Londres (awp/afp) - La livre britannique tirait son épingle du jeu vendredi, en hausse face au dollar et à l'euro, portée notamment par des remarques d'une membre de la Banque d'Angleterre (BoE) et des prévisions d'inflation au Royaume-Uni suggérant la persistance de taux d'intérêt élevés.

Vers 11h55, la devise britannique se reprenait après sa chute de la veille, grimpant de 0,20% à 1,2649 dollar, et prenant 0,17% face à l'euro à 86,10 pence.

Jeudi soir, une membre de la BoE, Megan Greene, "est restée fermement partisane d'une nouvelle hausse du taux directeur de la BoE", a souligné Derek Halpenny, analyste chez MUFG.

"Afin de ramener durablement l'inflation à son objectif" de 2% au Royaume-Uni, le Comité de politique monétaire (MPC) de la BoE "doit mettre en perspective le risque d'en faire trop peu avec celui d'en faire trop", a en effet déclaré cette membre au ton habituellement réputé offensif, qui s'exprimait à Leeds.

Par ailleurs, une enquête de la BoE --le "Decision Marker Panel", publié jeudi-- a rapporté des attentes d'inflation en novembre à 4,4% sur les 12 prochains mois et à 3,2% sur 3 ans, des prévisions "toujours élevées", note M. Halpenny.

En conséquence, "le marché anticipe désormais une réduction de 25 points de base (du taux d'intérêt) par la BoE en août de l'année prochaine", soit plus tard que la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale américaine (Fed), conclut l'analyste.

La veille, la chute de l'inflation en zone euro en novembre, à 2,4% sur un an, son plus bas niveau depuis juillet 2021, avait renforcé les prévisions des cambistes de baisse de taux par la BCE, et plombé la monnaie unique.

Le billet vert, qui avait profité la veille de cette annonce ainsi que de la remontée des taux obligataires, reculait vendredi.

La première explication possible à ce reflux est l'anticipation par les investisseurs que la Fed "en a fini avec sa hausse des taux d'intérêt et s'apprête à les réduire en 2024", en réponse à une inflation en repli ou une économie américaine ralentie, estime Russ Mould, analyste chez AJ Bell.

La veille, l'indice de prix PCE, la jauge préférée de la Fed, a signalé que l'inflation américaine a continué à ralentir en octobre aux Etats-Unis, tombant à 3,0% sur un an.

Bien que ces données n'aient pas influencé le cours du dollar à la baisse lors de la séance précédente, elles se rapprochent "du type de chiffres face auxquels, historiquement, la Fed s'est orientée vers des baisses de taux par le passé", remarquent les analystes de la Deutsche Bank.

En cette période de fin d'année, le billet vert est également soumis à un "biais saisonnier": il s'affaiblit traditionnellement face à l'euro, précise M. Halpenny.

Enfin, les cambistes patientaient également vendredi avant des remarques du président de la Fed, Jerome Powell.

Cours de vendredi Cours de jeudi

---------------------------------

10H55 GMT 22H00 GMT

EUR/USD 1,0892 1,0888

EUR/JPY 161,18 161,36

EUR/CHF 0,9526 0,9529

EUR/GBP 0,8610 0,8625

USD/JPY 147,99 148,20

USD/CHF 0,8746 0,8751

GBP/USD 1,2649 1,2624

afp/fr