Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB)

SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéAutres languesAnalyses Zonebourse

Nucléaire-Les négociations de Vienne ajournées pour consultations

20/06/2021 | 14:16
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

par Francois Murphy et Parisa Hafezi

DUBAI, 20 juin (Reuters) - Les puissances occidentales ont prévenu l'Iran que les négociations pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien ne pourraient se prolonger indéfiniment, dimanche après la fin d'un sixième cycle de discussions à Vienne.

Les pourparlers se sont ouverts en avril dernier dans la capitale autrichienne, où siège l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), pour tenter de convaincre les Etats-Unis de réintégrer le Plan d'action global commun (PAGC, ou JCPoA en anglais), dénoncé par Donald Trump en 2018, et l'Iran d'en respecter à nouveau les engagements.

Les délégués réunis à Vienne vont regagner leurs capitales respectives pour consultations, les négociateurs n'étant pas parvenus à aplanir leurs divergences, ont déclaré des responsables iraniens et européens.

Cet ajournement intervient au lendemain de l'annonce de la victoire de l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi à l'élection présidentielle de vendredi en Iran. Selon deux diplomates, la pause dans les discussions devrait durer une dizaine de jours.

Ebrahim Raïssi remplacera Hassan Rohani début août à la présidence de la République islamique. Son accession à la tête de l'Etat ne devrait guère modifier la position iranienne, arrêtée en dernier lieu par le guide suprême de la Révolution Ali Khamenei, véritable détenteur du pouvoir en Iran.

Certains responsables iraniens n'excluent cependant pas que Téhéran pourrait avoir intérêt à pousser en faveur de la conclusion d'un accord avant le départ de Rohani.

Cela permettrait ainsi à Raïssi de renvoyer la responsabilité d'éventuelles concessions à son prédécesseur, a expliqué un haut responsable iranien proche des discussions.

"UNE BONNE DISTANCE À PARCOURIR"

Les trois puissances européennes signataires de l'accord de juillet 2015 - Allemagne, France, Royaume-Uni (E3) - agissent de facto comme médiateurs dans les discussions indirectes entre Washington et Téhéran.

Les Occidentaux soulignent que plus l'Iran continue de violer ses engagements, plus il sera difficile de restaurer le pacte, également signé par la Russie et la Chine.

"Comme nous l'avons déjà dit, le temps ne joue en faveur de personne. Ces discussions ne peuvent pas s'éterniser", ont déclaré les diplomates de l'E3 dans une note envoyée à la presse, ajoutant que les problèmes les plus délicats n'avaient toujours pas été réglés.

Sur ABC News, le conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis, Jake Sullivan, a fait écho à ces commentaires en déclarant qu'il restait encore une "bonne distance à parcourir" sur le processus de levée des sanctions américaines et sur le respect par l'Iran de ses engagements.

L'attention devrait désormais se tourner vers un accord distinct entre l'Iran et l'AIEA qui expire le 24 juin. Téhéran a mis fin récemment à des mesures d'inspection de ses installations nucléaires par l'agence de l'Onu.

Le directeur politique de l'UE Enrique Mora, qui coordonne les pourparlers sur le nucléaire, a dit s'attendre à une prolongation de cet accord qui permettra à l'AIEA de continuer à collecter des données tout en limitant leur accès pour le moment.

Comme en 2015, ces pourparlers suscitent l'hostilité du gouvernement israélien qui considère que le régime iranien cherche avant tout à développer une arme nucléaire dont il pourrait à terme se servir contre l'Etat hébreu.

Selon le Premier ministre Naftali Bennett, qui a succédé à Benjamin Netanyahu la dimanche dernier, l'élection de Raïssi doit servir de dernier avertissement au monde et aux nations qui négocient la relance de l'accord encadrant les activités nucléaires de Téhéran.

(Avec Dan Williams à Jérusalem, John Irish à Paris, William James à Londres, Tuvan Gumrukcu à Ankara ; version française Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse)


© Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB)
13:00Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 10H00 GMT
AW
09:21Un mort dans l'incendie d'un autobus militaire à Damas - médias officiels
RE
03/08BONDUELLE : légère croissance de l'activité à données comparables
AO
03/08Coronavirus-Wuhan va tester ses 12 millions d'habitants
RE
02/08Les USA demandent le départ de 24 diplomates russes, selon Moscou
RE
02/08Bonduelle s'attend à voir sa rentabilité s'effriter du fait de la pandémie
AW
02/08Russie et Ouzbékistan lancent des manoeuvres à la frontière afghane
RE
02/08ACCENTURE : réalise l'acquisition de Lexta
CF
31/07BOURSE DE TOKYO : Flambée de coronavirus en Asie, records de contaminations à To..
RE
30/07CHINE : la politique du zéro Covid menacée par la souche Delta
AW
Plus d'actualités
Graphique US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB)
Durée : Période :
US Dollar / Russian Rouble (USD/RUB) : Graphique analyse technique US Dollar / Russian Rouble (USD/RUB) | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB)
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreNeutreBaissière