À la suite de l’article paru sur le site de Challenges.fr, Wendel a démenti dans un bref communiqué être entrée au capital du courtier français Diot-Siaci et avoir conclu la moindre transaction sur le capital de cette société.