"Le constat de la Fed de 'progrès modestes' vers l'objectif d'inflation de 2% est probablement due aux signaux désinflationnistes des données de l'indice des prix à la consommation du mois de mai, qui contrastent avec les chiffres de l'inflation plus élevés que prévu du premier trimestre". C’est ce qu’affirme Whitney Watson, co-head & co-CIO, Fixed Income & Liquidity Solutions chez Goldman Sachs Asset Management, dans une note publiée au lendemain des déclarations de la Réserve fédérale américaine.

"Bien que le ralentissement de l'inflation sous-jacente de l'IPC puisse atténuer en partie le sentiment 'hawkish' du marché alimenté par les solides données sur l'emploi de vendredi dernier, le chemin de la Fed vers une réduction des taux dépend de la poursuite de l'assouplissement de l'inflation et de la poursuite du rééquilibrage du marché de l'emploi", ajoute Goldman Sachs Asset Management.

"Les données économiques récentes et les signaux émis par les responsables de la politique monétaire soulignent les difficultés complexes à déterminer le moment exact du changement de la politique des taux, ce qui met en évidence l'importance d'une approche d'investissement flexible et dynamique", conclut-elle.