UNICREDIT S.P.A.

(UCG)
  Rapport
Temps réel estimé Tradegate  -  11:32 16/08/2022
10.11 EUR   -0.57%
10/08DOMINO'S QUITTE L'ITALIE, FORD AUGMENTE SES PRIX, WALMART DANS LE STREAMING : Planète Bourse du 10 août
ZB
10/08Moody's modifie les perspectives d'Intesa Sanpaolo, d'UniCredit et de 12 autres banques italiennes pour les rendre négatives.
MT
05/08La Russie interdit aux investisseurs occidentaux de se retirer de certains projets
RE
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFonds 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Un personnel nerveux et pas de banquiers : Les entreprises occidentales luttent pour sortir de Russie

04/07/2022 | 02:46
FILE PHOTO: Russian President Vladimir Putin addresses participants of the IX Forum of Regions of Russia and Belarus, via video link in Moscow

Pour les entreprises étrangères qui ne savent toujours pas quoi faire de leurs actifs russes bloqués, la saisie par le président Vladimir Poutine d'un important projet pétrolier et gazier est un puissant avertissement : Faites vite ou sinon.

Les entreprises ont lutté pour savoir comment se retirer de manière à limiter l'impact financier, à ne pas mettre les employés en danger et, dans certains cas, à proposer la possibilité de revenir dans le futur.

Le patron du café finlandais Rolf Ladau a été l'un des premiers à se lancer.

Lorsque les gouvernements occidentaux ont commencé à imposer des sanctions à la Russie à la suite de son invasion de l'Ukraine fin février, le PDG de Paulig a réalisé que l'activité de torréfaction du café n'était plus viable.

Le café ne figurait pas sur la liste des sanctions, mais il était presque impossible d'acheminer des grains en Russie, les compagnies de fret ayant cessé d'expédier des marchandises vers et depuis le pays. Payer en roubles devenait de plus en plus difficile.

Deux semaines après le début du conflit, Ladau a décidé que Paulig allait partir, et deux mois plus tard, il a fait ce qui prend habituellement jusqu'à un an - trouver un acheteur approprié et sceller un accord. En mai, Paulig a vendu ses activités russes à l'investisseur privé indien Vikas Soi.

Plus d'un millier d'entreprises occidentales se sont jointes à l'exode des entreprises de Russie - sans précédent par son ampleur et sa rapidité - alors qu'elles se démènent pour se conformer aux sanctions et face aux menaces de représailles du Kremlin.

Mais Paulig fait partie d'un nombre relativement restreint de sociétés qui ont vendu leurs actifs ou remis les clés à des gestionnaires locaux. Un décompte de Reuters montre que moins de 40 entreprises, dont McDonald's, Société Générale et Renault, ont annoncé des transactions.

Des entretiens avec une demi-douzaine de cadres d'entreprises qui ont cédé des actifs montrent la complexité et l'incertitude de la vente rapide et avec de fortes remises - et la raison pour laquelle cela peut prendre autant de temps.

Les obstacles sont énormes : la confusion règne sur ce que le Kremlin autoriserait les entreprises étrangères à faire ; le personnel est nerveux après les menaces de représailles du gouvernement ; les sanctions ont limité le nombre d'acheteurs et il y a peu de temps pour les vérifier ; les prix de vente ont été fortement réduits ; et les négociations se font virtuellement parce que la peur des représailles rend trop risqué de se rendre en Russie en personne.

Alors que Moscou prépare une nouvelle loi qui devrait bientôt entrer en vigueur et qui lui permettra de prendre le contrôle des activités locales des entreprises occidentales qui décident de partir, les enjeux deviennent de plus en plus importants.

"Si vous n'avez pas encore entamé le processus ou si vous avez encore des doutes à ce sujet, alors cela va devenir plus difficile", a déclaré Ladau à Reuters, s'exprimant avant le coup de filet de Poutine sur le projet pétrolier et gazier de Sakhaline.

"La Russie n'a aucun intérêt à laisser les entreprises étrangères sortir facilement du marché."

AUCUN PORTRAIT-ROBOT

De nombreuses entreprises occidentales ont rencontré des problèmes en essayant de partir.

Burger King a mis fin au soutien des entreprises à ses points de vente en Russie en mars, mais les quelque 800 restaurants de la chaîne de restauration rapide sont toujours ouverts. Selon les avocats, une partie du problème est due à la complexité de son accord de franchise de type joint-venture.

UniCredit a cédé certains actifs par le biais d'échanges mais a dû élargir la recherche d'acheteurs potentiels à des pays tels que l'Inde, la Turquie et la Chine.

Quatre mois plus tard, rien n'indique que les entreprises aient trouvé un plan pour s'en sortir.

Renault a vendu sa part d'une coentreprise lucrative à l'État russe pour un rouble ; McDonald's a cédé 800 succursales à un homme d'affaires sibérien pour une somme symbolique ; tous deux ont accepté des clauses de rachat.

SocGen a vendu son unité Rosbank à Interros Capital, une entreprise liée à l'oligarque russe Vladimir Potanin.

Beaucoup ont donné les clés à des managers locaux. Presque toutes ont comptabilisé de lourdes dépréciations totalisant des dizaines de milliards de dollars.

Ladau s'est prononcé contre une clause de rachat.

"Les questions morales et éthiques sont si graves que nous n'avons pas la possibilité de revenir en Russie", a-t-il déclaré.

Selon les experts, la tâche sera difficile pour les nouveaux propriétaires dans une Russie de plus en plus isolée et sans accès aux produits occidentaux. Le coût de tout, de la nourriture à l'énergie, monte en flèche et l'économie a plongé dans la récession.

Néanmoins, les départs ont constitué une aubaine inattendue pour les entreprises et les entrepreneurs en Russie et dans les pays non soumis à des sanctions, car ils se sont emparés d'actifs précieux pour une bonne affaire.

PAS DE BANQUIERS

Un aspect de l'exode souligne sa nature inhabituelle : l'absence des banquiers qui joueraient normalement un rôle clé dans les transactions.

Selon certaines sources, les banques se sont tenues à l'écart en raison des craintes de violation des sanctions.

Au lieu de cela, les entreprises s'appuient sur des avocats en Russie et des consultants internationaux connaissant bien le pays pour trouver et contrôler les prétendants - en s'assurant qu'ils sont légitimes, qu'ils ne figurent pas sur les listes de sanctions et qu'ils ont les références financières nécessaires.

L'entreprise alimentaire finlandaise privée Fazer a signé un accord dès le mois d'avril, en vendant son activité de boulangerie russe à son rival moscovite Kolomenskij Bakery and Confectionery Holding.

La rapidité dément les complications.

Dans un premier temps, la Russie a menacé d'interdire les sorties des entreprises étrangères cotées en bourse. Lorsque la société a demandé des éclaircissements, ses conseillers juridiques locaux ont déclaré qu'il pouvait s'agir d'une erreur.

Les règles pouvaient changer à tout moment.

"Tout le monde était donc terriblement pressé", a déclaré Sebastian Jagerhorn, responsable des affaires juridiques et de la conformité.

Lara Saulo, qui dirige la boulangerie, a déclaré que même les conseillers en Russie ont donné des conseils contradictoires en cours de route.

Le coup de filet de Poutine sur Sakhaline, jeudi, a été plus clair.

"Bientôt, ils vont riposter, pas seulement avec du gaz, mais d'autres manières", a déclaré un cadre supérieur dont l'entreprise se bat pour s'en sortir.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
LONDON BRENT OIL 0.77%94.29 Cours en différé.25.61%
MCDONALD'S CORPORATION 1.24%265.44 Cours en différé.-0.98%
MINING AND METALLURGICAL COMPANY NORILSK NICKEL 1.03%16720 Cours en clôture.-26.76%
RENAULT 0.96%30.855 Cours en temps réel.0.08%
ROSBANK 0.00%111.2 Cours en clôture.46.32%
S&P GSCI COFFEE INDEX -0.86%169.1568 Cours en temps réel.-1.64%
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 1.27%23.875 Cours en temps réel.-21.90%
UNICREDIT S.P.A. -0.20%10.146 Cours en différé.-24.90%
US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB) -0.18%61.335 Cours en différé.-17.93%
US DOLLAR / TURKISH LIRA (USD/TRY) 0.04%17.9597 Cours en différé.34.65%
WTI 1.05%89.015 Cours en différé.21.92%
Toute l'actualité sur UNICREDIT S.P.A.
10/08DOMINO'S QUITTE L'ITALIE, FORD AUGME : Planète Bourse du 10 août
ZB
10/08Moody's modifie les perspectives d'Intesa Sanpaolo, d'UniCredit et de 12 autres banques..
MT
05/08La Russie interdit aux investisseurs occidentaux de se retirer de certains projets
RE
05/08La Russie interdit aux investisseurs occidentaux de vendre des participations dans des ..
ZR
05/08BMPS dégage un bénéfice semestriel en forte dégradation
AW
04/08Monte dei Paschi conclut un accord avec les syndicats sur le départ de 3.500 employés
ZR
03/08Le bénéfice de Banco BPM dépasse les prévisions alors qu'il pèse ses offres d'assurance
ZR
03/08La hausse des taux d'intérêt, un "point positif" pour les banques européennes
ZR
03/08Société Générale publie des résultats "excellents", et bat les attentes
ZB
03/08SocGen affiche une perte plus importante que prévu au 2ème trimestre après la vente de ..
ZR
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur UNICREDIT S.P.A.
Plus de recommandations
Données financières
CA 2022 18 278 M 18 611 M -
Résultat net 2022 3 379 M 3 441 M -
Dette nette 2022 - - -
PER 2022 6,14x
Rendement 2022 6,31%
Capitalisation 20 570 M 20 945 M -
Capi. / CA 2022 1,13x
Capi. / CA 2023 1,11x
Nbr Employés 76 671
Flottant 91,8%
Graphique UNICREDIT S.P.A.
Durée : Période :
UniCredit S.p.A. : Graphique analyse technique UniCredit S.p.A. | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique UNICREDIT S.P.A.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 24
Dernier Cours de Clôture 10,17 €
Objectif de cours Moyen 14,59 €
Ecart / Objectif Moyen 43,5%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Andrea Orcel Chief Executive Officer
Stefano Porro Group Chief Financial Officer
Pietro Carlo Padoan Chairman
Jingle Pang Group Head-Digital & Information Officer
Ranieri de Marchis Co-COO & General Manager
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
UNICREDIT S.P.A.-24.90%20 945
JPMORGAN CHASE & CO.-22.67%359 123
BANK OF AMERICA CORPORATION-18.52%291 277
INDUSTRIAL & COMMERCIAL BANK OF CHINA LTD.-7.05%218 052
WELLS FARGO & COMPANY-4.65%173 532
CHINA CONSTRUCTION BANK CORPORATION-8.52%159 287