WOLFSBURG (dpa-AFX) - Le premier constructeur automobile européen, Volkswagen, s'inquiète des projets de l'UE d'imposer des droits de douane sur les voitures électriques chinoises. "Les droits compensatoires ne sont généralement pas adaptés pour renforcer la compétitivité de l'industrie automobile européenne à long terme - nous nous y opposons", a déclaré mercredi un porte-parole du groupe à l'agence de presse allemande. "Les effets négatifs de cette décision l'emportent sur les bénéfices éventuels pour l'industrie automobile européenne et allemande en particulier".

La Commission européenne avait menacé mercredi d'imposer des droits de douane provisoires élevés sur les voitures électriques en provenance de Chine. La question de savoir si les constructeurs devront effectivement payer des droits allant jusqu'à 38,1 % dépendra de la possibilité de trouver une autre solution avec la Chine. Le ministère du Commerce à Pékin a déclaré que la conviction exprimée dans l'annonce publiée était dénuée de tout fondement factuel et juridique. L'UE adopte un comportement protectionniste qui crée et renforce les tensions commerciales.

En menaçant d'imposer des droits de douane protecteurs, la Commission européenne se trompe de priorité, a déclaré le porte-parole de VW. "Un commerce libre et équitable ainsi que des marchés ouverts sont la base de la prospérité, de l'emploi et d'une croissance durable dans le monde entier". Le groupe Volkswagen n'a pas peur de la concurrence : "Le groupe Volkswagen accepte avec confiance la concurrence internationale croissante, y compris celle de la Chine, et la considère comme une opportunité".

La Chine est le principal marché de vente pour la marque principale VW. La marque y a vendu près d'une voiture sur deux l'année dernière. Le marché est presque exclusivement approvisionné par la production locale, les importations d'Europe représentent moins d'un pour cent des véhicules de la marque vendus en Chine. Cette part est nettement plus élevée pour la filiale Audi, Porsche desservant même entièrement le marché chinois depuis l'Europe./fjo/DP/ngu