Paris (awp/afp) - Trois ans et sept mois: c'est le temps qu'il a fallu au magnat français des médias Vincent Bolloré, entré en avril 2020 via son groupe Vivendi au capital de son concurrent Lagardère, pour être en mesure de devenir officiellement le maître de cette citadelle autrefois jugée imprenable.

Cette semaine, Vivendi a finalisé coup sur coup la cession de ses maisons d'édition Robert Laffont, Le Robert, Nathan ou encore Plon, rassemblées dans le groupe Editis, et celle de son magazine Gala.

Il s'agissait des ultimes remèdes exigés par la Commission européenne pour préserver la concurrence dans les secteurs de l'édition et de la presse "people". L'institution ne devrait plus faire obstacle à la prise de contrôle du groupe par la maison mère de Canal+ et d'Havas, attendue dans les prochaines semaines.

Vivendi possède près de 60% des actions de son rival, mais se devait d'attendre l'accord des autorités européennes de la concurrence pour exercer pleinement les droits de vote associés.

Depuis l'annonce de l'OPA de Vivendi sur Lagardère en septembre 2021, la perspective d'un rapprochement, voire d'une fusion entre les deux premiers éditeurs français Editis et Hachette Livre (Grasset, Fayard, Livre de poche ou Hatier), qui plus est orchestrée par un homme d'affaires aux opinions réputées conservatrices, avait suscité l'émoi des éditeurs indépendants, des auteurs et des libraires.

Au fil des mois, Bruxelles a obtenu de Vincent Bolloré qu'il cède Editis en totalité au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Cette transaction s'est finalement réalisée pour un montant total de 653 millions d'euros, bien loin des 829 millions d'euros déboursés en 2019 pour acquérir le groupe.

Mais cette importante décote et la cession à contre-coeur de Gala au Figaro restent un moindre mal pour Vivendi, qui devient le troisième groupe mondial d'édition par la taille (un atout pour la production d'histoires et de séries à grande échelle), acquiert un réseau mondial de distribution dans les gares et aéroports et met la main sur trois médias nationaux d'information (le JDD, Paris Match et Europe 1).

Quelle indépendance pour les médias ?

L'opération reconfigure profondément l'empire de la famille Bolloré, qui s'est par ailleurs délestée ces derniers mois de ses activités de transport et de logistique, hors pétrole.

Avec plus de 60.000 collaborateurs et 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires, Vivendi occupera une place archi-centrale dans le groupe, à moins que celui-ci n'utilise ses importantes liquidités pour un nouvel investissement stratégique.

Pour le moment, les enfants de l'homme d'affaires aux manettes de sociétés du groupe s'efforcent plutôt de rassurer sur les engagements pris pour assurer l'"intégrité" de Lagardère et l'indépendance éditoriale des médias.

Dans l'édition, Vivendi devra affronter son ancienne filiale à l'offensive, dirigée par Catherine Lucet et présidée par Denis Olivennes, ex-dirigeant de Canal+, la Fnac ou Libération et homme lige de Daniel Kretinsky en France.

"Editis a la chance d'être challenger face à Hachette, qui est remarquable. Alors elle doit être plus créative, plus entreprenante, elle doit prendre plus de risques", a-t-il récemment affirmé.

Hachette sera de son côté présidé par Arnaud Lagardère, passé de gérant-commandité à PDG du groupe dont il a hérité de son père Jean-Luc. Il contrôlera aussi le pôle radio (Europe 1, Europe 2, RFM) via une nouvelle société en commandite par actions, censée garantir son autonomie.

Mais Arnaud Lagardère peut-il être un rempart face à de potentielles ingérences du clan Bolloré, avec qui il semble à l'unisson?

Le rapprochement opéré ces dernières années entre la généraliste Europe 1 et CNews (la chaîne d'info conservatrice de Canal+), la nomination du journaliste Geoffroy Lejeune, marqué à l'extrême droite, à la tête du JDD, et les unes de Paris Match élevant certains cardinaux du Vatican au rang d'icônes "people" ont dernièrement nourri les soupçons d'ingérence.

Bruxelles a d'ailleurs ouvert cet été une enquête formelle sur une éventuelle prise de contrôle anticipée de Lagardère par Vivendi, une infraction qui, si elle était confirmée, ne remettrait pas en cause l'acquisition, mais pourrait coûter à Vivendi jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires total.

A court terme, la mainmise de Vivendi pourrait encore se renforcer si certains actionnaires, dont Arnaud Lagardère et Bernard Arnault (l'une des fortunes venues à son secours en 2020), apportent leurs titres à l'OPA, comme ils en ont la possibilité jusqu'à la fin de l'année.

afp/al