La Russie a augmenté ses exportations de gaz de pétrole liquéfié (GPL) vers la Chine par voie ferroviaire de près d'un tiers au cours du premier semestre de l'année, pour atteindre 133 000 tonnes métriques, selon les calculs de Reuters, basés sur des données provenant de sources industrielles, mercredi.

Les livraisons de carburant sont toujours limitées par les contraintes d'infrastructure et la congestion des chemins de fer russes. Selon les données, les approvisionnements en juin ont diminué de 16,5 % par rapport à mai pour atteindre 12 300 tonnes, chutant pour le deuxième mois consécutif.

Les négociants ont indiqué que la congestion des wagons était particulièrement prononcée au poste frontière de Zabaikalsk-Manchourie en raison des travaux de maintenance au terminal gazier de Manzhouli en Extrême-Orient en mai et en juin.

La gare russe de Zabaikalskaya était également en cours de reconstruction.

Les sources ont indiqué que les livraisons de l'usine de traitement de gaz d'Ust-Kut de la compagnie pétrolière Irkutsk (INK) ont contribué le plus à l'augmentation du premier semestre, augmentant les livraisons de 37 200 tonnes d'une année sur l'autre.

INK a représenté près de 70 % des exportations russes de GPL vers la Chine entre janvier et juin. Les autres grands fournisseurs sont Novokuibyshevsk Petrochemical Company, BerezkaGas et Taneko.

Le GPL, ou propane et butane, est principalement utilisé comme carburant pour les voitures, le chauffage et pour produire d'autres produits pétrochimiques.

En 2023, la Russie a augmenté ses exportations ferroviaires de gaz de pétrole liquéfié (GPL) vers la Chine de 35 % pour atteindre 202 000 tonnes.

La Russie fournit également du GPL par camion. (Reportage de Reuters ; rédaction de Sharon Singleton)