céréales et dix mètres pour les cultures hautes, fruitiers ou vignes.

"Coup d'arrêt"

Mais le décret prévoyait également des dérogations ramenant ces distances à trois mètres pour les cultures hautes et cinq pour les basses, dans le cadre de "chartes d'engagement départementales" proposées par les utilisateurs de produits phytosanitaires et validées par les préfets après avoir été soumises à concertation publique. Chartes qui prévoient notamment que l'agriculteur utilise des équipements limitant la dérive, c'est-à-dire le dépôt en dehors des zones traitées.

Huit organisations, dont Générations Futures, France Nature Environnement ou UFC-Que Choisir avaient saisi le Conseil d'Etat qui, le 4 janvier dernier, s'était tourné vers le Conseil constitutionnel.

"Ca fait deux fois que les plus hautes juridictions nationales demandent au gouvernement de revoir sa copie sur la protection des riverains face aux épandages de pesticides", s'est félicité auprès de l'AFP leur avocat Me François Lafforgue, satisfait du "coup d'arrêt" porté aux chartes d'engagement.

En juin 2019, le Conseil d'Etat avait déjà jugé qu'un arrêté de 2017 réglementant l'utilisation des produits phytosanitaires ne protégeait pas suffisamment la santé des riverains ni l'environnement, obligeant l'Etat à modifier les dispositions.

D'où les nouvelles mesures prises fin 2019 dans un contexte de fronde de maires et de collectivités locales qui avaient multiplié les arrêtés limitant ou interdisant l'usage de pesticides sur leur territoire.

Dans ce volet de l'histoire, le Conseil d'Etat a définitivement jugé fin 2020 que les maires n'avaient pas le pouvoir de prendre de tels arrêtés d'interdiction, la règlementation des produits contestés relevant des prérogatives de l'Etat.

"Le combat ne s'arrête pas là pour nos organisations", ont promis dans un communiqué les huit ONG et syndicats, qui ont déposé des recours contre d'autres textes encadrant l'utilisation des pesticides.

L'avocat spécialiste de l'environnement Arnaud Gossement a lui estimé sur Twitter que cette décision "dépasse le seul débat sur les pesticides", évoquant tous les "codes de bonne conduite, chartes, pactes" d'engagements volontaires envers l'environnement signés ou voulus par l'Etat avec des divers secteurs. Notamment la publicité comme prévu dans le projet de loi Climat.

abd-ngu/bow


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur TWITTER, INC.
11/04IRAN : nouvel accident, "terroriste", au centre nucléaire de Natanz
AW
11/04ITALIE : un raté pour DAZN, futur principal diffuseur de la Serie A
AW
10/04MORT DE PHILIP : la BBC accusée d'en faire trop
AW
08/04BOURSE DE PARIS : Moral toujours au beau fixe sur les marchés
08/04EN DIRECT DES MARCHES  : Vinci, Alstom, Danone, Europcar, Prosus, KPN, Toshiba, ..
07/04Wall Street conclut sans entrain proche de l'équilibre, le S&P grappille un
AW
06/04Le patron d'Amazon Jeff Bezos soutient une hausse de l'impôt sur les sociétés
AW
04/04JORDANIE : un demi-frère du roi accusé d'avoir comploté contre le royaume
AW
03/04Des données de 500 millions de comptes Facebook mises en ligne (média)
AW
03/04USA : des sénateurs inquiets du partage de données lors des enchères
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur TWITTER, INC.
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 4 794 M - 4 030 M
Résultat net 2021 198 M - 166 M
Tréso. nette 2021 5 219 M - 4 386 M
PER 2021 296x
Rendement 2021 -
Capitalisation 56 409 M 56 409 M 47 414 M
VE / CA 2021 10,7x
VE / CA 2022 8,70x
Nbr Employés 5 500
Flottant 97,4%
Graphique TWITTER, INC.
Durée : Période :
Twitter, Inc. : Graphique analyse technique Twitter, Inc. | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique TWITTER, INC.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 38
Objectif de cours Moyen 71,44 $
Dernier Cours de Cloture 70,86 $
Ecart / Objectif Haut 34,1%
Ecart / Objectif Moyen 0,82%
Ecart / Objectif Bas -57,7%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Nom Titre
Jack Dorsey Chief Executive Officer & Director
Ned D. Segal Chief Financial Officer
Patrick Pichette Chairman
Parag Agrawal Chief Technology Officer
Dantley Davis Head-Research & Design
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
TWITTER, INC.30.86%56 671
FACEBOOK, INC.14.05%887 780
MATCH GROUP, INC.-4.84%38 697
BUMBLE INC.0.00%6 945
NEW WORK SE-11.96%1 643
GREE, INC.-4.63%1 137