MUNICH/WOLFSBURG/STUTTGART (dpa-AFX) - L'industrie automobile allemande est en difficulté. Les trois grands groupes ont publié mercredi leurs chiffres de ventes pour le premier semestre, mais aucun d'entre eux n'est en hausse au niveau du groupe après le premier semestre. BMW s'en sort relativement bien avec une baisse de 0,1 pour cent à 1,21 million de voitures et VW avec une baisse de 0,6 pour cent à 4,35 millions. Mercedes-Benz, en revanche, a perdu 6% à 1,17 million.

Chez Volkswagen, ce sont surtout les marques principales VW Pkw et Audi qui tirent les chiffres vers le bas. La filiale d'Ingolstadt n'a vendu que 833.000 voitures au cours du semestre, soit 8,2 pour cent de moins qu'il y a un an. La marque principale VW, qui représente plus de la moitié des ventes totales du groupe, a certes presque pu maintenir ses ventes au cours du semestre et n'a perdu que 0,2 pour cent pour atteindre 2,22 millions de voitures. Mais d'avril à juin, la tendance s'est inversée et la baisse a atteint 5,2 %. En revanche, les filiales Skoda et Seat/Cupra ont progressé.

Les affaires en Chine faiblissent

C'est surtout en Chine, où le groupe VW vend un bon tiers de toutes ses voitures, que les affaires faiblissent. Au cours des six premiers mois, près de 1,35 million de voitures y ont été vendues, soit 7,4 pour cent de moins qu'un an auparavant. Les ventes de voitures électriques ont également connu un ralentissement. Au premier semestre, le groupe a livré 317.200 modèles électriques dans le monde, soit 4.400 de moins que sur la même période en 2023, principalement en raison de la faible demande en Europe et aux Etats-Unis, où les livraisons de voitures électriques ont baissé de 15%.

Audi a réussi à augmenter légèrement ses ventes de voitures électriques de 75 600 à 76 700 véhicules. Mais les livraisons du modèle phare Q8 e-tron ont chuté de 19 500 à 17 900. En raison de la faible demande pour le modèle électrique Q8 e-tron, la filiale de VW envisage désormais d'arrêter prématurément la production de ce modèle à Bruxelles. L'ensemble du site, qui emploie environ 3.000 personnes, est ainsi sur la sellette.

Le groupe VW s'est néanmoins montré optimiste pour le reste de l'année. "Pour l'ensemble de l'année 2024, nous continuons de tabler sur une légère augmentation des livraisons mondiales par rapport à l'année précédente en raison du démarrage et de la montée en puissance de nombreux modèles importants au second semestre", a déclaré Hildegard Wortmann, directrice des ventes d'Audi, qui est également responsable de ce secteur au sein de l'ensemble du groupe.

Chez BMW, les véhicules purement électriques aident - mais moins fortement

Chez BMW, la filiale Mini et Rolls-Royce ont pesé sur les chiffres. Leurs ventes ont chuté respectivement de 18,7 % à 114 000 voitures et de 11,4 % à 2 819. Chez Mini, les changements de modèles en cours ont eu un impact. En revanche, la marque principale BMW s'en est mieux sortie avec 1,1 million de voitures et une croissance de 2,3 pour cent, et a presque pu compenser le recul de sa filiale.

Chez le constructeur munichois, l'électromobilité est restée un moteur de croissance, contrairement à ses rivaux du segment premium, Audi et Mercedes. Au niveau du groupe, les livraisons de véhicules purement électriques de BMW ont augmenté d'environ un quart pour atteindre 190 600. La croissance en pourcentage s'est toutefois nettement ralentie ici aussi : sur l'ensemble de l'année 2023, BMW avait encore enregistré une hausse d'environ trois quarts pour les véhicules purement électriques.

Jochen Goller, directeur des ventes, a évalué positivement l'évolution "dans un contexte de marché difficile" : "Au cours des six premiers mois de l'année, nous avons réussi à réaliser une croissance à deux chiffres avec des véhicules entièrement électriques ainsi que des modèles du segment premium supérieur".

Mercedes souffre de la baisse des ventes de véhicules électriques

Chez Mercedes, près de 960 000 livraisons ont été réalisées par la division voitures particulières Mercedes-Benz Cars, ce qui représente également une baisse de 6%. La mobilité électrique s'est avérée être un frein pour le constructeur de Stuttgart : les ventes de véhicules entièrement électriques ont baissé de 16% au niveau du groupe, pour atteindre 101 600 unités, et de 17% pour les Cars, pour atteindre 93 400 unités. La montée en puissance des véhicules électriques ralentit sur les principaux marchés, a indiqué l'entreprise.

Les changements de modèles et les problèmes de disponibilité ont eu un impact sur les ventes au premier semestre, selon Mercedes. Dans le segment de produits le plus élevé - qui comprend notamment la Classe S - les ventes ont chuté de 22 pour cent. Cela est également dû à un environnement de marché mitigé en Asie. Sur l'important marché chinois, les ventes ont baissé de 9% /ruc/DP/men.